Frédéric Ancillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Frédéric Ancillon
Tombe à Berlin

Johann Peter Friedrich Ancillon, né le à Berlin et mort le est un écrivain et homme d'État prussien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis-Frédéric Ancillon, ministre de l'Église française réformée de Berlin, arrière-petit-fils de Charles Ancillon et arrière-arrière-petit-fils de David Ancillon qui fit partie de l’émigration messine à Berlin à la suite de la révocation de l'édit de Nantes, il fut lui-même destiné à l'Église. Ayant attiré par un de ses sermons l'attention du prince Henri de Prusse, il fut nommé, grâce à l'intermédiaire de ce prince, professeur d'histoire à l'Académie militaire de Berlin en 1791, et devint peu après pasteur de l'église française de Berlin.

Il publia en 1803 un Tableau des révolutions du système politique de l'Europe, qui lui fit prendre rang parmi les historiens les plus considérés de l'époque, et qui le fit entrer à l'Académie de Berlin.

Il fut chargé en 1806 par Frédéric-Guillaume III de l'éducation du prince royal Frédéric-Guillaume. Ayant été nommé ensuite conseiller de l'instruction publique, il devint en 1831 ministre des affaires étrangères, et ne tarda pas à exercer une grande influence.

Autant attiré par la philosophie que par l'histoire et la politique, Ancillon a écrit plusieurs ouvrages réputés dans lesquels il juge les écoles philosophiques d'Allemagne. Ses Mélanges de littérature et de philosophie, publiés à différentes époques, ont été réunis sous le titre d'Essais de philosophie, de politique, et de littérature (Paris, 1832).

Il est enterré au cimetière français de Berlin.

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Frédéric Ancillon » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)

Sur les autres projets Wikimedia :