Frères moraves

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Frères Moraves)
Aller à : navigation, rechercher
Sceau de l'Agnus Dei

L'appellation Frères moraves désigne une branche du protestantisme issue de Moravie, apparentée aux Frères Tchèques et rassemblée aujourd'hui dans la communion Unitas Fratrum.

Historique[modifier | modifier le code]

À la suite de l’excommunication, en 1412, et de la condamnation au bûcher, en 1415, du réformateur Jan Hus, un mouvement prend naissance qui revendique la liberté de prêcher et qui s’oppose à la richesse du clergé. Lors de la Réforme, ce mouvement, l’Union des Frères ou bien Frères Tchèques, se rallie au protestantisme. Le comte Nikolaus Ludwig von Zinzendorf (1700-1760) accueille cette Église, persécutée en Moravie ; elle s’installe en Saxe en 1722. Elle développera par la suite une très forte activité missionnaire, notamment au Groenland, en Afrique et parmi les esclaves des Antilles. Plus tard, des congrégations de cette Église vont s’installer aux États-Unis.

Cette Église développa sa propre doctrine, voulant retrouver la fraternité des premiers chrétiens. Ils élisent leur clergé et rejettent la hiérarchie officielle, traduisent la Bible en langue vulgaire. Dans ce mouvement, on prône l’importance de l’éducation et l’on dénonce l’intolérance religieuse. Des écoles secondaires et supérieures de bon niveau sont créées dans toute l’Europe, notamment à Neuwied, en Allemagne.

De 1494 à 1550, les Frères moraves sont divisés en deux partis, le « parti mineur » et le « parti majeur ». Les Frères du parti mineur sont considérés comme les premiers anti-trinitariens [1].


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Daniel S. Larangé, La Parole de Dieu en Bohême et Moravie. La tradition de la prédication dans l’Unité des Frères de Jan Hus à Jan Amos Comenius, Paris : L’Harmattan, 2008 (Spiritualité & Religions) (ISBN 978-2-296-06552-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'Unité des Frères moraves : l'antitrinitarisme d'avant la réforme, article du 8 novembre 2009, signé F.G., sur le site Religions et spiritualités.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]