Frères Cogniard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cogniard.

Charles-Théodore et Jean-Hippolyte Cogniard sont des auteurs dramatiques et directeurs de théâtre français, à qui l'on doit un nombre incalculable de vaudevilles, revues, féeries et opérettes.

Théodore Cogniard est né le 30 avril 1806 à Paris où il est mort le 13 mai 1872, Hippolyte Cogniard le 28 novembre 1807 à Paris où il est mort le 6 février 1882 (id.).

Surnommés « les jumeaux siamois du vaudeville », ils dirigent le théâtre de la Porte-Saint-Martin de 1840 à 1845, date à laquelle Hippolyte prend seul la direction du Vaudeville puis des Variétés de 1854 à 1869 où il impose l'opérette. C'est sous sa direction que Jacques Offenbach crée ses œuvres les plus marquantes  : La Belle Hélène, Barbe-Bleue, La Grande-duchesse de Gérolstein et La Périchole. En 1869, il acquiert pour le compte de son fils Léon le Cirque-Impérial qu'ils rebaptisent théâtre du Château d'Eau[1] et dont il prend la direction à la mort prématurée de Léon en mars 1870.

En tant qu'auteurs dramatiques, les frères Cogniard produisirent un nombre impressionnant des pièces, fééries et revues dès 1830, collaborant ponctuellement avec Hector Crémieux, Louis-François Clairville ou Paul Siraudin.

Parmi celles-ci, on peut citer : La Cocarde tricolore, La Révolte des modistes, Les Deux Borgnes, L'Agnès de Belleville (avec Paul de Kock), Bobêche et Galimafré, La Fille de l'air, Les Enfants du délire, Le Naufrage de la Méduse, Les Mille et une nuits, La Biche aux bois, La Cornemuse du diable, Le Royaume du calembourg, La Poudre de perlimpinpin, Le Monde camelotte, Les Bibelots du diable, La Grande Marée, Sans queue ni tête (avec Crémieux), La Reine Crinoline ou Le royaume des femmes, Les Compagnons de la truelle (avec Clairville), Les Bêtises d'hier (avec Clairville et Siraudin) et leur plus grand succès : La Chatte blanche, féerie créée en 1852.

  • 1837 : Le Café des comédiens d'Hippolyte et Théodore Cogniard, théâtre du Palais-Royal
  • 1839 : Rothomago, revue d'Hippolyte et Théodore Cogniard, théâtre du Palais-Royal

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En raison de sa proximité avec la place du Château d'Eau, aujourd'hui place de la République (Xe). Après plusieurs faillites, la salle deviendra en 1904 un des music-halls parisiens les plus célèbres : l'Alhambra.