Found footage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Found footage est le terme anglais (littéralement « enregistrement trouvé ») désignant la récupération de pellicules impressionnées dans le but d'enregistrer un autre film. Cette pratique a pour ancêtre, en littérature, celle du centon. Cette pratique est très utilisée dans le cinéma expérimental depuis le lettrisme, en France, et, plus particulièrement Traité de bave et d'éternité, d'Isidore Isou (1951), et les travaux de Bruce Conner aux États-Unis, notamment A Movie (1958).

Cinéastes qui utilisent cette technique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Linda Badley, Steven Jay Schneider, Traditions in world cinema Traditions in world cinema, Edinburgh University Press, 2006. ISBN 0-7486-1863-5, 978074861863
  2. Jean-Michel Bouhours, L'avant-garde autrichienne au cinéma: 1955-1993, Centre Georges-Pompidou, 1996. ISBN 2858508852, 9782858508853
  3. (en) Robin Blaetz, Women's experimental cinema: critical frameworks, Duke University Press, 2007. ISBN 0-8223-4044-5, 9780822340447
  4. Alphonse Cugier et Patrick Louguet, Impureté(s) cinématographique(s), L'Harmattan, 2007. ISBN 2-296-02297-9, 9782296022973

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages

Presse

  • Stéphane Delorme, « Found footage, mode d'emploi », Les Cahiers du cinéma, Hors-série n°4 (« Aux frontières du cinéma »), p. 90-92, janvier 2000.

Lien externe[modifier | modifier le code]