Fougères-sur-Bièvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fougères.
Fougères-sur-Bièvre
Mairie
Mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loir-et-Cher
Arrondissement Blois
Canton Contres
Intercommunalité Communauté de communes du Controis
Maire
Mandat
Éric Martellière
2014-2020
Code postal 41120
Code commune 41092
Démographie
Population
municipale
807 hab. (2011)
Densité 55 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 26′ 55″ N 1° 20′ 37″ E / 47.4486111111, 1.3436111111147° 26′ 55″ Nord 1° 20′ 37″ Est / 47.4486111111, 1.34361111111  
Altitude Min. 78 m – Max. 121 m
Superficie 14,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte administrative de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Fougères-sur-Bièvre

Géolocalisation sur la carte : Loir-et-Cher

Voir sur la carte topographique de Loir-et-Cher
City locator 14.svg
Fougères-sur-Bièvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fougères-sur-Bièvre

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fougères-sur-Bièvre

Fougères-sur-Bièvre est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Fougères est mentionnée dès l'année 1030. Son château est détruit par les Anglais entre 1350 et 1360, lors de la guerre de Cent Ans. Il sera reconstruit en plusieurs étapes à partir de 1465.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 en cours François Coulon PS  

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 807 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
373 399 494 521 506 543 604 580 609
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
616 666 721 788 781 763 753 790 747
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
766 698 648 672 608 581 591 573 564
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
591 553 598 638 648 653 750 763 807
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (26,3 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 11 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 21,2 %, plus de 60 ans = 21,6 %) ;
  • 52,3 % de femmes (0 à 14 ans = 21,1 %, 15 à 29 ans = 17 %, 30 à 44 ans = 20,6 %, 45 à 59 ans = 18 %, plus de 60 ans = 23,4 %).
Pyramide des âges à Fougères-sur-Bièvre en 2007 en pourcentage[3]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,3 
7,4 
75 à 89 ans
7,8 
13,7 
60 à 74 ans
14,3 
21,2 
45 à 59 ans
18,0 
23,6 
30 à 44 ans
20,6 
11,0 
15 à 29 ans
17,0 
22,5 
0 à 14 ans
21,1 
Pyramide des âges du département du Loir-et-Cher en 2007 en pourcentage[4]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,6 
90  ans ou +
1,6 
8,3 
75 à 89 ans
11,5 
14,8 
60 à 74 ans
15,7 
21,4 
45 à 59 ans
20,6 
20,3 
30 à 44 ans
19,2 
16,2 
15 à 29 ans
14,7 
18,5 
0 à 14 ans
16,7 

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château[modifier | modifier le code]

Le Château (XVe)

Le château de Fougères-sur-Bièvre a été entièrement reconstruit à la fin du XVe siècle, seul le gros donjon carré étant conservé. Les premiers travaux lui redonnent son aspect militaire (fossés, canonnières, chemin de ronde, etc.) mais, par la suite, apparaissent des raffinements plus Renaissance tels qu'une galerie sous arcade, des fenêtres à meneaux, et une toiture ardoises aux pentes complexes. Pendant tout le XIXe siècle, une filature est installée dans la chapelle. Le château est racheté et restauré par l'État dans les années 1930.

Le château de Fougères-sur-Bièvre entretient des liens historiques et symboliques avec la légende de Mélusine : Eudes de Déol, descendant des seigneurs de Fougères, s’unit en 1212 à Agnès de Lusignan dont la famille prétendait avoir pour ancêtre la célèbre fée. Le serpent-dragon ailé, qui figure sur le blason de la famille de Villebresme, propriétaire du château pendant deux siècles, toujours présent dans le jardin du château sous forme de girouette, est directement associée dans l’iconographie médiévale à Mélusine après sa métamorphose.

Mélusine, devenue dame blanche et hantant le château de ses descendants, évoque directement la légende de la Dame Blanche de Fougères ; cette châtelaine demeura emprisonnée dans le donjon pendant des années, victime de la jalousie de son époux. Son fantôme tourmenté hanterait encore les lieux[5].

Église[modifier | modifier le code]

Église Saint-Éloi

L'église Saint-Éloi est ancienne : La première mention de l'église - ecclesia de Fulgeriis - date de 1143. Avant la Révolution, l'église dépendait de l'abbaye de Pontlevoy. L'église est dédiée à saint Éloi. La plus ancienne partie est une porte, actuellement murée, située dans l'avant-chœur. Elle pourrait dater du XIe siècle. Le chœur semi-circulaire avec sa voûte en cul-de-four, doit dater du XIe siècle. On attribue le clocher, la chapelle Nord et le collatéral Sud sont probablement dus à Jean de Villebresme, seigneur de Fougères au XVIe siècle. La construction de la sacristie doit dater du XVIIe ou XVIIIe siècle. Le collatéral Nord a été construit en 1830-1831. La porte principale actuelle a été entreprise en 1856, après une campagne de restauration de l'église. L'église a été restaurée en 1970.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le chanoine Georges Leduc, né le 13 juillet 1893 à Rouen est mort le 17 janvier 1984 à la maison Charles de Blois. Il est inhumé le 20 janvier 1984 dans le cimetière de Fougères-sur-Bièvre. Licencié en histoire et géographie, il enseigna à l'université Yale aux États-Unis. Il refusa un poste de direction à la Société générale et devint séminariste au grand séminaire de Blois puis curé de Fougères-sur-Bièvre de 1928 à 1971. La municipalité lui rendit hommage en nommant la place de l'église « place Georges-Leduc » avec la mention « curé de Fougères sur Bièvre de 1928 à 1971 ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  3. « Évolution et structure de la population à Fougères-sur-Bièvre en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 octobre 2010)
  4. « Résultats du recensement de la population du Loir-et-Cher en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 8 octobre 2010)
  5. Dossier de presse du Centre des monuments nationaux concernant le château de Fougères-sur-Bièvre - 2007