Foucart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Foucart (homonymie).
Foucart
La gare de Foucart - Alvimare.
La gare de Foucart - Alvimare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Havre
Canton Saint-Valery-en-Caux
Intercommunalité Communauté de communes Cœur de Caux
Maire
Mandat
Antoine Servain
2014-2020
Code postal 76640
Code commune 76279
Démographie
Population
municipale
352 hab. (2012)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 36′ 52″ N 0° 35′ 46″ E / 49.6144444444, 0.59611111111149° 36′ 52″ Nord 0° 35′ 46″ Est / 49.6144444444, 0.596111111111  
Altitude Min. 128 m – Max. 149 m
Superficie 4,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Foucart

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Foucart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Foucart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Foucart

Foucart est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jusqu'à la Révolution, la commune s'appelait Foucard-Escalles.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construite sur une voie romaine, la paroisse est d'abord, sous le patronage de l'archevêque de Rouen, puis à partir de 1404, c'est le roi de France qui devient "patron présentateur à la cure" et l'église saint Martin devient "chapelle royale". La seigneurie de Foucard a appartenu aux Pestel de Normanville et au XVIIe siècle, aux Houdetot. A Foucard, il y avait aussi le fief de Caumare appartenant aux Crespin de Mauny, famille qu'on retrouve aux Blanques d'Alvimare. Le dernier seigneur de Caumare sera Adrien de Rouen de Bermonville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 en cours
(au avril 2014)
Antoine Servain    

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint Martin du XVIe siècle. Le clocher avec sa tour carrée a ceci de particulier qu'il n'a jamais été achevé, conférant à l'église un aspect trapu. Au XVIIe siècle, le roi avait pourtant donné, pour la construction de "son" église, la Chapelle royale, de grosses pièces de bois pour les charpentes. Le portail est de style Renaissance en forme d'anse de panier. Le chœur qui avait été réaménagé en style classique entre le XVIe et le XVIIe siècle, a été finalement rebâti en 1874 en style néo-gothique par les architectes Martin et Marical. La sacristie date de 1879. Les vitraux du XIXe siècle, dont certains sont du maître verrier Dewismes, évoquent des épisodes de la vie de saint Martin. Les fonts baptismaux sont du "règne de saint Louis". Panneau en bois polychromé de la fin XVIIe, représentant saint Antoine l'Ermite. Chapelle Notre-Dame des Douleurs, aménagée en mémoire des morts pour la France de 14/18, avec un vitrail de Dewismes[1].
  • Manoir de Caumare (ancienne maison-forte) XVe-XVIe siècles et manoir de la Mare-aux-Roseaux (XVe et XVIe)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le vicaire Pierre Rigault, prêtre réfractaire (ayant refusé de prêter serment à la Constitution civile du Clergé) est arrêté en 1793, sous la Révolution. Conduit sur les Pontons de Rochefort, il mourra en martyr et sera enterré en 1794, dans l'île Madame.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Patrimoine des communes de Seine-Maritime, Tome 1, page 562 - Éditions FLOHIC et notice sur l'église de J.J. Thiercelin, pour la paroisse de Fauville