Fou littéraire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les fous littéraires sont des auteurs qui n'ont réussi à obtenir aucune reconnaissance, ni par la communauté intellectuelle (sauf pour quelques cas très appréciés), ni par le public, ni par la critique, ni par le monde de l'édition puisqu'ils publient souvent à compte d'auteur, et qu'ils traitent de sujets considérés[1] comme très décalés ou désopilants, sans toutefois que ce soit leur intention.

Étude des fous littéraires[modifier | modifier le code]

L'étude des fous littéraires commence en 1835 avec une bibliographie établie par Charles Nodier[2] et se poursuit en 1880 avec Gustave Brunet[3]. Dans l'intervalle, Octave Delepierre (1804 -1879), un érudit belge[4] avait fait paraître à Londres la première Histoire littéraire des fous (1860).

Dans les années 1930, Raymond Queneau continue ces travaux en recensant durant plusieurs années les ouvrages de fous littéraires conservés à la Bibliothèque nationale de France. Il en tire la matière d'un roman des plus singuliers, Les Enfants du limon (1938).

Les Fous littéraires d'André Blavier paraît pour la première fois en 1982[5]. Cette véritable « encyclopédie » contient plus de 1 000 pages où sont recensés plus de 3 000 auteurs. On y trouve des inventeurs du mouvement perpétuel, des démontreurs de la quadrature du cercle, de l'inexistence de l'enfer, ainsi que de singuliers délires sur les langues universelles, la structure de l'Univers, les origines batraciennes de l'homme (Jean-Pierre Brisset), les causes « algébriques » de la sexualité (Joseph-Hyacinthe Marchand, qui, en 1875, publie au Pérou des Recherches statistiques sur la cause de la sexualité dans la race humaine), les origines préhistoriques de la langue française (Paul Tisseyre-Ananké pour qui le français provient du cri des bêtes préhistoriques)...

Malgré le travail considérable réalisé par André Blavier, quelques excentriques y manquent encore du fait de la confidentialité et de l'absence de réception des publications qu'ils produisirent. C'est notamment le cas de Natalis Flaugergues qui prétendait que Rodez était le centre du monde et que le Graal se trouvait à Saint-Affrique, ou encore de Victor Marcucci qui, vers 1890, concevait la Terre comme semi-sphérique autour de laquelle le Soleil et la Lune grâce à un système complexe d'engrenages !

Quelques fous littéraires[modifier | modifier le code]

Éléments de bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Nodier, Bibliographie des fous, de quelques livres excentriques in Bulletin du bibliophile, Paris, Techener, novembre 1835, n° 21 et 23
  • Charles Richard, Bibliographie des fous in Revue de Rouen[6], décembre 1835
  • Octave Delepierre, Histoire littéraire des fous, Londres, Trübner & Co., 1860
  • Pierre Gustave Brunet, Les Fous littéraires : essai bibliographique sur la littérature excentrique, les illuminés, visionnaires, etc. [7] Bruxelles : Gay et Doucé, 1880. Réédition en 2006 aux éditions du Sandre
  • Raymond Queneau, Les Enfants du limon, Paris, Gallimard, 1938. Réédition coll. « L'Imaginaire », n° 303
  • Raymond Queneau, Aux Confins des Ténèbres, les fous littéraires, Paris, Gallimard, « Les Cahiers de la NRF », 2002
  • Hétéroclites et fous littéraires, numéro spécial de la revue Bizarre, Paris, J.-J. Pauvert, 1955
  • André Blavier, À propos des Fous Littéraires, Paris, Éditions des Cendres, 2001 (réédition augmentée de l'ouvrage paru chez Henri Veyrier, 1982)
  • Fous à lire, fous à lier, catalogue, Manoir de Pron, 1985
  • Hétéroclites et fous littéraires, catalogue, Paris, Malombra, 1998
  • Marc Décimo, Jean-Pierre Brisset, prince des penseurs, inventeur, grammairien et prophète, Dijon, Les Presses du réel, 2001
  • Colloque des invalides, 6ème colloque des Invalides, 2002. Fous littéraires, nouveaux chantiers, Tusson, du Lérot éditeur, 2003
  • Cahiers de l'Institut de recherches et d’explorations sur les fous littéraires. Quatre cahiers ont paru en 2008-2009, consacrés, entre autres, à Jean-Pierre Brisset, Paulin Gagne, au marquis de Camarara et à Georges Parmentier
  • Olivier Justafré, Graines de folie. Supplément aux Fous littéraires, Perros-Guirec, Éditions Anagrammes, 2011
  • Les Fous littéraires, numéro spécial de la revue Orphéus, Perros-Guirec, Éditions Anagrammes, 2011
  • Marc Décimo, Sciences et Pataphysique – Tome I : Savants reconnus, érudits aberrés, fous littéraires, hétéroclites et celtomanes en quête d’ancêtres hébreux, troyens, gaulois, francs, atlantes, animaux, végétaux..., Dijon, Les presses du réel. Collection Les Hétéroclites, 2014, (ISBN 978-2-84066-646-2).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Du moins par ceux qui qualifient ces auteurs de « fous littéraires ».
  2. Charles Nodier, Bibliographie des fous : De quelques livres excentriques, Paris, Techener,‎ 1835
  3. Philomneste Junior, Les Fous littéraires, essai bibliographique sur la littérature excentrique, les illuminés, visionnaires, etc., Bruxelles, Gay et Doucé,‎ 1880
  4. Ce que ne manqua pas de souligner plus tard son compatriote André Blavier.
  5. Paris, Veyrier. Revu, augmenté et enrichi de notices et d'illustrations provenant de la collection Malombra/Roger Langlais, Paris, Éditions des Cendres, 2001.
  6. Texte en ligne.
  7. Texte en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]