Fosses Mariennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Fosse des Mariannes
Les fosses Mariennes sur la table de Peutinger

Fosses Mariennes, dites aussi Fosses Mariannes, Fosse Marianne, Fosse Mariane ou Fossae Marianae.

Canal artificiel creusé pendant l'hiver 103 avant J.-C. - 102 avant J.-C. par les troupes de Marius permettant de contourner l’embouchure du Rhône, dangereuse et encombrée d’alluvions.

Contexte géographique[modifier | modifier le code]

À cette époque, Arles n'est qu'à une vingtaine de kilomètres de la mer et la navigation primitive emprunte alors un ancien bras du Rhône aujourd'hui disparu, probablement le Rhône d'Ulmet, qui se jette alors au sud de l’étang du Fournelet. La vitesse du courant et le dépôt d'alluvions à l'embouchure rendent la navigation impossible sur le Bas Rhône aux navires à voiles ou à rames.

Pourquoi les « Fosses Mariennes » ?[modifier | modifier le code]

Le général romain Marius vient dans la région en 104 avant J.-C. pour protéger l’Italie des Cimbres et Teutons qui ravagent la Gaule et l’Espagne[1]. Marius avec 30 000 hommes stationnés probablement à la Montagnette au nord-est d'Arles doit attendre deux ans l'affrontement avec ces barbares. Dans cette situation, il assure le ravitaillement de ses cinq légions par voie d'eau. Les navires venus directement d'Ostie doivent acheminer les vivres dans le sens Sud-Nord sans qu'il soit nécessaire de transborder la cargaison, opération fort coûteuse en temps. Une solution à ce problème consiste à allonger le parcours entre Arles et la mer par la création d'un canal artificiel. Cet ouvrage améliore la dépression naturelle par une pente modérée avec un débit réduit autorisant la navigation dans les deux sens. Le creusement de ces fosses lui permet aussi de soustraire les soldats à l'inaction. Après la victoire de Marius à la bataille d'Aix, l'usage des Fosses Mariennes est donné à la ville de Marseille, l'alliée de Rome, pour son plus grand profit.

Les Fosses Mariennes chez les auteurs antiques[modifier | modifier le code]

Strabon (64 avant J.-C.- 25 après J.-C. ), le géographe grec dans sa Géographie[2] explique les raisons pour lesquelles ce canal a été creusé :

Au sujet des bouches du Rhône, Polybe taxe formellement Timée d'ignorance : il affirme que ce fleuve n'a pas les cinq bouches que Timée lui prête, et qu'il n'en compte que deux en tout. Artémidore, lui, en distingue trois. Ce qu'il y a de sûr c'est que plus tard Marius s'aperçut que, par le fait des atterrissements, l'entrée du fleuve tendait à s'oblitérer et devenait difficile, et qu'il fit creuser un nouveau canal où il dériva la plus forte partie des eaux du Rhône. Il en concéda la propriété aux Massaliotes, pour les récompenser de la bravoure qu'ils avaient déployée pendant sa campagne contre les Ambrons et les Toygènes, et cette concession devint pour eux une source de grands profits, en leur permettant de lever des droits sur tous les vaisseaux qui remontent ou descendent le fleuve. Aujourd'hui, du reste, l'entrée du Rhône se trouve être tout aussi difficile à cause de la violence du courant, et par le fait des atterrissements et du peu d'élévation de la côte, qu'on a peine à apercevoir même de près par les temps couverts, ce qui a donné l'idée aux Massaliotes d'y bâtir des tours en guise de signaux. Les Massaliotes, on le voit, ont pris de toute manière possession du pays, et ce temple de Diane Éphésienne, érigé par eux aux mêmes lieux, sur un terrain choisi exprès, et dont les bouches du fleuve font une espèce d'île, est là encore pour l'attester [aux Saintes Maries de la Mer]. Signalons enfin au-dessus des bouches du Rhône un étang salé, qu'on nomme le Stomalimné, et qui abonde en coquillages de toute espèce, ainsi qu'en excellents poissons. Quelques auteurs, ceux-là surtout qui veulent que le fleuve ait sept bouches, comptent cet étang pour une, mais c'est là une double erreur ; car une montagne s'élève entre deux, qui sépare absolument l'étang du fleuve.

Puis, quelques années plus tard, Pline l'Ancien[3] (23-79) et Pomponius Mela[4] (vers 43) évoquent les Fosses mariennes à l’époque où Marseille les exploite à son profit. C'est toutefois l'historien grec Plutarque (46-125) qui, dans sa Vie de Marius[5], donne le plus de détails. Voici une traduction réalisée par Amyot (1513-1593), évêque d'Auxerre et humaniste, qui permit aux Vies Parallèles de Plutarque de sortir de treize siècles d’ombre. Elle est retranscrite dans le français de l’époque :

Marius donques ayant nouvelles que les Barbares approchoient, passa les monts en diligence, et fortifiant son camp au long de la riviere du Rosne, y meit dedans grande provision de tous vivres, à fin qu'il ne peust estre contrainct à faulte de vivres de venir à la bataille, sinon à son bon poinct quand il luy sembleroit expedient : et là où auparavant la voiture des vivres en son camp par la mer estoit longue, dangereuse et de grande despense, il la rendit aisée et courte par tel moyen : la bouche de la riviere du Rosne avoit accueilly tant de vase et si grande quantité de sable, que les undes de la mer y amassoient et entassoient, avec la fange haute et profonde, que les bancs rendoient l'entrée de la riviere estroitte, difficile et dangereuse pour les grands vaisseaux de charge, qui venoient de la mer. Quoy considerant Marius, employa là son armée pendant qu'elle ne faisoit rien, et luy feit caver une grande trenchée et canal, dedans laquelle il destourna bonne partie de l'eau de la riviere, et la tira jusques à un endroit opportun de la coste, là où l'eau s'escouloit en la mer par une embouchure profonde et capable des plus grandes navires, et avec cela tranquille et platte, sans estre tourmentée des vents ny des vagues de la mer. Celle fosse retient encore aujourd'huy son nom, s'appellant la Fosse Mariane.

Controverse sur le tracé[modifier | modifier le code]

En dépit de cette description, d’autres sources plus tardives laissent penser que ces fosses n’étaient qu'un aménagement d’étangs permettant la liaison de la mer (Marais du Vigueirat, Etang du Landre à proximité de la ville actuelle de Fos) aux marécages entourant la ville d’Arles ; cette polémique à ce jour n’est toujours pas close.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Après la déroute romaine d'Arausio (Orange) le 6 octobre 105 av. J.-C., le consul Marius intervient dans la région d'Arles pour interdire aux troupes barbares l'accès de l'Italie. Plutarque dans la Vie de Marius nous décrit cet épisode :
    Marius, informé que les ennemis approchaient, se hâta de repasser les Alpes ; et ayant placé son camp sur le bord du Rhône, il le fortifia, et le fournit d'une telle abondance de provisions de bouche que jamais la disette des vivres ne pouvait le forcer à combattre quand il n'y trouverait pas son avantage.
  2. Géographie, livre IV, chap. 1, trad. A. Tardieu, 1867.
  3. Histoire Naturelle, livre III, chap. 5.
  4. Géographie, livre II, chap. 5.
  5. Vie de Marius, chap. 16.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isidore Gilles, Les Fosses mariennes et le canal de Saint-Louis : réponse à M. Desjardins, Marseille, Camoin, 1869.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]