Forteresse nubienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Positions des forteresses nubiennes

Les forteresses nubiennes ont été érigées, pour la plupart, durant le Moyen Empire afin de prévenir les attaques du royaume de Kouch. Leur nombre s'élevait à dix-sept mais seules quatorze d'entre elles ont pu être identifiées avec certitude.

Une tradition militaire[modifier | modifier le code]

En Égypte, la fortification trouve ses origines dans la défense des villes bordant la vallée du Nil telle que Memphis dont le nom égyptien Ineb-Hedj signifiait « La muraille blanche ». Les plus anciennes villes fortifiées jamais découvertes se trouvent à Kom El Amar et à El Kab.

Après leur unification, les anciens égyptiens ont dû se préserver des attaques menées par les peuples voisins en dotant leurs frontières d’un important réseau de forteresses, frontières que sont le désert Libyque, le désert du Sinaï, la côte méditerranéenne et enfin la frontière séparant la Nubie de l’Égypte. C’est durant le Moyen Empire et plus particulièrement sous la XIIe dynastie qu’un programme intensif de fortification fut mis en œuvre. Celui-ci atteignit son apogée sous Sésostris III.

On ne dénombre pas moins de quatorze forteresses érigées entre Éléphantine et la troisième cataracte. Abandonnées pendant la Deuxième période intermédiaire égyptienne, elles furent réhabilitées sous le Nouvel Empire afin de favoriser les échanges commerciaux avec l’Afrique équatoriale.

Plus tard ces forteresses allaient inspirer les Syriens et par l’intermédiaire de ceux-ci, les Croisés qui allaient introduire en Europe l’art de la fortification hérité de ce lointain passé.

La forteresse de Bouhen représente le chef-d’œuvre de l’architecture militaire égyptienne.

Chronologie des forteresses nubiennes[modifier | modifier le code]

De nombreuses forteresses datent de l’Ancien Empire mais ont connu leur plein développement au Moyen Empire. Montouhotep II, pharaon de la XIe dynastie rénove la forteresse d’Éléphantine. Amenemhat Ier, pharaon de la XIe dynastie, consolide la frontière sud au niveau de la première cataracte en érigeant un mur de plus de sept kilomètres. Son successeur, Sésostris Ier, repoussera la frontière jusqu’à la deuxième cataracte en érigeant les forteresses de Qouban, Aniba, Mirgissa, Dobenarti, Dorginarti, Kor, Ikkour et de Bouhen. Enfin, Sésostris III assurera à ses troupes un contrôle total de la Haute-Nubie avec les forteresses de Semna, de Kouma, de Shalfak et de Ouronarti, fixant ainsi la frontière de l’empire égyptien au-delà de la deuxième cataracte.

Une liste de forteresses nubiennes sur un papyrus égyptien[modifier | modifier le code]

Un papyrus nommé le ramesseum onomasticon (tirant son nom du lieu de sa découverte, le Ramesséum, temple funéraire de Ramsès II)[1] fut découvert par l’égyptologue Quibell. Ce document contient trois cent trois termes classés par matière et représente une sorte de dictionnaire. Parmi ces termes se trouve une liste de toponymes dont dix-sept noms de forteresses. Toutes n’ont pu être identifiées ou situées en Nubie.

Voici quelques noms figurant sur ce papyrus et dont l’attribution est certaine[2] :

Description d'une forteresse nubienne[modifier | modifier le code]

Plan type d'une forteresse nubienne (Aniba)

Ces forteresses avaient en commun de larges fossés, d'imposantes murailles crénelées munies de meurtrières et renforcées par des glacis et des bastions aux angles, quelquefois aussi en façade. Un exemple type en est donné à Aniba. Le plan rectangulaire se retrouve, à quelques exceptions près, dans tous les forts. La première muraille était parfois doublée d'une seconde enceinte comme à Bouhen et Mirgissa.

L'implantation du site, outre les raisons économiques (proximité d'une mine ou d'une carrière), tenait compte de la topologie du terrain et de la configuration du fleuve. Les cataractes étaient privilégiées opposant à l'envahisseur un obstacle évident. Cette barrière naturelle était renforcée par des forts placés sur chaque rive du fleuve ainsi que sur des îlots rocheux. Les murailles devaient alors épouser les irrégularités du terrain.

maçonnerie renforcée d'une forteresse nubienne

Celles-ci étaient composées de briques de 37x18x12 cm posées en assises horizontales, liées entre elles par un mortier de terre. L'intérieur du mur était habillé d'une armature de bois afin de renforcer la structure. Les égyptiens composaient ainsi une "maçonnerie armée" capable de résister à toutes les tentatives de destruction. L'égyptologue Walter Emery a estimé à 13 300 000 le nombre de briques nécessaires à l'édification de la forteresse de Bouhen.

Fortification d'une forteresse nubienne

Avant de tenter d'escalader les imposantes murailles, l'envahisseur devait franchir un premier mur (la contre-escarpe), traverser un fossé et faire face aux meurtrières de l'escarpe d'où les archers pouvaient décocher leurs flèches. Et s'ils pouvaient franchir ce deuxième obstacle, ils se retrouvaient à la merci des archers disposés en haut des murailles ou postés sur les tourelles. Et de ces tourelles, ils pouvaient faire tomber de lourdes charges par les mâchicoulis.

Meurtrière d'une forteresse nubienne
a : vue axonométrique
b : plan
c : section
d : élévation

À noter que les meurtrières étaient conçues et espacées de telle manière que l'archer égyptien n'avait aucun angle mort. Chaque poste avait trois angles de tirs différents à l'horizontal et deux angles différents à la verticale offrant en totalité six angles de visée.

Porte fortifiée d'une forteresse nubienne (Bouhen)

Deux portes fortifiées permettaient d'accéder à l'intérieur du fort. Leur conception ne laissaient aucune chance à une quelconque tentative d'intrusion.

La ville du fort rassemblait ce qu'il fallait à une petite armée, une caserne, des magasins, des ateliers, une armurerie, les habitations et un temple. L'essentiel de la nourriture était acheminée d'Égypte par voie fluviale. Chaque fort avait une population moyenne de 200 individus mais la forteresse de Bouhen pouvait en compter 1500.

La campagne de fouilles sous l'égide de l'Unesco[modifier | modifier le code]

Le lac Nasser et le haut barrage d'Assouan ont, à tout jamais, provoqué la disparition de nombreux sites nubiens. Mais une campagne internationale de sauvetage, sous l'égide de l'Unesco, a permis le sauvetage de nombreux joyaux tels que les temples d'Abou Simbel et Philæ. Malheureusement il fut impossible de déplacer les vestiges des forteresses et seules des campagnes de fouilles ont pu être financées. Les plus aboutis sont les travaux menés par Walter Emery à Bouhen et par Jean Vercoutter à Mirgissa. Leurs rapports sont d'une valeur inestimable pour qui veut saisir l'importance de ces monuments méconnus, gisants désormais sous les eaux.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Dows Dunham, Second Cataract Forts, Vol. I : Sumna Kumma, excavated by George Andrew Reisner, 1960.
  • W. Emery, Buhen I, the archeological report, 1978.
  • Jean Vercoutter, Mirgissa I, II et III.
  • J. Vandier , Manuel d'archéologie égyptienne, Vol I, II, III.
  • Les courriers de l'UNESCO.
  • Les Annales du Service des Antiquités égyptiennes .
  • Franck Monnier, Les forteresses égyptiennes. Du Prédynastique au Nouvel Empire, Bruxelles, Safran (éditions), coll. « Connaissance de l'Égypte ancienne »,‎ 2010 (ISBN 978-2-87457-033-9, résumé).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ou papyrus Berlin 10495
  2. Jean Vercoutter, Mirgissa I, p. 187