Fort des Rousses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Fort des Rousses et son écusson

Le fort des Rousses est un vaste ouvrage militaire situé sur la commune des Rousses dans le Jura.

Construction[modifier | modifier le code]

La commune des Rousses est située à la frontière suisse, et au début du XIXe siècle, l’état major français craint une éventuelle attaque par un belligérant qui aurait violé la neutralité suisse. En 1841, le Ministère des Finances (France) vote un crédit pour la construction d'un fort et un terrain de 93 hectares est acquis au sud-ouest de la commune. Les travaux commencent en 1843 et se poursuivent durant une vingtaine d'années. L’inscription sur le porche d’entrée est 1848, mais il est considéré comme véritablement terminé en 1862-63. À 1 150 m d'altitude, le fort des Rousses est la deuxième forteresse française par la superficie (après le Mont-Valérien): 21 ha à l'intérieur du mur d'enceinte, plus de 50 000 m² de salles voûtées et des kilomètres de galeries. Il est construit en pierre calcaire extraite localement et largement recouvert de terre comme protection supplémentaire contre les bombardements.

Le fort possède deux portes d'entrée. Au Nord, construite entre deux passages couverts voûtés, la porte de France. À l'Est, la porte de Suisse, protégée par un pont-levis à la Poncelet et couverte par une importante tenaille, est considérée comme la porte principale. Le fort des Rousses a été doté de trois casernes monumentales. Aucune source n'alimente les réserves d'eau et seules les eaux recueillies sur les terrasses des bâtiments après les pluies ou la fonte des neiges remplissent les citernes installées sous chaque bâtiment.

Histoire[modifier | modifier le code]

Première utilisation militaire[modifier | modifier le code]

Le fort ne recevra ses pièces d'artillerie qu'en 1868, la décision ministérielle du 2 décembre 1867 ayant porté son armement à 88 pièces de défense et 27 pièces de sûreté et sa garnison à 3 500 hommes, chiffres qui seront maintenus jusqu'en décembre 1874. Des travaux importants de réparations et d'entretien sont entrepris en 1884-87. C'est également à cette époque qu'est construite la redoute du Rochat (disparue) et le fort du Risoux. Et pourtant, l’évolution de l’armement de siège le rend rapidement obsolète. Dès 1899 il fut inscrit parmi les ouvrages de 3° classe et les travaux entrepris pour l'aménagement des nouveaux abris sous-roc furent, de ce fait, immédiatement arrêtés. Le fort est utilisé par les militaires jusqu'en 1919 puis abandonné.

Colonie de vacances[modifier | modifier le code]

En 1925, et de 1930 à 1938, le fort abrite des colonies de vacances. En 1934, les toits couverts de terre sont remplacés par des toits en tuiles.

Seconde utilisation militaire[modifier | modifier le code]

Il semble qu’à partir de 1939 le fort retrouve un usage militaire. Son statut pendant la guerre diverge selon les sources, soit occupé par les Allemands, soit par la Croix-Rouge. Les unités françaises en prennent possession en 1944.

Après la Seconde Guerre mondiale, le fort des Rousses devient Centre régional d'entraînement physique militaire et de ski, puis fut occupé par différents bataillons. Depuis 1966, il abritait le Centre d'Entraînement Commando du 23e régiment d'infanterie, affectation qu'il conservera jusqu'en juin 1997 date de son abandon par l'armée. Dans les années 1960, il abritait également aux vacances de Pâques et d'été les stages de la Formation Militaire Interarmes pour les étudiants qui avaient opté pour la PMS (Préparation Militaire Supérieure) afin de faire directement le "peloton des EOR" lors de leur incorporation.

Le fort des Rousses fut baptisé fort Henry Martin[1] en 1984[2].

Retour à la vie civile[modifier | modifier le code]

En 1997, l'État le vend à la commune des Rousses. Il est alors restructuré pour abriter les caves d'affinages des fromageries Arnaud et l'entreprise de lunetterie Comotec. La fromagerie Arnaud aménage d'immenses halles d'affinage dans les caves voûtées, qui affichent été comme hiver une température de 8 °C. Plus de 75 000 meules de comté y mûrissent. Il sert aussi de cadre à un parcours d’aventure et d’exploration de souterrains.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Cérémonies : Hommage au Général Henry Martin et commémoration de la libération de la Corse »
  2. « Le Fort des Rousses », Mairie des Rousses

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

46° 28′ 46″ N 6° 03′ 16″ E / 46.47944, 6.05444 ()