Fort de la Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fort de la Montagne
Les vestiges de l'un des bastions de l'ancien fort
Les vestiges de l'un des bastions de l'ancien fort
Présentation
Date de construction XVIIe XVIIIe XIXe siècles
Destination initiale Fort militaire
Propriétaire État
Protection Lieu historique national (1970)

Monument historique classé (1974, tours)

Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Localité Montréal
Localisation
Coordonnées 45° 29′ 40″ N 73° 35′ 10″ O / 45.49445, -73.58611 ()45° 29′ 40″ Nord 73° 35′ 10″ Ouest / 45.49445, -73.58611 ()  

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Fort de la Montagne

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Fort de la Montagne

Le fort de la Montagne (aussi appelé fort des Messieurs ou encore fort Belmont) est une ancienne place fortifiée située sur la rue Sherbrooke à Montréal, au Québec. Les vestiges de ce domaine, construit vers 1685, forment les plus anciennes structures de l'île de Montréal[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La mission d'évangélisation, destinée à convertir et franciser les amérindiens, fut établie dès 1675 au pied de la Montagne. François Vachon de Belmont est envoyé en Nouvelle-France vers 1680 par le supérieur de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice à Paris afin de dissimuler l'affaire des sorciers et des visions survenue à la mission. En 1683, environ 210 amérindiens (Iroquois, Hurons et Algonquins) vivent sur le site[2]. Afin de protéger le domaine des Iroquois, il fait construire vers 1685 le fort de la Montagne, à ses frais.

En 1696, un incendie majeur se déclare dans le fort et accélère le transfert des habitants vers la mission amérindienne du Sault-au-Récollet (emplacement de l'actuel quartier d'Ahuntsic-Cartierville), où sera construit le fort Lorette. La mission de la Montagne sera définitivement fermée dès 1705: les terres sont alors louées à des paysans, dont certains logeront temporairement dans les fortifications. En 1825, un étage est ajouté à la résidence principale, le château des Messieurs alors qu'on aménage une chapelle dans la tour est.

Évolution du fort entre 1685 et 1854

Le domaine comptait à l'origine (outre les habitations) quatre bastions ainsi qu'une série de remparts et de palissades qui furent tous détruits en 1854 à l'exception des deux tours sud, lors de la construction de l'édifice de l'actuel collège de Montréal (qui abritait alors le séminaire)[3]. En 1867 est construit l'édifice qui abrite aujourd'hui le grand séminaire de Montréal, adjacent au collège.

Trois bassins furent successivement construits sur le domaine des sulpiciens: le premier aurait été aménagé avant même la construction des tours, lors de l'établissement de la mission vers 1675[4].

Le fort a été désigné lieu historique national du Canada le 8 juin 1970sous le nom de l« lieu historique national des Tours-des-Sulpiciens / Fort-de-la-Montagne »[5]. Les tours ont été classées monument historique le 20 novembre 1974[6]. En 1982, ses dernières sont incluses dans le site historique classé du domaine des Messieurs de Saint-Sulpice[7].

De 1984 à 1986, des travaux de restauration sont entrepris sur les deux tours.

Annexes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Chapelle du Grand Séminaire », Université du Québec
  2. (fr) « L'implication et l'empreinte des Sulpiciens français à Montréal dès 1657 (Concours franco-québécois d'histoires croisées), RÉCIT, mai 1998 »
  3. (fr) « Inventaire des lieux de mémoire de la Nouvelle-France », Université Laval, 2001-2004
  4. (fr) « Lieux historiques », Grand séminaire de Montréal
  5. « Lieu historique national du Canada des Tours-des-Sulpiciens / Fort-de-la-Montagne », sur Lieux patrimoniaux du Canada (consulté le 5 août 2011)
  6. « Tours du Fort des Messieurs de Saint-Sulpice », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 5 août 2011)
  7. « Domaine des Messieurs de Saint-Sulpice », sur Répertoire du patrimoine culturel du Québec (consulté le 5 août 2011)
Les deux tours du fort de la Montagne, des haies et des arbres
Les deux tours du fort de la Montagne, des haies et des arbres