Fort Saint-Frédéric

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fort Saint-Frédéric
Image illustrative de l'article Fort Saint-Frédéric
Présentation
Date de construction XVIIIe siècle
Destination initiale Fort militaire
Propriétaire État
Protection inscrit Monument historique par arrêté du 24 juin 1962
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Région New York
Localité Crown Point
Localisation
Coordonnées 44° 06′ 17″ N 73° 15′ 19″ O / 44.104586, -73.25524444° 06′ 17″ Nord 73° 15′ 19″ Ouest / 44.104586, -73.255244  
Ruines du Fort Saint-Frédéric

Le fort Saint-Frédéric était un fort français construit au XVIIIe siècle en Nouvelle-France, sur les rives du lac Champlain, à la limite de l'État du Vermont et l'État de New York. Il est situé dans le comté d'Essex, aux États-Unis.

Le fort Saint-Frédéric fut construit dès 1727 par le gouverneur de la Nouvelle-France, le marquis de Beauharnois. Les travaux durèrent jusqu'en 1734. Il devait sécuriser les limites de la Nouvelle-France face aux incursions des Anglais depuis la Nouvelle-Angleterre.

Le fort fut nommé Saint-Frédéric en l'honneur de Jean Frédéric Phélypeaux de Maurepas, secrétaire d'État à la Marine.

Ce fort était constitué de murs de quatre mètres d'épaisseur. Il y avait quatre niveaux d'élévation. De nombreux canons étaient disposés de toutes parts et les boulets pouvaient atteindre l'autre rive du lac Champlain. Plusieurs centaines d'hommes de troupe et d'officiers pouvaient tenir place dans ce fort. La plupart d'entre eux étaient issus des Compagnies franches de la marine qui constituaient la principale force de défense de la Nouvelle-France.

Le premier commandant de fort Saint-Frédéric fut François-Antoine Pécaudy de Contrecœur dont le père, Antoine Pécaudy de Contrecœur fut officier du régiment de Carignan-Salières envoyé en Nouvelle-France.

François-Antoine Pécaudy de Contrecœur fut par la suite remplacé par Paul Bécart de Granville et de Fonville comme commandant du fort Saint-Frédéric.

En 1755, fut construit un autre fort français près du lac Champlain, le fort Carillon afin de contenir la poussée expansionniste britannique.

En 1759, durant la guerre de Sept Ans, d'importantes troupes anglaises marchèrent sur fort Saint-Frédéric. Les Anglais tentèrent par deux fois de prendre le fort mais sans succès. D'importants renforts anglais arrivèrent. Face à l'imposante force ennemie, les soldats français se replièrent après avoir détruit leur fort durant l'été 1759.

Les Anglais construisirent un nouveau fort, le fort Crown Point près des ruines de l'ancien fort français.

De nos jours les ruines de ces deux forts font partie du National Historic Landmark des États-Unis depuis le 9 octobre 1960.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]