Fort Pentagouët

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fort Pentagouët
Fort de Pentagouët en 1670
Fort de Pentagouët en 1670
Présentation
Date de construction XVIIe
Destination initiale Fort militaire
Propriétaire État
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
État Drapeau du Maine Maine
Localité Castine
Localisation
Coordonnées 44° 13′ 54″ N 68° 28′ 33″ O / 44.2316, -68.475944° 13′ 54″ Nord 68° 28′ 33″ Ouest / 44.2316, -68.4759  

Géolocalisation sur la carte : Maine

(Voir situation sur carte : Maine)
Fort Pentagouët

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Fort Pentagouët

Le fort Pentagouët[1] a été construit par le sieur Claude Turgis de Saint-Étienne de La Tour en 1625 sur le fleuve Penobscot (aujourd'hui sur la péninsule de Castine dans le Maine). Le fort a été érigé autour d'un poste de traite qui avait été fondé en 1613 par La Tour.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le fort constituait la frontière la plus à l'ouest de l'Acadie. Vers 1626, Claude Turgis de la Tour fut chassé du fort par la colonie de Plymouth. Il demeure une possession britannique jusqu'en 1635. Bien que rétrocédé à la Compagnie des Cent-Associés en 1630, ce n'est qu'en 1635 que le gouverneur Isaac de Razilly envoie le sieur Charles de Menou d'Aulnay en reprendre formellement possession pour la France.

Le 2 septembre 1654, les troupes britanniques sous le commandement de Robert Sedgwick le mettent à sac et en chassent encore une fois les Français. Le traité de Breda de 1667, rend encore une fois l'Acadie à la France, sans que soient précisés tous les territoires concernés. Le fort demeurera sous contrôle français jusqu'au 17 juillet 1670 où il passa sous le commandement de Hector d'Andigné de Grandfontaine, nouveau gouverneur de l'Acadie.

En 1674, le fort est pris d'assaut par la marine hollandaise (les Pays-Bas étaient en guerre à la fois contre la France et l'Angleterre) et l'incendient. Peu après, les Anglais débarquent à leur tour et pillent les ruines du fort. Le site fut occupé ensuite par un officier français du gouverneur d'Andigné de Grandfontaine, le baron Jean-Vincent d'Abbadie de Saint-Castin. D'Abbadie de Saint-Castin fit reconstruire quelques fortifications élémentaires, notamment les bordures ardoisées vestiges dégagés dans les années 1980[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alaric Faulkner et Gretchen Fearson Faulkner, Les Français à Pentagouët (1635-1674), un portrait archéologique de la frontière acadienne, publication réalisée conjointement par The Maine Historic Preservation Commission et le Musée du Nouveau-Brunswick, traduction française de Bernadette Laviolette, 1989.
  2. Les Amitiés acadiennes N° 21, 3e trimestre 1982, pp. 24/26

Voir aussi[modifier | modifier le code]