Fort National

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fort Royal.
Fort National
Image illustrative de l'article Fort National
île du Fort National à marée haute, vu des remparts de Saint-Malo

Contrôlé par Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 39′ 17″ N 2° 01′ 24″ O / 48.65484, -2.0233088 ()48° 39′ 17″ Nord 2° 01′ 24″ Ouest / 48.65484, -2.0233088 ()  

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort National

Géolocalisation sur la carte : Bretagne

(Voir situation sur carte : Bretagne)
Fort National

Géolocalisation sur la carte : Saint-Malo

(Voir situation sur carte : Saint-Malo)
Fort National

Le Fort National est un bastion situé sur une île de Saint-Malo. L'île est accessible à marée basse. Le fort fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis [1].

Anciennement appelé « Fort Royal » et aussi « Fort Impérial » (durant les années du Premier et du Second Empire), l'actuel Fort National a été construit en 1689 par l’ingénieur Siméon Garangeau d’après les plans de Vauban et sur les ordres du Roi Louis XIV, en même temps que les remparts de Saint-Malo étaient renforcés, dont il assurait la défense. Bastion avancé de la cité corsaire, il s’inscrit dans l’ensemble des fortifications qui allaient du fort La Latte jusqu'à la pointe de la Varde.

Aperçu historique[modifier | modifier le code]

Le Fort National a été construit sur le rocher de l'Islet. Ce roc était, avant la construction du fort, l'emplacement d'un phare pour guider les navires dans la baie rocheuse de la cité corsaire, mais aussi le lieu d'exécution de la Seigneurie malouine. À la moitié de son règne, Louis XIV lance un projet de fortification de Saint-Malo pour protéger la ville et ses immenses richesses d'une éventuelle invasion anglaise. Suite à l'Ordonnance royale émanant de la main de Louis XIV, Sébastien le Prestre de Vauban, ingénieur royal et maréchal de France, dessine les plans du monument et en confie la réalisation à Siméon Garangeau. La construction commencera en 1689 et la date de fin de construction semble être 1693. Mêlant utilité et efficacité sans abîmer le rocher, la construction de Vauban est un exemple vivant de son génie. Le fort ne sera jamais pris de son histoire, mis à part pendant la Seconde Guerre mondiale pendant laquelle il devint prison allemande, où des Malouins furent enfermés dans des conditions très rudes. Dans la nuit du 9 au 10 août 1944 notamment, alors que la vieille cité corsaire se consumait sous les bombes alliées, 18 de ces prisonniers furent tués par les obus de la 3e armée américaine[2]. Une plaque commémorative dans le fort honore aujourd'hui leur mémoire[3].

À travers son histoire, le fort fut l'objet d'une décision du Roi soleil, d'une réalisation de Vauban, il fut un lieu de duel pour le célèbre corsaire Surcouf et participa activement à la défense de la cité lors de l'attaque anglaise de 1693. Il fut enfin une geôle allemande. Cette longue histoire en fait un monument définitivement lié à la vie de Saint-Malo.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Notice no PA00090810 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Joseph Baladre: Un épisode du siège de Saint-Malo, Les otages au Fort National 7-13 août 1944, Beuchet et Vanden Brugge, Nantes, 1946
  3. Les heures noires de la seconde guerre mondiale sur fortnational.com

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :