Fort Nashwaak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lieu historique national du Canada Fort-Nashwaak
Image illustrative de l'article Fort Nashwaak
Présentation
Date de construction 1692
Protection Lieu historique national (1924)
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Municipalité Fredericton
Localisation
Coordonnées 45° 57′ 42″ N 66° 37′ 33″ O / 45.96171, -66.6259645° 57′ 42″ Nord 66° 37′ 33″ Ouest / 45.96171, -66.62596  

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

(Voir situation sur carte : Nouveau-Brunswick)
Lieu historique national du Canada Fort-Nashwaak

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Lieu historique national du Canada Fort-Nashwaak

Le fort Nashwaak ou fort Naxoat, aussi appelé fort Saint-Joseph[1], officiellement le Lieu historique national du Canada Fort Nashwaak (Naxoat), est un lieu historique national situé dans le parc Carleton à Fredericton, au Nouveau-Brunswick (Canada).

Histoire[modifier | modifier le code]

William Francis Ganong rapporte que Cadillac l'a décrit comme un fort malécite et qu'une croyance veut qu'il ait été construit par des Écossais, ce qui est vraisemblablement faux[1]. Les historiens savent en effet que le fort est construit à l'hiver 1691-1692 à la demande du gouverneur de l'Acadie Joseph Robineau de Villebon afin de défendre la frontière avec la Nouvelle-Angleterre[2].

Le 15 février 1694, l'officier Charles La Tourasse est nommé commandant du fort Naxoat par le gouverneur Villebon. Charles La Tourasse fut tué le 9 octobre 1696, lors d'une embuscade tendue par les anglais non loin du fort Naxoat près de la baie française.

Le fort sert de bases pour diverses incursions menées par les Français avec l'aide des Abénaquis contre les établissements de la Nouvelle-Angleterre[2]. Notamment, à l'été 1696, une expédition commandée par Villebon et son frère attaquent le fort William Henry. Les Anglais répliquent en attaquent le fort Naxoat mais le siège est abandonné au bout de deux jours[2].

En 1698, le roi de France demande alors à Villebon de construire le fort Saint-Jean, à l'embouchure du fleuve; le fort Naxoat est démoli[2]. Le lieu et tout vestiges archéologiques sont ensuite détruits par l'érosion[2]. En effet, un certain Hanney décrit des ruines en 1867 mais plus une trace des fortifications l'année suivantes[1]. L'endroit devient par contre un lieu historique national du Canada le 4 juin 1924[2]. La Commission des lieux et monuments historiques du Canada érige un cairn et une plaque commémorative à 700 mètres au nord, dans le parc Carleton, près de l'intersection des rues Union et Gibson[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 273-274
  2. a, b, c, d, e, f et g « Lieu historique national du Canada Fort Nashwaak (Naxoat) », sur Lieux patrimoniaux du Canada (consulté le 8 octobre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]