Fort La Tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fort La Tour
Image illustrative de l'article Fort La Tour
Présentation
Date de construction 1631
Protection Lieu historique national (1923)
Lieu du patrimoine provincial (1976)
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Région Nouvelle-France (Acadie)
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Comtés au Canada Saint-Jean
Ville Saint-Jean
Localisation
Coordonnées 45° 16′ 22″ N 66° 04′ 20″ O / 45.272712, -66.072271 ()45° 16′ 22″ Nord 66° 04′ 20″ Ouest / 45.272712, -66.072271 ()  

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

(Voir situation sur carte : Nouveau-Brunswick)
Fort La Tour

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Fort La Tour

Le Fort La Tour est un poste de traite fortifié qui est situé dans le port de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick.

Charles de Saint-Étienne de La Tour construisit un poste sur la fleuve Saint-Jean qu'il nomma fort Sainte-Marie en 1631. Jean-Daniel Chaline, un des lieutenants de La Tour, devint commandant de ce premier établissement de la rivière Saint-Jean. La Tour profita de son séjour en France pour recruter des colons destinés à son poste principal, qu’il transféra au fort Sainte-Marie en 1635.

Histoire[modifier | modifier le code]

Françoise-Marie Jacquelin défendant le Fort La Tour.

En 1631, Charles de Saint-Étienne de La Tour construit un poste de traite fortifié à l'embouchure du fleuve Saint-Jean qu'il baptise fort Sainte-Marie[1]. Ce fort est situé à un endroit stratégique pour le commerce avec les Malécites, les Micmacs et les Passamaquoddys[2]. Il est aussi finalement stratégiquement situé par rapport à son rival, Charles de Menou d'Aulnay, qui est situé à Port-Royal de l'autre côté de la baie de Fundy[1].

En 1645, d'Aulnay profita d'une absence de La Tour pour attaquer le fort. Il fut vaillamment défendu par sa garnison dirigé par la seconde épouse de La Tour, Françoise-Marie Jacquelin. Elle dut se rendre quatre jours plus tard. Une fois entré dans le fort, d'Aulnay brisa les accords de capitulation et massacra toute la garnison et emprisonna Jacquelin, qui meurt quelques jours plus tard[1].

Le fort a été ensuite détruit à une date inconnue au XVIIe siècle ou au début du XVIIIe siècle[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Lieu historique national du Canada Fort-La-Tour », sur Lieux patrimoniaux du Canada (consulté le 5 avril 2012)
  2. « Fort LaTour », sur Lieux patrimoniaux du Canada (consulté le 5 avril 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]