Fort Charnisay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lieu historique national du Canada Fort-Charnisay
La plaque commémorative
La plaque commémorative
Présentation
Date de construction 1645
Protection Lieu historique national (1923)
Géographie
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Municipalité Saint-Jean
Localisation
Coordonnées 45° 15′ 46″ N 66° 04′ 33″ O / 45.26279, -66.07573 ()45° 15′ 46″ Nord 66° 04′ 33″ Ouest / 45.26279, -66.07573 ()  

Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick

(Voir situation sur carte : Nouveau-Brunswick)
Lieu historique national du Canada Fort-Charnisay

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Lieu historique national du Canada Fort-Charnisay

Le fort Charnisay[1], officiellement le lieu historique national du Canada Fort-Charnisay, est un lieu historique national situé à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick (Canada). Il est situé vis-à-vis le poste de péage du pont du Havre, sur la rive droite (ouest) du fleuve Saint-Jean.

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan du fort Ménagouèche.

En 1631, Charles de Saint-Étienne de La Tour construit le fort Sainte-Marie, ou fort La Tour, sur la rive est du fleuve[2]. La Tour conteste en 1632 la nomination de Charles de Menou d'Aulnay, sieur de Charnisay, comme lieutenant-colonel du roi en Acadie[2]. D'Aulnay détruit le fort Sainte-Marie en 1635[2]. D'aulnay construit ensuite le fort Charnisay, un poste de traite fortifié en bois, en 1645 sur la rive ouest du fleuve[2].

Selon William Francis Ganong, il est très probable que le fort Martignon est construit après 1672 par Martin d'Aprendestiguy sur le site du fort Charnisay[3].

Le gouverneur De Villebon y construit le fort Saint-Jean en 1698 pour protéger la population acadienne des Britanniques[2]. Considérant l'emplacement défensif et l'approvisionnement en eau inadéquat, le gouverneur Jacques-François Monbeton Brouillan de Saint-André démolit le fort en 1700 et s'installe à Port-Royal[2].

Le fort Ménagouèche est toutefois aménagé sur le site par Charles Deschamps de Boishébert en 1749, toujours pour protéger l'entrée du fleuve des Britanniques[2]. En 1755, au début de la Déportation des Acadiens, durant la guerre de la Conquête, Boishébert incendie le fort et fuie à l'arrivée des Britanniques[2].

Le lieutenant-colonel britannique Robert Monckton reconstruit le fort en 1758 mais lui donne le nom de fort Frederick[2]. Le fort est fortement endommagé lors d'une inondation du 3 au 4 novembre 1759[4]. Il détruit en 1775 par des corsaires américains durant la Guerre d'indépendance américaine[2]. Il est toutefois reconstruit une dernière fois pour protéger la ville lors de la guerre de 1812[2].

Durant la première moitié du XXe siècle, le lieu est utilisé à des fins industrielles[2]. En 1968, il laisse place au poste de péage du pont du Havre[2].

Le site du fort est désigné lieu historique national du Canada le 25 mai 1923[2]. La Commission des lieux et monuments historiques du Canada a installé un cairn et une plaque commémorative à 400 mètres au sud, sur la rue Market Place[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aussi appelé le Vieux fort (Old fort en anglais), le fort Ménagouèche, le fort Saint-Jean, le fort Frederick ou le fort Monckton.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o « Lieu historique national du Canada Fort-Charnisay », sur Lieux patrimoniaux du Canada (consulté le 7 octobre 2011)
  3. (en) William Gagnong, A Monograph of historic sites in the province of New Brunswick, Ottawa, J. Hope,‎ 1899 (lire en ligne), p. 277-278
  4. « Détails sur l’inondation - 1759-11-03 - 1759-11-04 », sur Base de données historiques sur les inondations (consulté le 29 mars 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]