Fort-la-Latte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fort-la-Latte
Image illustrative de l'article Fort-la-Latte
Fort-la-Latte
Nom local Fort de la roche Goyon
Période ou style XIVe siècle
Type Château fort
Début construction 1340
Fin construction XVIIIe siècle
Propriétaire initial Étienne III Goyon
Propriétaire actuel Famille Joüon des Longrais
Protection Logo monument historique Classé MH (1925)
Coordonnées 48° 40′ 06″ N 2° 17′ 05″ O / 48.66833, -2.28472 ()48° 40′ 06″ Nord 2° 17′ 05″ Ouest / 48.66833, -2.28472 ()  [1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Bretagne
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Commune Plévenon

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Fort-la-Latte

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fort-la-Latte

Anciennement la Roche-Goyon, le château de Fort-la-Latte, situé à la pointe du même nom, en face du cap Fréhel[2] dans le département des Côtes-d'Armor, est l'un des plus célèbres châteaux bretons. Remarquable par sa situation sur un cap rocheux, face à la mer, il a servi de décor à de nombreux films.

Il fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [3].

Le leitmotiv de l'ancien site web du château était : « Me zo ganet e-kreiz ar mor » (« je suis né au milieu de la mer » en breton).

Titre, aussi, d'un célèbre poème de Jean-Pierre Calloc'h (Yann Ber Kalloc'h), mis en musique par Jef Le Penven.

Historique[modifier | modifier le code]

Le château de la Roche-Goyon fut construit au XIVe siècle par le seigneur de Matignon, Étienne III Gouÿon. La construction du château commença dans les années 1340, son donjon date des années 1365-1370.

En 1379, suite au retour d'exil du duc de Bretagne Jean IV, le château fut assiégé par Bertrand Du Guesclin. Le château est attaqué et pris une seconde fois lors des guerres de Religion au XVIe siècle, cette défaite marquant un temps d'abandon de l'édifice. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle, sous Louis XIV, que le château reprend son intérêt stratégique et est bastionné.

Il servira jusqu'à la fin du Premier Empire où l'évolution des techniques militaires conduisit à son inadaptabilité. À partir de 1892, il fut vendu à divers propriétaires privés[4] avant d'être acheté par un passionné en 1931 qui entreprit de lourds travaux de restauration qui s'achevèrent dans les années 1950.

Emplacement[modifier | modifier le code]

Le fort est situé sur un cap rocheux, à proximité du cap Fréhel.

Ce site fut choisi en raison de son emplacement favorable, naturellement peu accessible et offrant une vue dégagée sur la Manche et sur la Côte d'Émeraude. Les falaises entourent le château et ses environs, ce qui le protège de toute invasion par la mer.

De plus, les matériaux de construction étaient facilement accessibles : le granite venait du cœur de la Bretagne, le grès pouvait être directement récupéré sur les falaises (il reste d'ailleurs des traces des anciennes carrières sur le littoral, révélées par des toponymes tels que « port Taillé » toujours présents sur le cadastre). En outre, le bois était courant, avec les nombreuses forêts de l'époque médiévale.

Le fort était un point stratégique important puisqu'il se trouvait non loin des voies commerciales reliant Saint-Malo, la Normandie et les îles Anglo-Normandes.

Vue sur la Côte d'Émeraude et le cap Fréhel depuis le donjon du Fort-la-Latte.

Description[modifier | modifier le code]

Le fort est muni de deux châtelets, l'un s'ouvrant sur la barbacane, l'autre sur la cour du château ; chacun possède son pont-levis. Dans la cour, on retrouve une citerne d'eau, une chapelle, les différents moyens défensifs (notamment les emplacements des batteries de canons) et bien sûr le donjon.

Sur le chemin menant au château, on peut observer un petit menhir dressé qui selon la légende serait le doigt de Gargantua.

La barbacane[modifier | modifier le code]

Détail de l'entrée du premier châtelet. La herse se trouvait dans la rainure et la pierre de soubassement soutenait la porte.

Le premier châtelet de la barbacane est muni d'un pont-levis reconstitué en état de fonctionnement. À l'époque de sa construction au XIVe siècle, il était aussi protégé par une herse et une porte à double-battant. Entièrement détruit à coup de canon lors de la seconde prise du château, il a par la suite été reconstruit.

La barbacane est agrémentée d'un petit jardin médiéval. Une bricole (arme), sorte de catapulte, y est également présente.

La cour[modifier | modifier le code]

La cour abrite de nombreux aménagements, tels que la citerne, la chapelle construite sous Louis XIV et le donjon. Entièrement remblayée au XVIIe siècle pour y utiliser les canons, le sol médiéval originel se trouve jusqu'à huit mètres de profondeur en dessous du sol actuel. Les fouilles archéologiques ont par ailleurs révélé une tour carrée qui servit probablement de tour de garde entièrement enfouie sous la terre[réf. nécessaire].

Un deuxième châtelet protège la cour. On y trouve notamment une oubliette. Muni lui-aussi d'un pont-levis et d'une herse, il ne reste du châtelet médiéval que les deux tours, le reste (et notamment l'étage supérieur) ayant été pulvérisé par la canonnade du XVIe siècle. Les ponts-levis respectifs des deux châtelets ne sont pas sur le même axe afin de gêner les manœuvres des béliers.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La citerne[modifier | modifier le code]

La citerne d'eau, d'une capacité de 20 000 L, devait pouvoir servir à toute la garnison (environ quarante hommes), ce qui compte tenu du volume maximal de rétention semble peu. Un système de récupération des eaux pluviales fut mis en place.

Au niveau de la citerne, un pont-levis factice était destiné à tromper les éventuels assaillants maritimes qui se dirigeait alors vers une zone de forts courants où le navire allait se fracasser contre les rochers. Ce pont-levis factice était néanmoins peu efficace.

Les canons[modifier | modifier le code]

Il y eut huit canons sous Louis XIV. Les plus grands avaient un fût de huit mètres de long. Seuls des exemplaires « moyens » sont présents sur le site, qui pouvaient envoyer un boulet jusqu'à un kilomètre de distance. Les réglages balistiques étaient facilités par le chemin de roulage, c'est-à-dire un arc de cercle en granite qui permettait de guider les roues du canon.

Selon les archives militaires, un coup pouvait être tiré toutes les trois minutes.

Le four à boulet[modifier | modifier le code]

Le Fort-la-Latte possède aussi un four à boulets qui permettait de chauffer au rouge les boulets de canon. Cette installation fut somme toute fort peu utilisée pour plusieurs raisons :

  • le four consommait énormément de bois ;
  • il fallait, pour que cela soit efficace, chauffer pendant huit heures, ce qui laissait largement le temps aux ennemis de s'enfuir ;
  • charger le canon était beaucoup plus dangereux, le boulet chaud risquant de faire exploser la poudre noire.

De ces fours à boulet nous sont restées deux expressions :

  • « Tirer à boulets rouges » ;
  • « Prendre avec les pincettes » : cette dernière expression venant des pincettes géantes que l'on utilisait pour transporter le boulet chaud.

Le donjon[modifier | modifier le code]

Le donjon est muni de mâchicoulis et de plusieurs types de meurtrières : les arbalétrières en forme de croix pour le tir à l'arbalète et les archères simple fente très allongée pour le tir à l'arc. Des trous permettant de tirer à l'arquebuse (trous plus petits situés de chaque côté des meurtrières) et à la bombarde (grand trou). Une ligne de bombardement est visible au niveau de ces meurtrières et correspond à la prise du château au XVIe siècle qui s'est accompagnée d'une canonnade du donjon.

Quatre sculptures représentant le tétramorphe selon Ézéquiel se trouvent au niveau du cercle de granite jaune qui entoure le donjon. On retrouve ainsi, face au châtelet, l'ange de saint Matthieu, puis le lion de saint Marc, l'aigle de saint Jean (très abîmé par le temps) et enfin le taureau de saint Luc à droite de l'entrée du donjon.

L'entrée du donjon révèle la présence d'un troisième pont-levis aujourd'hui remplacé par un escalier. L'emblème des Goyon-Matignon, une sirène, couronne le passage. L'entrée du donjon était protégée par une herse et un assommoir dans la souricière. Dans le donjon, on retrouve une exposition sur les travaux de restauration du fort. La dernière pièce soutient le toit par une voûte à croisée d'ogive datant de 1340.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Le doigt de Gargantua[modifier | modifier le code]

Le doigt de Gargantua.

Sur le chemin menant au château se dresse un menhir qui représente le doigt de Gargantua. La légende dit que celui-ci l'aurait perdu alors qu'il enjambait la Manche afin de rejoindre les côtes d'Angleterre. On y trouve aussi la trace de son pied et de sa canne.

Films[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées vérifiées sur Géoportail
  2. Fort-La-Latte. Pas la vie de château, Hervé Queillé, Le Télégramme, 6 août 2013.
  3. « Notice no PA00089157 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. Ainsi, il passe entre les mains de Charles-Marie-Michel de Goyon, duc de Feltre qui l'a acheté en 1892 : le château était alors en piteux état. Il le revend dès 1914 à Monsieur de la Ville Leroux.
    Source 
    « Le Fort-la-Latte et l'histoire », sur sourine.over-blog.com (consulté le 31 mai 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :