Forrest Smithson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forrest Smithson Portail athlétisme
Forrest Smithson 1908.jpg
Forrest Smithson lors des Jeux olympiques de Londres en 1908
Informations
Discipline(s) 110 mètres haies
Période d'activité Années 1900
Nationalité Américain
Naissance
Lieu Portland
Décès (à 78 ans)
Taille 1,83 m
Records
Ancien détenteur du record du monde du 110 m haies
Palmarès
Jeux olympiques 1 0 0

Forrest Custer Smithson, né le à Portland et décédé le dans le Comté de Contra Costa, était un athlète américain qui fut champion olympique du 110 mètres haies en 1908.

Biographie[modifier | modifier le code]

Étudiant en théologie à l'Université d'État de l'Oregon, Forrest Smithson s'adjuge en 1907 et 1909 les championnats de l'Amateur Athletic Union sur 120 yards. Il remporte en 1908 la finale du 110 m haies des Jeux olympiques d'été de Londres sur la piste en herbe du White City Stadium. Il réalise le temps de 15 secondes juste, laissant ses concurrents — exclusivement américains — à plus de 5 mètres, et établissant à l'occasion le premier record du monde du 110 m haies homologué par l'IAAF[1]. Après sa victoire, Smithson effectue un parcours supplémentaire, sur les dix haies, en lisant un livre ouvert qu'il tenait à la main. Aux questions des journalistes, il déclare alors : « Je lis aussi quelquefois, quand je ne suis pas sur la piste »[2]. La légende selon laquelle l'athlète américain portait une bible afin de protester contre la décision de courir un dimanche s'avère non vérifiée, aucune épreuve du 110 m haies des Jeux olympiques de 1908 n'a en effet été programmée ce jour là[3].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Progression du record du monde du 110 m haies, athletix.org, consulté le 11 avril 2009
  2. La fabuleuse histoire des Jeux olympiques, page 91, R. Parienté, Minerva
  3. La fabuleuse histoire de l'Athlétisme, Robert Parienté et Alain Billouin, page 435, Minerva