Format des prises de vue en numérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En photographie numérique, la qualité de l'image enregistrée dépend du format de la prise de vue et du format d'enregistrement.

Format de prise de vue[modifier | modifier le code]

Le format de la prise de vue est le nombre de points utilisés sur l'horizontale et sur la verticale pour représenter la prise de vue. Ce paramètre dépend pour sa valeur maximale des caractéristiques du capteur de l'appareil photo. Les caractéristiques du capteur sont le plus souvent exprimées en mégapixels et représentent le produit de ces deux valeurs.

Sur certains appareils photo numériques, le format de la prise de vue peut être choisi par sélection, afin d'optimiser l'occupation de la mémoire en fonction de l'usage ultérieur prévu pour l'image.

Formats d'enregistrement[modifier | modifier le code]

Les formats d'enregistrement désignent à la fois le traitement et la manière dont sont écrites en mémoire les informations issues du capteur de l'appareil.

Ils peuvent être de plusieurs types :

  • RAW : Format d'image compressé non destructeur. Aucun traitement n'a été effectué par le processeur d'images sur le fichier. Les données sont directement celles acquises par le capteur (mais elles sont aussi très spécifiques du capteur et/ou de l'appareil photographique) et doivent faire l'objet d'un dématriçage au moyen d'un logiciel spécialisé. Ce format est en quelque sorte l'équivalent d'une “image latente” ou du négatif de la photo argentique. Elle est en effet apte à toutes les possibilités de traitement ultérieur (corrections de la sensibilité, du contraste, de l'équilibre chromatique). Chaque fabricant propose ainsi son propre mode RAW (avec une extension de fichier spécifique), qui nécessite un logiciel de conversion spécialisé pour être facilement manipulé et diffusé. L'utilisation du RAW rajoute donc une étape dans le flux de production d'images, au profit de la qualité de l'image.
  • Format TIFF : Les données acquises par le capteur n'ont pas été compressées mais sont stockées dans un format standard d'image numérique. La taille du fichier de données reste très élevée, mais la qualité est totalement préservée. Très peu d'appareils permettent d'enregistrer dans ce format car son intérêt est finalement assez mince : si on cherche à préserver le maximum d'informations en provenance du capteur il est plus logique d'utiliser le format RAW.
  • JPEG : Pratiquement tous les appareils numériques offrent ce format, les appareils grand public se limitant le plus souvent à lui. Différentes dénominations sont éventuellement utilisées par les fabricants pour indiquer différents taux de compression utilisant l'algorithme de compression JPEG. Étant donnée la difficulté à décrire précisément la compression, les fabricants ont inventé des dénominations comme Fin, Très Fin, Normal, Haute qualité, Très haute qualité, etc., ou leurs abréviations. Ces dénominations ont rarement des correspondances précises ; elles donnent seulement une indication empirique de la qualité d'image obtenue (et donc, indirectement, une indication de la taille de fichier résultante). La compression JPEG détériorant l'image, moindre est la compression, meilleure sera la qualité d'image.