Forges de la Providence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Forges de La Providence était une société spécialisée dans la production d'acier, basée dans la région de Charleroi en Hainaut.

La société comptait trois sites de production : Marchienne-au-Pont en Belgique, Réhon (usine de La Providence Réhon) et Hautmont-sur-Sambre en France.

Fondée en 1836, la société a été indépendante jusqu'en 1966, date à laquelle est est rachetée par Cockerill-Ougrée, qui deviendra le groupe sidérurgique Cockerill-Sambre.

Les usines françaises ont fermé leurs portes dans les années 1980. L'usine belge est restée active jusqu'en 2008 avant d'être fermée pour trois ans puis de reprendre brièvement son activité. En 2012, date de la fermeture définitive, l'usine comptait environ un millier d'employés[1].

Origine[modifier | modifier le code]

Un tableau, dressé en 1811 par la préfecture du département de Jemmapes, signale l'existence de deux hauts-fourneaux dans la région de Charleroi. Ils sont élevés à Hourpes et à Gougnies.

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1836 : Providence
  • 1966 : Cockerill-Ougrée providence
  • 1970 : Cockerill-Ougrée Providence et Espérance-Longdoz
  • 1979 : Cockerill
  • 1981 : Cockerill-Sambre (fusion des deux bassins sidérurgiques)
  • 1987 : Groupe Cockerill-Sambre
  • 1999 : Cockerill-Sambre Groupe Usinor (Usinor rachète le groupe Cockerill-Sambre à la région wallonne)
  • 2001 : Carsid (groupe Duferco)

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Photos de 2007 des forges de la Providence