Forest Yeo-Thomas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forest F. E. Yeo-Thomas
Surnom Tommy, "The White Rabit" (Le Lapin Blanc), Shelley, Seahorse
Naissance
Londres, Angleterre
Décès (à 61 ans)
Paris, France
Origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Arme Ensign of the Royal Air Force.svg Royal Air Force
Grade Wing Commander
Conflits Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Hommages
Autres fonctions Special Operations Executive

Forest Frederick Edward Yeo-Thomas, né le à Londres et mort le à Paris, fut l'un des agents secrets britannique du Special Operations Executive (SOE) pendant la Seconde Guerre mondiale les plus actifs en France.

Affecté à la section RF du SOE, en liaison avec la France libre, il effectua trois importantes missions clandestines en France, où il fut arrêté par les Allemands et torturé.

Déporté dans les camps de concentration de Buchenwald, Gleina et Rehmsdorf, il en réchappa.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Forest Yeo-Thomas naît le 17 juin 1901, 45 Balcombe Street, dans le quartier de Marylebone à Londres[1]. Son père, John Yeo-Thomas est un marchand de charbon, qui s'installe pendant l'enfance de Forest à Dieppe. Sa mère est Daisy Ethel Burrows.

Il suit ses études au collège de Dieppe, puis au lycée Condorcet, à Paris. De ce fait, il parlera parfaitement le français et l’anglais.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1918, il s’engage dans l'armée américaine[2] en déclarant être âgé de 19 ans alors qu'il n'en a que 16.

Il poursuit l’action pendant la guerre russo-polonaise de 1920, en combattant les bolcheviks aux côtés des Polonais. Capturé par les russes, il réussit à s’échapper et à éviter l’exécution.

Vie active[modifier | modifier le code]

Démobilisé en 1922, il devient mécanicien chez Rolls-Royce. Puis dans les années suivantes, il travaille dans une agence de voyages, dans plusieurs banques et dans une compagnie pétrolière.

En 1925, il épouse Lillian Margaret Walker à la mairie du 16e arrondissement de Paris. Une première fille, Evelyn, nait en 1927. Puis, en 1930, sa deuxième fille Lillian vient au monde. Le couple s'installe à La Garenne-Colombes.

En 1932, Yeo-Thomas est nommé directeur de la célèbre maison de couture parisienne Molyneux.

Deuxième Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Mobilisation dans la RAF[modifier | modifier le code]

Le 4 septembre 1939, il se présente à l'ambassade de Grande-Bretagne à Paris et demande à servir dans la RAF. L'attaché de l'air lui répond que l'armée ne recrute plus. Il cherche alors à s'engager dans la Légion étrangère. Mais les ordres veulent qu'on n'y prenne pas d'Anglais. Le 27 septembre, il est finalement accepté dans la RAF, ou il est nommé interprète, avec le grade de caporal, puis sergent.

À la fin de l'année, il est convoqué au QG de l'aviation de chasse, à Stanmore. Il y rencontre Barbara Dean. Pendant la drôle de guerre, il devient agent de liaison auprès des forces françaises. Lors de l'offensive allemande en mai 1940, il est affecté à la liaison avec un groupe de bombardement français au Bourget.

Après la défaite de la France et à la veille des évacuations chaotiques de Dunkerque, il s’échappe (via Paris, Tours, Limoges, Bordeaux, la Pointe de Grave). Juste avant le départ, il envoie une carte postale à une amie d'enfance, Josée Dupuis, où il écrit : « Nous reviendrons. » Il retourne par cargo en Angleterre. Il commence par travailler comme interprète à Odiham dans le Hampshire, où sont formés les pilotes français des FAFL[3].

En octobre, il est promu officier, et affecté comme officier de renseignements à la 308e escadrille de chasse polonaise libre (Krakowski), à Badington, près de Coventry.

Entrée au SOE[modifier | modifier le code]

En 1942, il rencontre Eric Piquet-Wicks, le chef de la section RF du Special Operations Executive (SOE), qui le recrute. Le 3 février, il devient officier de liaison entre le SOE et le Bureau central de renseignements et d'action (BCRA), agence de renseignements de la France libre. Très vite lui sont confiés la planification et le briefing des agents. Yeo-Thomas établit des liens avec le major Pierre Brossolette et André Dewavrin (nom de code « Passy »[4]). Mais son activité de bureau ne lui convient pas, et il voudrait participer plus activement. Il obtient d'effectuer une mission en France.

Première mission en France : Arquebuse - Brumaire (opération SEAHORSE)[modifier | modifier le code]

En 1943, il est désigné pour faire sa Première mission en France : il accompagne André Dewavrin « Passy », chef du BCRA, (mission Arquebuse) et Pierre Brossolette, son adjoint, (mission Brumaire). Ils viennent enquêter sur la Résistance dans l'ex zone occupée, ses capacités paramilitaires, ses projets politiques et sa position vis-à-vis du général de Gaulle, ainsi que sur l’état d’esprit des Français. Ils doivent voir divers agents sur le terrain et renouveler ou préciser leurs instructions.

Dans la nuit du 25 au 26 février, il est parachuté en France avec « Passy ». Brossolette est déjà là depuis le 27 janvier. Il fait preuve de courage et d’initiative durant sa mission, notamment en permettant à un officier français qui était suivi par un agent de la Gestapo à Paris de se retrouver en sûreté et de reprendre son activité clandestine ailleurs. Il prend aussi en charge le capitaine Ryan, un pilote américain dont la forteresse volante a été descendue et qui, ne parlant pas français, court le risque d’être capturé.

Dans la nuit du 15 au 16 avril, il retourne en Angleterre par Lysander, avec « Passy », Brossolette et l’officier américain[5].

En sept semaines, la mission Arquebuse-Brumaire a mis en place les éléments essentiels de l'unification de la Résistance en France, en obtenant un accord pour la mise en place d'une organisation militaire qui réunisse tous les mouvements (préparant ainsi la future Armée Secrète), en obtenant également la création du Comité de coordination des mouvements de Résistance de la zone Nord, ainsi qu'un accord sur la création et la composition du CNR.

Yeo-Thomas, quant à lui, a eu l'occasion de prendre des contacts personnels avec de nombreux responsables des mouvements de Résistance, et de resserrer les liens d'amitié qui l'unissent déjà à Dewavrin et Brossolette. Il a pu découvrir aussi les problèmes qui ont pu naître de l'opposition parfois manifeste entre Pierre Brossolette et Jean Moulin, et de l'autorité dont ce dernier faisait preuve à l'égard du général Delestraint. À Londres, les rapports de Yeo-Thomas sur les forces résistantes et sur les sentiments gaullistes nourris par nombre de Résistants et de Français confortent ceux qui s’opposent à ce que Winston Churchill cède aux Américains et lâche de Gaulle.

Le 20 mai, le général de Gaulle demande à le voir et lui dit : « Je vous félicite pour votre mission… Je vous remercie pour ce que vous avez fait pour la France. »

Cependant, le 9 juin, est annoncée l'arrestation du général Delestraint, et le 21, celle de Jean Moulin. Tout repose alors en France, pour les services français, sur les épaules de Claude Bouchinet-Serreulles, qui a été parachuté le 16 comme assistant de Moulin et qui a eu la chance de manquer, à Lyon, le rendez-vous qui devait lui permettre de participer à la réunion de Caluire chez le docteur Dugoujon. Le 16 août, Jacques Bingen arrive en France comme délégué du CFLN pour l'ex zone libre. Mais Londres, voulant faire le point de la situation sur place après tous ces événements, renvoie Brossolette et Yeo-Thomas pour ce faire.

Deuxième mission en France (opération MARIE-CLAIRE)[modifier | modifier le code]

L'objectif est de recenser les moyens de l’action armée en France et les besoins en armes des maquis, et travailler au renforcement de l’organisation paramilitaire de la Résistance.

Dans la nuit du 18 au 19 septembre, Yeo-Thomas et Brossolette sont déposés en Lysander près d'Angoulême[6]. Peu après leur arrivée, de nombreux patriotes sont arrêtés. Sans se laisser décourager, ils continuent les enquêtes et obtiennent des renseignements qui permettent de rectifier la situation. En six occasions, Yeo-Thomas manque d’être arrêté. Yeo-Thomas insiste pour que la Délégation générale respecte la consigne de Londres pour que Daniel Cordier et un de ses collaborateurs rentrent à Londres, sans succès[7].

Le 6 octobre, ils réunissent à Paris les responsables des mouvements et ceux du Bureau des opérations aériennes en zone nord pour une séance de conciliation. Les 26 et 27, ils réunissent les chefs régionaux de zone sud du Service national maquis, puis le Comité militaire de zone nord. Le 1er novembre, à la suite du démantèlement de nombreux réseaux parisiens consécutifs à l'affaire dite « de la rue de la Pompe » (siège de la Délégation générale), Yeo-Thomas recommande le rappel de Bouchinet-Serreulles. Le 2, il part en tournée avec Michel Brault, chef national du service des maquis, pour se faire une idée des formations existantes et de leurs besoins. Tandis que Brossolette reste sur place, Yeo-Thomas est rappelé à Londres. Il retourne seul en Angleterre par Lysander dans la nuit du 15 au 16[8]. Il apporte des archives du Renseignement britannique qu’il sauve d’une maison surveillée par la Gestapo.

Soutien de la résistance à Londres[modifier | modifier le code]

Yeo-Thomas devient l'adjoint de L. H. Dismore, qui a pris le commandement de la section RF. Il est aussi chargé de la liaison avec les opérations sur le terrain. Il est pleinement occupé, mais il n'est pas tranquille : il ne parvient pas à se rassurer sur le sort de Brossolette, et il se fait souci de l'insuffisance des moyens donnés aux maquis français. Il sait que le rapport qu'il a fait à ce sujet n'aboutira pas assez vite par la voie hiérarchique, et il s'en ouvre à un vieil ami de sa famille, le général Ernest Swinton, qui, bien qu'à la retraite, a encore du poids (il a été le promoteur des blindés et l'inventeur du tank).

Grâce à l'appui du général Swinton, le 1er février 1944, Yeo-Thomas est convoqué au 10, Downing Street. Pendant une heure, il plaide auprès de Winston Churchill en faveur de la Résistance. Churchill, fortement impressionné, se rend à ses arguments. Au même moment, Emmanuel d'Astier de la Vigerie fait une démarche analogue, de même que Lord Selborne, car Brault est revenu de France entretemps et a su persuader l'état-major du SOE. Churchill donne les instructions pour augmenter les moyens et deux jours après, la section RF sait qu'elle pourra disposer désormais de davantage d'avions : 22 Halifax, 12 Liberators, 36 Stirlings, 6 Albermarles et de nombreux petits avions.

Peu après Yeo Thomas apprend l'arrestation de Brossolette et Émile Bollaert [9]. Yeo-Thomas veut organiser leur évasion et s'arrange, avec l'aide de Dismore, pour se faire à nouveau envoyer en France.

Troisième mission en France (opération ASYMPTOTE)[modifier | modifier le code]

Sous le nom de guerre « Shelley », il tente de faire évader Pierre Brossolette[10].

Dans la nuit du 24 au 25 février 1944, il est de nouveau parachuté en France aux alentours de Clermont-Ferrand. Il prépare le coup de main contre la prison de Rennes avec l'aide de Brigitte Friang. En dépit des précautions de sécurité, il est trahi. Suite aux aveux de Pierre Manuel, plusieurs personnes sont arrêtées, dont l'agent de liaison qu'il devait rencontrer le 21 mars. Alors qu'il a rendez-vous à 11 heures avec ce contact à la station de métro Passy à Paris, il est capturé par la Gestapo. Il est emmené au quartier général du 82 Avenue Foch et y est poussé dans un bureau aux cris de « Wir haben Shelley ! »[11]. Se voyant identifié, il applique les consignes : il décline son identité véritable et reconnaît sa qualité d'officier britannique, avec le grade de squadron leader dans la RAF. Bien que cela lui permette, en théorie, de bénéficier des lois de la guerre, il est soumis pendant quatre jours à la torture brutale qui ponctue son interrogatoire : immersion dans l’eau glacée (qui exige ensuite une respiration artificielle), pieds et bras enchaînés, électrocution des parties génitales, innombrables passages à tabac.

Cette troisième mission est un échec : non seulement Yeo-Thomas est arrêté, mais Pierre Brossolette, que les Allemands ont fini par identifier et ramené à Paris, sous la torture et ne voulant pas parler, s'est suicidé le 22 mars en se jetant par la fenêtre.

L’interrogatoire de Yeo-Thomas se poursuit pendant deux mois. Les Allemands lui proposent la liberté contre des renseignements sur le chef du secrétariat de la Résistance. Blessé par les chaînes qui lui lient les poignets, il contracte une gangrène qui manque de lui faire perdre le bras gauche. Il fait deux tentatives d’évasion, osées mais infructueuses. Il est alors envoyé à la prison de Fresnes en isolement, dont quatre semaines au mitard.

Le 17 juillet, n’ayant fourni aucune information, il est transféré au camp de Royallieu à Compiègne, d’où il cherche à s’échapper à deux reprises.

Déportation[modifier | modifier le code]

Le 8 août 1944, avec 36 autres prisonniers il est déporté au camp de concentration de Buchenwald en Thuringe. Sur le chemin, ils s’arrêtent à Saarbrücken, où on les bat et on les garde dans une minuscule cabane, avant de repartir vers Buchenwald. Le 16, ils arrivent au camp.

Le 10 septembre, seize d'entre eux sont exécutés.

En octobre, sur l'initiative d’Alfred Balachowsky, Yeo-Thomas met au point, avec des responsables du camp, la substitution d'identité de trois d'entre eux avec trois autres prisonniers morts du typhus : Harry Peulevé prend l'identité de Marcel Seigneur, Stéphane Hessel celle de Michel Boitel et lui-même celle de Maurice Chouquet, décédé le 13.

Au début du mois de novembre, Peulevé et Hessel sont envoyés dans un petit kommando, à Schönbeck. Et le 8, Yeo-Thomas est envoyé au kommando Wille à Gleina.

En janvier 1945, il est transféré au camp de Rehmsdorf en Saxe-Anhalt. En tentant de s’échapper, il est intercepté par une patrouille allemande. Se prétendant sous-officier français, il est transféré dans un camp pour prisonniers de guerre français près de Marienburg.

Le 16 avril, il conduit un groupe de vingt prisonniers dans une tentative d’évasion extrêmement courageuse, en plein jour. Dix sont tués par les gardiens. Les autres se dispersent en petits groupes. Yeo-Thomas se sépare de ses compagnons après trois jours sans nourriture. Il continue seul pendant une semaine. Il est repris à 700 mètres des lignes américaines.

Quelques jours plus tard, il s’échappe avec un groupe de dix prisonniers français, qu’il conduit au milieu des patrouilles allemandes jusqu’aux lignes américaines.

Le 8 mai, le jour même du VE-day, il arrive à Paris. Il dîne en compagnie du major Thackwaite et de Josée Dupuis, au club des officiers britanniques du faubourg Saint-Honoré.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Au procès de Nuremberg qui se tient en 1946, Yeo-Thomas est un témoin important pour identifier les responsables du camp de Buchenwald. Le dernier jour du procès du commando allemand Otto Skorzeny, le 9 septembre 1947, son témoignage contribue à l'abandon d'un chef d'accusation, celui de port d'uniforme ennemi, et finalement à l'acquittement de Skorzeny.

Il quitte l'armée avec le grade de Wing Commander. Il reprend un travail dans une maison de couture parisienne en 1946 ; et en 1950, il devient le délégué pour la France de la Federation of British Industries.

Le , âgé de 62 ans, il meurt dans son appartement parisien (3, rue des Eaux) des suites d’une hémorragie. Il est enterré au Brookwood Cemetery, dans le Surrey[réf. nécessaire].

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]


UK George Cross ribbon.svg Military cross w bar BAR.svg Legion Honneur Commandeur ribbon.svg Croix de guerre 1939-1945 with palm (France) - ribbon bar.png

39-45 Star BAR.svg France and Germany Star BAR.svg Defence Medal BAR.svg War Medal 39-45 BAR.svg

Croix du Combattant Volontaire 1939-1945 ribbon.svg Croix du Combattant Volontaire de la Resistance ribbon.svg World War I Victory Medal ribbon.svg POL Złoty Krzyż Zasługi BAR.svg UK Queen EII Coronation Medal ribbon.svg


Stèles[modifier | modifier le code]

  • Une plaque de commémoration se trouve sur l'immeuble où il habita, à Queens Court dans Guilford Street, Camden, Central London (mars 2010, English Heritage)

Voies[modifier | modifier le code]

Buste de Forest Frederick Edward Yeo-Thomas à la mairie du 16e arrondissement de Paris.

Sculpture[modifier | modifier le code]

Documentaire[modifier | modifier le code]

Un documentaire télévisé de la BBC The White Rabbit, (1967), est consacré à Yeo-Thomas. Voir la fiche (en) IMDB 'The White Rabbit'. Kenneth More y joue son rôle.

Identités[modifier | modifier le code]

  • Nom de naissance (complet) : Forest Frederick Edward Yeo-Thomas
  • Comme agent du SOE, section RF :
    • Nom de guerre : « Shelley ».
    • Noms de code de ses missions : SEAHORSE (en français HIPPOCAMPE), MARIE-CLAIRE et ASYMPTOTE
    • Faux papiers : François-Yves Thierry (mission SEAHORSE) ; Tirelli (mission MARIE-CLAIRE) ; Kenneth Dodkin (mission ASYMPTOTE)
  • À Buchenwald :
    • Kenneth Dodkin, no 14 624[16]
    • Maurice Chouquet (identité empruntée à un prisonnier décédé), no 81 642[17]
  • Comme évadé :
    • Maurice Thomas[18]

Parcours militaire :

  • Royal Air Force Volunteer Reserve
  • SOE, section RF ; grade : wing commander (équivalent à lieutenant-colonel)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : certificat de naissance (selon Stephen Stratford).
  2. Source : Libre Résistance.
  3. FAFL : Forces aériennes françaises libres, du général de Gaulle.
  4. Dewavrin sera connu plus tard comme « colonel Passy », nom sous lequel il a publié ses "Souvenirs".
  5. Opération LIBERTÉ/JULIETTE, doublé de Lysander organisé par Jacques Courtaud ; pilotes : flg off. Peter Vaughan-Fowler et J.A. McCairns ; terrain : PAMPLEMOUSSE ; personnes amenées (3) : Jean Cavaillès, « Bernard », « Parsifal » ; personnes remmenées (5) : André Dewavrin « Passy », Pierre Brossolette, Forest Yeo-Thomas, captain Ryan, Jargon (radio). [Source : Verity, p. 264.]
  6. Source Verity, p. 280
  7. * (en) Mark Seaman, The Bravest of the Brave, Michael O'Mara Books, 1999, p. 100-102
  8. Source Verity, p. 289.
  9. Pierre Brossolette et Émile Bollaert ont été arrêtés le 3 février près de Douarnenez après avoir manqué un retour maritime à Londres. Cependant les Allemands ne les ont pas encore identifiés.
  10. L'affaire est urgente. Les Allemands ignorent que c'est Brossolette qu'ils ont fait prisonnier. Mais ils savent qu'il a une mèche blanche dans sa chevelure foncée. La mèche étant teinte, Yeo-Thomas doit délivrer Brossolette avant que la mèche ne le trahisse en réapparaissant.
  11. « Nous avons Shelley ! »
  12. Marshall, p. 355.
  13. Sur la stèle, on peut lire le texte gravé suivant :
    « UNE PORTE OUVERTE SUR LE MAQUIS
    En l'an 1943, en pleine France occupée par l'ennemi nazi, a pris naissance ici le groupement sud des maquis et de l'Armée secrète de l'Ain. Ces patriotes, dissimulés aux lieudits Morez, les Combettes, Pré-Carré, Deschapoux, les Bergonnes, le Sèche, ont entrepris avec l'aide de la population, une lutte armée contre l'envahisseur et ses complices pour l'Honneur et la Libération de la France.
    Fin septembre 1943, les membres de la mission interalliée MUSC partis de Londres ont évalué le potentiel des combattants du maquis regroupés ici. Le Wing Commander YEO-THOMAS du Special Operations Executive et Michel Brault, chef du service National Maquis, après avoir inspecté plusieurs camps des maquis, dont celui de Morez, à la mi-octobre 1943, convainquirent Winston CHURCHILL de leur importance au début de l'année 1944 et qu'il fallait les armer en prévision du débarquement en France.
    À ceux qui n'ont pas survécu, victimes de cette tragique époque, ainsi qu'à leurs chefs « Romans » (Henri Petit), « Chabot » (Henri Girousse), Pierre Marcault, à la Mission Interalliée Cantinier-Rosenthal, « Xavier » (Richard Harry Heslop), « Paul » (Owen Denis JOHNSON), et à tous les volontaires héritiers des soldats de l'an II de la République, cette stèle exprime une juste reconnaissance. Elle rend aussi hommage à la population d'Hotonnes et du Valromey. »
  14. Sa fille Mme Georges Brécard née Lillian Yeo-Thomas, sa petite fille Elizabeth Brécard, son petit-fils le Commandant Frédéric-Georges Brécard, ses arrières petits-enfants : Fleur, Cyrielle, Candice et Clément.
  15. Le jeudi , Son Excellence l'Ambassadeur du Royaume-Uni en France, nouvellement affecté à cette haute fonction, et Lady Holmes son épouse, organisèrent dans les salons de l'Ambassade une réception pour cette remise.
  16. Marshall, p. 242 et 260.
  17. Marshall, p. 294 et 298.
  18. Marshall, p. 343.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Leo Marks, Between Silk and Cyanide: A Codemaker's Story 1941-1945.
  • Brigitte Friang, Parachutes and Petticoats.
  • Michael R. D. Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, (ISBN 978-2-84734-329-8), (EAN 9782847343298). Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004.
    Ce livre présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France.
  • Sous la direction de François Marcot, Dictionnaire historique de la Résistance, coll. Bouquins, Robert Laffont, 2006.
  • Libre Résistance. Bulletin d'information et de liaison, amicale des Réseaux de la Section F du S.O.E. (Special Operations Executive). Amicale Buck ; no  6, avril 2002, p. 3 ; no  16, 1er trimestre 2006, p. 7.
  • (en) Mark Seaman, The Bravest of the Brave, Michael O'Mara Books, 1999.
  • François Musard, Les Glières, 26 mars 1944, Robert Laffont, 1965.
  • (en) Bruce Marshall, The White Rabbit. Traduction en français : (fr) Le Lapin blanc, traduction de l'anglais par Pierre Frédéric, préface de Gilberte Pierre-Brossolette, Gallimard, 1953.
  • Hugh Verity, Nous atterrissions de nuit…, préface de Jacques Mallet, 5e édition française, Éditions Vario, 2004.
  • Pierre Durand, Les Armes de l'Espoir. Les Français à Buchenwald et à Dora, Éditions sociales, 1977, p. 154-164.
  • (en) Sophie Jackson, Churchill’s White Rabbit: The True Story Of A Real-life James Bond, 2012,The History Press

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]