Forces armées bangladaises

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Forces armées bangladaises
বাংলাদেশ সশস্ত্র বাহিনী
Fondation 1971
Branches Armée de terre
Naval Ensign of Bangladesh.svg Marine
Armée de l'air
Quartier-général Dhaka Cantonment
Commandement
Commandant en chef Zillur Rahman
Main-d'œuvre
Âges militaires 17 ans pour la Marine et l'armée de terre, 16 ans pour l'armée de l'air[1]
Disponibles au service militaire 36 520 491 (16-49 ans) (2010)[1] hommes
Aptes au service militaire 30 486 086 (16-49 ans) (2010)[1] hommes
Atteignant l'âge militaire chaque année 1 606 963 (2010)[1]  hommes
1 689 442 (2010)[1] femmes
Actifs 450 000
Déployés hors du pays 10 203 (octobre 2011)[2]
Budgets
Pourcentage du PNB 1,3 % (2009)[1]
Industrie
Fournisseurs nationaux Bangladesh Machine Tools Factory
Bangladesh Ordnance Factories
Fournisseurs étrangers Norinco, FN Herstal, H&K
Importations annuelles République populaire de Chine, Belgique, RFA, Inde, Australie
Articles annexes
Histoire Guerre de libération du Bangladesh

Les Forces armées du Bangladesh assurent la défense de ce pays asiatique depuis 1971.

Histoire politique[modifier | modifier le code]

Le 15 août 1975, le président Mujibur Rahman et sa famille sont assassinés par des officiers militaires bangladais. Une série de coups d'État et contre-coups-d'État dans les trois mois suivants culminent avec la montée au pouvoir du général Ziaur Rahman (« Zia »), qui réinstalle le système politique précédent à plusieurs partis et fonde le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP). Zia est assassiné en 1981 par des militaires. Le prochain chef d'État important est le général Hossain Mohammad Ershad, qui monte au pouvoir dans un coup d'État exsangue en 1982 et y reste jusqu'en 1990 quand il est forcé de démissionner sous la pression de donateurs occidentaux suite à un changement majeur en politique internationale après la fin de la Guerre froide et des dictateurs communistes. Depuis lors, le Bangladesh est à nouveau une démocratie parlementaire.

Composition[modifier | modifier le code]

L'armée de terre bangladaise compte environ 200 000 hommes, l'armée de l'air du Bangladesh 7 000 et la marine 14 950. En plus de leur rôle traditionnel de défense, les forces militaires sont appelées à rendre service aux autorités civiles lors de catastrophes naturelles, ainsi que pendant des périodes d'instabilité politique. En outre, une force paramilitaire composée d'environ 40 000 hommes, les Border Guard Bangladesh (BGB), assure le contrôle des frontières

Implication internationale[modifier | modifier le code]

Depuis 1988, le Bangladesh est un des États les plus actifs au sein des missions de maintien de la paix de l'ONU. Il a participé à 36 des 50 dernières missions onusiennes. Une telle implication est motivée par plusieurs raisons. Tout d'abord, à la suite d'une période de dictature militaire, l'envoi d'importants contingents au sein de missions de maintien de la paix permet de détourner l'armée d'une éventuelle volonté de reprendre le pouvoir. En outre, de telles missions permettent à l'armée bangladaise d'accumuler de l'expérience et de collaborer avec d'autres armées. Enfin, cela permet d'affirmer le rôle du Bangladesh au sein des relations internationales. En participant activement à la préservation de la paix dans le monde, le Bangladesh acquiert un statut de partenaire de confiance[3].

Le Bangladesh a contribué à la coalition combattant dans la première Guerre du Golfe en apportant 2 300 hommes, et est l'un des premiers pays participant aux forces de maintien de paix de l'ONU partout dans le monde. Le 27 octobre 2011, l'armée bangladaise est déployée au sein des missions suivantes[2] :

  • Drapeau du Liban Liban : 326 militaires au sein de la FINUL ;
  • Drapeau du Soudan Soudan : 1 observateur militaire au sein de la FISNUA ; 1 617 militaires et 19 observateurs militaires au sein de la MINUS (ainsi que 1 651 policiers) ; 395 militaires et 12 observateurs militaires au sein de la MINUAD au Darfour (684 policiers aussi déployés);
  • Drapeau du Libéria Liberia : 1 437 militaires et 13 observateurs militaires au sein de la MINUL ;
  • Drapeau du Soudan du Sud Soudan du Sud : 1 563 militaires et 7 observateurs militaires au sein de la MINUSS (ainsi que 13 policiers) ;
  • Drapeau du Timor oriental Timor oriental : 3 observateurs militaires au sein de la MINUT (ainsi que 140 policiers) ;
  • Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo : 2 523 militaires et 30 observateurs militaires au sein de la MONUSCO (ainsi que 387 policiers) ;
  • Drapeau de la République centrafricaine République centrafricaine et Drapeau du Tchad Tchad : 44 policiers au sein de la MINURCAT (ainsi que 2 policiers) ;
  • Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire : 2 170 militaires et 13 observateurs militaires au sein de l'ONUCI (ainsi que 358 policiers).

Au total, ce sont donc 10 095 militaires et 108 observateurs militaires qui sont déployés à travers le monde. En termes d'effectifs déployés, le Bangladesh est donc le deuxième contributeur derrière le Pakistan.

Références[modifier | modifier le code]