Force internationale d'assistance et de sécurité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Insigne de l’ISAF.
Badge ; en langue perse, همکاری (Komak va Hamkari) signifie "Aide et coopération".
Zones d'attributions des divers contingents fin 2006.

La Force internationale d'assistance et de sécurité (FIAS) ou International Security Assistance Force (ISAF) opère en Afghanistan et constitue la composante militaire de la coalition, sous l'égide de l'OTAN opérant dans ce pays depuis la guerre d'Afghanistan de 2001. Elle est mandatée par les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies, depuis le 20 décembre 2001 (résolution 1386)[1], contrairement à l'opération commencée le 7 octobre 2001, sous le nom d'Operation Enduring Freedom sous commandement militaire des États-Unis[1].

Mission et organisation[modifier | modifier le code]

Son quartier général tactique est basé à Kaboul. La capitale afghane étant sous la responsabilité du Région de Commandement - Capitale

Sa mission : « Conduite des opérations militaires dans la zone d'opérations pour aider le Gouvernement de la République islamique d'Afghanistan (GIRoA) dans l'établissement et le maintien d'un environnement sûr et sécurisé avec un engagement total des forces de sécurité nationales afghanes, en vue d'étendre l'autorité et l'influence du gouvernement, de manière à faciliter la reconstruction de l'Afghanistan et de permettre au GIRoA d'exercer sa souveraineté dans tout le pays. »

Elle regroupait, en octobre 2008, 50 700 personnes provenant de 41 pays[2] ; ce nombre a été porté à 131 983 en février 2011[3] de 48 pays, dont 8 n'étant pas intégrés à l'Alliance atlantique.

  • Protéger le peuple afghan
  • Renforcer les capacités des forces de sécurité afghanes afin qu'elles puissent assumer la sécurité de leur propre pays
  • Contrer l'insurrection talibane
  • Activer le renforcement du gouvernement afghan et le développement économique

Commandants de la FIAS[modifier | modifier le code]

Prise de commandement Nom Nationalité
1. 12/2001 Major-Général John McColl Royaume-Uni
2. 06/2002 Major-Général Hilmi Akin Zorlu Turquie
3. 02/2003 Lieutenant-Général Norbert Van Heyst Pays-Bas
4. 08/2003 Lieutenant-Général Goetz Gliemeroth Allemagne
5. 02/2004 Lieutenant-Général Rick Hillier Canada
6. 08/2004 Général Jean-Louis Py France
7. 02/2005 Général Ethem Erdagi Turquie
8. 08/2005 Général Mauro del Vecchio Italie
9. 05/2006 Général David Richards Royaume-Uni
10. 02/2007 Général d'armée Dan K. McNeill États-Unis
11. 06/2008 Général d'armée David D. McKiernan États-Unis
12. 06/2009 Général d'armée Stanley McChrystal États-Unis
13. 30/06/2010 Général d'armée David Petraeus États-Unis
14. 18/07/2011 Général d'armée John R. Allen États-Unis
15. 10/02/2013 Général d'armée Joseph Dunford[4] États-Unis

Résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies autorisant les missions de la FIAS[modifier | modifier le code]

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté diverses résolutions afin de réglementer le cadre d'intervention de la FIAS[1] :

  • 1386 (20 décembre 2001)
  • 1413 (20 juin 2002)
  • 1444 (février 2003)
  • 1510 (13 octobre 2003)
  • 1563 (17 septembre 2004)
  • 1623 (13 septembre 2005)
  • 1707 (12 septembre 2006)
  • 1776 (19 septembre 2007)
  • 1833 (23 septembre 2008)

Liste des participants à la FIAS[modifier | modifier le code]

Au 13 mars 2009, il y avait sous le commandement de l'ISAF 61 960 soldats engagés en Afghanistan ; ce nombre a été porté à 131 983 le 3 février 2011[3] En outre, la coalition avait perdu 2 237 soldats en opération ainsi que 92 autres hors d'Afghanistan.

Drapeau de l'Albanie Albanie[modifier | modifier le code]

300 soldats en 2009.

300 soldats déployés en 2009 dont les forces spéciale albanaise, le BOS, qui opère dans la province de Kandahar. Le nombre de soldats déployés est resté stable depuis le début de l'entrée en guerre de l'Albanie. 2 soldats albanais ont été tués depuis l'invasion de l'Afghanistan.

Drapeau de l'Allemagne Allemagne[modifier | modifier le code]

2 800 personnes en 2006; 3 465 personnes en juin 2009 et 4 920 en 2011.

Équipe de tireurs d'élite allemands en opération

Plus de 4 500 soldats, dont les forces spéciales KSK, ont été déployés, ainsi que des navires et des équipes luttant contre les menaces NBC. 49 soldats ont été tués (dont 4 lors d'opérations de déminage, 7 lors d'un crash d'hélicoptère, 1 dans un accident, 8 par des attentats suicides, 1 par une mine et 1 au combat, avant 2008).

Drapeau de l'Australie Australie[modifier | modifier le code]

1 090 en 2009 et 1 550 en 2011

L'Australie a déployé environ 300 commandos SAS, soutenus par 400 soldats œuvrant pour reconstruire le pays. Plusieurs frégates, deux avions P-3 Orion et des chasseurs F/A-18 sont également présents. En outre, 32 soldats australiens ont été tués.

Drapeau de la Belgique Belgique[modifier | modifier le code]

+/-620 en 2009 et 530 en 2011

Environ 500 hommes déployés, principalement pour la reconstruction (PRT + OMLT) à Kunduz et le déminage. Depuis le 1er septembre 2008, 4 chasseurs F-16 sont déployés à Kandahar soutenu par un détachement d'une centaine de militaires (techniciens, Ops et support). Une mission similaire avait déjà eu lieu entre 2005 et 2006 où 4 F-16 avaient été déployés à Kaboul. Ce nombre a été porté à 117 fin juillet 2009 suite l'augmentation du nombre de F-16 (6 au lieu de 4). Celle-ci devrait durer jusqu'à fin 2010. La Belgique a également été chargé de la sécurité de l'aéroport de Kaboul jusqu'en 2012 ; deux militaires belges sont morts en opération (un des suites d'une méningite, l'autre suite à une blessure accidentelle).

Drapeau du Canada Canada[modifier | modifier le code]

2 830 en 2009 et 2 905 en 2011

Environ 2 830 hommes, dont une quarantaine de commandos, 6 navires, 6 avions et 15 chars d'assaut Leopard 1 et Leopard 2 (depuis 2006 pour ces derniers). Depuis le début de l'année 2006, l'armée canadienne dirige les opérations des forces alliées dans le sud de l'Afghanistan et durant l'été 2006, le Canada a commandé l'opération Médusa et fut la nation majeure durant la bataille de Panjwaii. Les pertes canadiennes sont lourdes pour la taille de leur armée : 153 soldats, un diplomate, plusieurs interprètes, et un civil ont péri depuis le début des opérations jusqu'à maintenant (février 2011). Leur engagement militaire est, depuis longtemps, débattu au Parlement par les partis d'opposition. La mission canadienne en Afghanistan, pour l'instant, doit se terminer en 2011.

Drapeau de la Croatie Croatie[modifier | modifier le code]

150 en 2009 et 300 en 2011

150 soldats dont 10 se trouvent dans la zone de Kandahar. Les 140 autres sont déployés avec les français dans la zone de Kaboul ou avec les allemands dans la région de Mazar-e-Charif. À la fin 2011, la Croatie enverra 150 hommes de plus, portant ses effectifs à 300.

Drapeau du Danemark Danemark[modifier | modifier le code]

700 en 2009 et 750 en 2011

Le Danemark a déployé également des forces spéciales ainsi qu'un avion de transport C-130. Par la suite, 6 F-16 spécialisés dans l'attaque au sol ont été envoyés sur place. Le Danemark a perdu 40 soldats depuis juillet 2001.

Drapeau de l'Espagne Espagne[modifier | modifier le code]

780 en 2009 et 1 470 en 2011

L'Espagne a déployé 500 soldats sur le territoire afghan. 30 de ces soldats ont été tués depuis 2005, date de la première victime espagnole du conflit ; ainsi que 62 dans le crash d'un avion de transport au-dessus de la Turquie[5].

Drapeau des États-Unis États-Unis[modifier | modifier le code]

29 820 en 2009 et 90 000 en 2011

Les États-Unis d'Amérique ont déployé environ 22 000 hommes dans le pays, notamment dans l'est. 1391 soldats américains ont été tués depuis le début du conflit. Barack Obama a déclaré vouloir déployer des renforts importants sur ce théâtre d'opérations en 2009.

Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

4 000 en 2011, retrait des forces de combat fin 2012 et 2 500 en 2013

Caracal de l'ISAF en Afghanistan en 2007

Déploiement de près de 4 000 hommes au sol, dont des instructeurs et des forces spéciales.

Depuis le début du conflit, 89 militaires français ont perdu la vie en opération dont 10 en une seule embuscade (le 19/08/08) en comptant les attentats-suicides et accidents

À partir du 26 octobre 2007, la rotation des avions de combat (6 appareils, soit des Mirage 2000 D, Mirage F1 ou des Rafale), qui se faisait précédemment depuis l'aéroport de Douchanbé au Tadjikistan, se fait désormais depuis l'aéroport de Kandahar, en Afghanistan.

Article détaillé : Forces françaises en Afghanistan.

Drapeau de l'Italie Italie[modifier | modifier le code]

2 350 en 2009 et 3 770 en 2011

2 000 hommes au sol, plusieurs navires de guerre, dont un porte-aéronef. 36 militaires italiens sont morts en Afghanistan depuis le déploiement du contingent italien

Drapeau de la Lituanie Lituanie[modifier | modifier le code]

200 en 2009 et 180 en 2011

40 soldats des forces spéciales depuis 2002, renforcés par 120 soldats dans la province de Ghowr depuis 2005 ; 1 soldat lituanien a été tué.

Drapeau de la Norvège Norvège[modifier | modifier le code]

490 en 2009 et 415 en 2011

Déploiement d'une équipe logistique et d'une équipe de déminage de l'armée norvégienne; également sur place un groupe de force spéciale de Marinejegerkommandoen et plusieurs avions de transports C-130 ; 9 soldats norvégiens ont été tués au combat.

Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

150 en 2009 et 235 en 2011

Deux C-130 Hercules et un Boeing 757 de transport, ainsi qu'un contingent de troupes spéciales des Special Air Service of New Zealand (NZ SAS) (environ 120). Le nombre de NZ SAS a été augmenté jusqu'à 200 suite à la première perte néo-zélandaise.

Drapeau du Pakistan Pakistan[modifier | modifier le code]

Le Pakistan est dans une position ambiguë. Même si l'armée pakistanaise mène des opérations militaires contre les Talibans, l'ISI est accusée de fournir armes et munitions à ces derniers. Les autorités pakistanaises se sont pourtant progressivement retournées contre les talibans, surtout depuis 2007 et 2009. Toutefois, les opérations militaires menées par l'armée pakistanaise visent surtout des mouvements talibans pakistanais et peu les mouvements afghans. Ces derniers se servent du pays comme une base arrière, surtout au Waziristan du Nord.

Lors des opérations militaires contre les positions talibanes dans les régions tribales et la province de Khyber Pakhtunkhwa à la frontière pakistanaise, plus de 3 000 soldats pakistanais auraient été tués par les Talibans, surtout depuis 2007.

Le Pakistan ne fait officiellement pas partie de la FIAS. Toutefois, le gouvernement a plusieurs fois proposé son aide pour la formation de l'armée afghane.

Drapeau de la Pologne Pologne[modifier | modifier le code]

2 000 en 2009 et 2 490 en 2011 PKW Afganistan

Déploiement d'unités du GROM et 1 Pułk Specjalny Komandosów; x soldats polonais des forces spéciales ont été tués en Afghanistan

Drapeau du Portugal Portugal[modifier | modifier le code]

152 en 2009 et 115 en 2011

115 commandos et 37 contrôleurs aériens à Kaboul. 2 soldat tués au combat.

Drapeau de la République tchèque République tchèque[modifier | modifier le code]

580 en 2009 et 470 en 2011

Plusieurs forces spéciales, localisées au camp Mauer, sont assignées à la reconnaissance. Déployées une première fois en mars 2004 et retirées en septembre de la même année, elles devraient à nouveau être déployées en 2006. Un soldat a été tués dans un accident de la route (03/05/07) ; deux autres ont également été tué.

Roumanie Roumanie[modifier | modifier le code]

900 en 2009 et 1 695 en 2011

Troupes roumaines du 151e régiment d'infanterie, intervenant dans le cadre de l'ISAF dans le village de Haji Lalay Kalacha le 30 septembre 2003 pour une mission à visée humanitaire

650 soldats, 25 policiers militaires et un avion de transport C-130 , 17 soldats roumains ont été tués.

Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

8 300 en 2009 et 9 500 en 2011

Le Royaume Uni dispose de 3 000 soldats, basés principalement dans la province d'Helmand, dans le sud du pays. Depuis 2001, 350 soldats britanniques ont été tués.

Drapeau de la Suède Suède[modifier | modifier le code]

265 en 2009 et 500 en 2011

Environ 160 troupes d'élites et plusieurs équipes de déminage. Quatre de ces soldats ont été tués au combat en novembre et décembre 2005 ; un cinquième plus tard.

Drapeau de la Turquie Turquie[modifier | modifier le code]

690 en 2009 et 1 825 en 2011 Les soldats turcs ne participent pas aux opérations de combat contre les insurgés. Deux soldat turcs ont été tués en Afghanistan depuis le déploiement du contingent turc dans ce pays.

Les autres nations présentes[modifier | modifier le code]

Soldats des forces slovaques
F16 de la force aérienne néerlandaise

La force otanienne compte également des contingents plus réduits, ainsi que des partenaires agissant sous mandat de l’ONU[3].

Le rôle du Canada[modifier | modifier le code]

Le Canada compte un peu plus de 2 830 hommes en Afghanistan dont des éléments des Forces Spéciales du FOI-2 et des chars Leopard C2 (18 unités) et Léopard 2 A6M (20 unités), ce qui en fait le cinquième partenaire en importance de l'alliance à prendre part aux combats après les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et la France. Le Canada dirige le district de Kandahar qui est le secteur le plus dangereux de l'Afghanistan. En plus, le Canada commande l'équipe de reconstruction régionale de Kandahar et forme des soldats et des policiers afghans.

Le rôle de la France[modifier | modifier le code]

La France a contribué en 2007 à hauteur de 1 670 militaires à l'ISAF en formant les futurs officiers de l'armée nationale afghane (ANA) et en menant l'opération Pamir, chargée par la FIAS, ou ISAF, de conduire des patrouilles de sécurisation dans la province de Kaboul et dans la plaine de la Shamali, plus au nord et apporte un appui aérien aux forces alliés.

En mars et avril 2008, devant les demandes de ses alliés le président de la République Nicolas Sarkozy a promis à l'OTAN que des renforts de quelques centaines de militaires allait être déployés.

En août 2008, on compte environ 2 500 à 3 000 avec une présence de chasseurs de l'armée de l'air française et de l'aviation navale.

Article détaillé : Forces françaises en Afghanistan.

Bilan humain[modifier | modifier le code]

En août 2009, la coalition comptabilisait 1 285 tués (dont 766 américains) depuis le début des opérations en septembre 2001, la plupart de ces victimes étant dues à des engins explosifs improvisés[6] ; ce nombre a été porté à un total de 2 237 soldats morts en opération en janvier 2011, ainsi que 92 autres hors d'Afghanistan.

Les pertes civiles sont difficiles à estimer car la politique de la FIAS est de ne pas les comptabiliser ; cependant, les divers rapports mis bout à bout font état de plus de 14 000 morts, incluant les forces de polices et les milices[Note 1].

Les pertes du côté des talibans sont plus élevées, bien qu'aucun rapport n'apporte de données vérifiées ou vérifiables, on peut avancer un chiffre supérieur à 25 000 pertes[Note 2] depuis 2001.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir l'article de la wikipédia anglaise : Liste des pertes civiles en Afghanistan.
  2. Voir l'article de la wikipédia anglaise : Liste des pertes talibanes en Afghanistan.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c ISAF - Chronology
  2. (en) [PDF] Dispositif de l'ISAF
  3. a, b et c (en) Effectifs et répartitions des forces de l'OTAN en Afghanistan, par nation et par secteur attribué.
  4. AFP, « Afghanistan: l’Isaf change de chef », sur lefigaro.fr (consulté en 10 février 2013)
  5. « Un avion militaire s'écrase : 74 morts », sur Le Nouvel Observateur,‎ 28 mai 2003
  6. Pascal Le Pautremat, Raids n° 280, septembre 2009.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :