Forêts du Bouclier canadien central

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Forêts du Bouclier canadien central
Écorégion terrestre - Code NA0602[1]

Description de cette image, également commentée ci-après

Parc national de Pukaskwa au Nord du Lac supérieur.

Classification
Écozone : Néarctique
Biome : Forêts boréales et taïga
Géographie et climat
Superficie[2] :
463 345 km2
min. max.
Altitude[2] : 0 m 1 109 m
Température[2] : -25 °C 19 °C
Précipitations[2] : 18 mm 147 mm
Écologie
Espèces végétales[3] :
1 246
Oiseaux[4] :
160
Mammifères[4] :
49
Squamates[4] :
2
Espèces endémiques[4] :
0
Conservation
Statut[4] :
Vulnérable
Aires protégées[5] :
4,6 %
Anthropisation[5] :
0 %
Espèces menacées[5] :
2
Ressources web :
Site du WWF

Localisation

Description de l'image  Central Canadian Shield forests map.svg.

Les forêts du Bouclier canadien central sont une écorégion terrestre nord-américaine du type forêts boréales, taïga du World Wildlife Fund[6]

Répartition[modifier | modifier le code]

Cette écorégion en forme de U s'étend du nord-ouest de l'Ontario jusqu'au centre-ouest du Québec en passant par le nord du Lac Supérieur.

Climat[modifier | modifier le code]

La température moyenne annuelle se situe entre -2⁰C et 1,5⁰C. La température estivale moyenne se situe entre 12,5⁰C et 14⁰C et la température hivernale moyenne varie de -12⁰C à -17⁰C. Les précipitations annuelles varient entre 550mm et 900mm[6].

Caractéristiques biologiques[modifier | modifier le code]

L'Épinette noire représente l'essence climacique dans le nord de cette écorégion. La fréquence des feux de forêt encourage l'établissement de peuplements serrés composés d'Épinettes noires et de Pins gris mêlés avec quelques Bouleaux blancs. Les versants exposés au soleil se composent d'une plus grande proportion de bouleaux avec du Peuplier faux-tremble, de l'Épinette blanche et du Sapin baumier. Le sud de l'écorégion est dominé par une forêt mixte composée d'Épinettes noires, d'Épinettes blanches, de Sapins baumiers, de Pins gris, de Peupliers faux-tremble et de Bouleaux blancs. Plusieurs espèces végétales isolées, typiques de l'ouest et de l'arctique, se retrouvent le long des rives nord du Lac Supérieur. On retrouve dans les forêts centrales du Bouclier canadien les populations de Caribou des bois les plus méridionales[6].

Conservation[modifier | modifier le code]

On estime que 40 % de cette écorégion, peut-être moins, est encore intacte. Dans le sud, la conversion des terres en pâturages est responsable en partie de l'altération de ces forêts, mais l'exploitation forestière à grande échelle est de loin l'activité la plus dommageable : plus de 50 % des forêts ont été exploitées[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ 2001, p. 935-938.
  2. a, b, c et d (en)World Wildlife Fund, « The Terrestrial Ecoregions of the World Base Global Dataset », sur http://worldwildlife.org (consulté le 29 septembre 2012). Disponible alternativement sur : Loyola RD, Oliveira-Santos LGR, Almeida-Neto M, Nogueira DM, Kubota U, et al., « Integrating Economic Costs and Biological Traits into Global Conservation Priorities for Carnivores », PLoS ONE,‎ 2009 (consulté le 20 octobre 2012), p. Table S1. Les données de température et de précipitations sont les moyennes mensuelles minimales et maximales.
  3. (en) G. Kier, J. Mutke, E. Dinerstein, T. H. Ricketts, W. Küper, H. Kreft et W. Barthlott, « Global patterns of plant diversity and floristic knowledge », Journal of Biogeography, vol. 32,‎ 2005, p. 1107–1116 (DOI 10.1111/j.1365-2699.2005.01272.x, lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  4. a, b, c, d et e (en)World Wildlife Fund, « WildFinder: Online database of species distributions »,‎ janvier 2006, données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  5. a, b et c (en) J. M. Hoekstra, J. L.  Molnar, M. Jennings, C. Revenga, M. D. Spalding, T. M. Boucher, J. C. Robertson, T. J. Heibel et K. Ellison, The Atlas of Global Conservation : Changes, Challenges, and Opportunities to Make a Difference, Berkeley, University of California Press,‎ 2010 (lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  6. a, b, c et d (en) « Central Canadian Shield forests (NA0602) », World Wildlife Fund,‎ 08.09.2010