Forêt de Concise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La forêt de Concise est un massif forestier situé en Mayenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, elle était beaucoup plus vaste, couvrait la totalité de Saint-Berthevin, empiétait sur les communes de Saint-Pierre-la-Cour, du Genest-Saint-Isle et arrivait à Laval au pied de la Porte Beucheresse.

La forêt s'étend sur les communes de Saint-Berthevin et d'Ahuillé et représente environ 7 % des forêts du département.

Les limites actuelles datent du début du XVIIIe siècle.

Le terrain est partagé entre 5 propriétaires privés et s'étend sur 650 hectares (500 hectares sur Saint-Berthevin et 150 hectares sur Ahuillé).

Elle est bordée à l'est par une ancienne voie de chemin de fer reliant Saint-Berthevin à Craon aujourd'hui désaffectée et transformée en chemin piétonnier.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des fouilles archéologiques ont mis au jour des silex taillés témoignant de la présence humaine dès la préhistoire.

Les premiers défrichages se sont produits durant la période gallo-romaine, plusieurs voies romaines traversaient la forêt et des fermes y étaient implantées[1].

La forêt appartenait autrefois aux seigneurs de Laval. Emma de Laval donne en 1265 l'usage du bois dans sa forêt de Concise au Prieuré Sainte-Catherine de Laval[2]. Les droits d'usage des chanoines dans la forêt furent souvent sujets à contestation avec les seigneurs de Laval[3]

La famille de La Trémoille vendit plusieurs parcelles au cours du XVIe et XVIIe siècle. Au XIXe siècle, les dernières parcelles sont cédées aux propriétaires privés.

Elle abrite la grotte dans laquelle Jean Chouan se réfugia lorsqu'il fut opposé aux bleus (les républicains). Le fils de René-François Plaichard Choltière, Joseph Plaichard Choltière, ex-capitaine des grenadiers du corps législatif et adjudant général des armées de la République dans le corps du général Napoléon Bonaparte, est tué par des hommes armés dans la forêt de Concise lors d'une chasse le 17 thermidor an VI.

Actualité[modifier | modifier le code]

Tous les ans, depuis quelques années maintenant, se déroule au sein de la forêt un Trail, une course à pied Nature, avec l'accord des différents propriétaires privés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La forêt de Laval porte le nom de Concise, ce qui semble accuser une origine latine. Le mot concisus signifie coupé, tranché, partagé. Cette forêt ne serait-elle originairement qu'un démembrement à l'époque romaine, de la grande forêt du pays, la forêt de Mayenne ? »
  2. Pour leur chauffage, celui de leurs domestiques, pour la cuisson de leur pain, de même que pour édifier et réédifier les maisons de leurs enclos « viridenemus ad edlficandum et reedifficandum pro dicto loco quantum necesse fuerit. » Le ségrier de la forêt devait leur marquer le bois.
  3. Une transaction de l'année 1494, entre Guy XV de Laval et le prieur et les religieux, règle les droits honorifiques et utiles qui peuvent appartenir au prieuré. Il y est dit « que à l'avenir le prieur et les religieux jouiront de leur usage dans la forêt sans en abuser c'est à savoir à bois mort el à mort bois et bois dérincé pour leur chauffage ainsi que bois vert pour les réparations et entretenement de Leur maison. » .Une autre sentence rendue à la table de marbre du Palais de Paris, entre Guy XIX de Laval et Geoffroy Vincent, prieur de Sainte-Catherine, les maintient dans leur droit, et ordonne que « déli» vrance sera faite de bois dans la forêt de Concise, suivant les anciens droits qui leur ont été accordés ». Charlotte de Nassau, duchesse de la Trémoille, procuratrice de son fils, comte de Laval, fait le 11 juillet 1629 un reniement portant» qu'il sera délivré aux religieux de Sainte-Catherine 24 cordes de bois, la corde réglée à 8 pieds de long, le bois coupé de 4 pieds de longueur, chaque corde bien et dûment remplie ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • G.D., « Anciennes forêts du département de la Mayenne », dans Mémorial de la Mayenne, 1843, t. 2, p. 126-146.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Forêt | Liste des principales forêts de France