Forêts de conifères calédoniennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Forêt calédonienne)
Aller à : navigation, rechercher

Forêts de conifères calédoniennes
Écorégion terrestre - Code PA0503[1]

Description de cette image, également commentée ci-après

Pins sylvestres du Glen Affric dans les Highlands.

Classification
Écozone : Paléarctique
Biome : Forêts de conifères tempérées
Géographie et climat
Superficie[2] :
22 112 km2
min. max.
Altitude[2] : 0 m 1 326 m
Température[2] : -2 °C 14 °C
Précipitations[2] : 42 mm 362 mm
Écologie
Espèces végétales[3] :
500
Oiseaux[4] :
145
Mammifères[4] :
25
Squamates[4] :
3
Espèces endémiques[4] :
0
Conservation
Statut[4] :
Critique / En danger
Aires protégées[5] :
21,3 %
Anthropisation[5] :
6,7 %
Espèces menacées[5] :
2
Ressources web :
Site du WWF

Localisation

Description de l'image  Ecoregion PA0503.svg.

Les forêts de conifères calédoniennes forment une écorégion terrestre définie par le Fonds mondial pour la nature (WWF), qui appartient au biome des forêts de conifères tempérées de l'écozone paléarctique. Elles couvraient autrefois une vaste partie de l'Écosse (Calédonie). En raison de la déforestation menée depuis le Néolithique, il n'en reste plus aujourd'hui qu'à peine 1 % réparti en trente-cinq lieux séparés[6]. Les forêts calédoniennes abritent une grande variété de faune et de flore qui ne se retrouve pas dans le reste des îles Britanniques, tels que des chats sauvages, des mésanges huppées ou encore des chevaliers aboyeurs[6].

Elles sont également connues comme étant le lieu de la bataille de Coit Celidon, l'une des douze menées par le légendaire Roi Arthur[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ 2001, p. 935-938.
  2. a, b, c et d (en)World Wildlife Fund, « The Terrestrial Ecoregions of the World Base Global Dataset », sur http://worldwildlife.org (consulté le 29 septembre 2012). Disponible alternativement sur : Loyola RD, Oliveira-Santos LGR, Almeida-Neto M, Nogueira DM, Kubota U, et al., « Integrating Economic Costs and Biological Traits into Global Conservation Priorities for Carnivores », PLoS ONE,‎ 2009 (consulté le 20 octobre 2012), p. Table S1. Les données de température et de précipitations sont les moyennes mensuelles minimales et maximales.
  3. (en) G. Kier, J. Mutke, E. Dinerstein, T. H. Ricketts, W. Küper, H. Kreft et W. Barthlott, « Global patterns of plant diversity and floristic knowledge », Journal of Biogeography, vol. 32,‎ 2005, p. 1107–1116 (DOI 10.1111/j.1365-2699.2005.01272.x, lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  4. a, b, c, d et e (en)World Wildlife Fund, « WildFinder: Online database of species distributions »,‎ janvier 2006, données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  5. a, b et c (en) J. M. Hoekstra, J. L.  Molnar, M. Jennings, C. Revenga, M. D. Spalding, T. M. Boucher, J. C. Robertson, T. J. Heibel et K. Ellison, The Atlas of Global Conservation : Changes, Challenges, and Opportunities to Make a Difference, Berkeley, University of California Press,‎ 2010 (lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  6. a et b (en) « The Caledonian Forest »
  7. Nennius, Historia Brittonum, vers 630.