Forêts-parcs à trembles canadiennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Forêt-parc de trembles)
Aller à : navigation, rechercher

Forêts-parcs à trembles canadiennes
Écorégion terrestre - Code NA0802[1]

Description de cette image, également commentée ci-après

Forêt-parc près de Saskatoon en Saskatchewan.

Classification
Écozone : Néarctique
Biome : Prairies, savanes
et brousses tempérées
Géographie et climat
Superficie[2] :
399 039 km2
min. max.
Altitude[2] : 216 m 1 812 m
Température[2] : -23 °C 20 °C
Précipitations[2] : 10 mm 119 mm
Écologie
Espèces végétales[3] :
1 464
Oiseaux[4] :
206
Mammifères[4] :
72
Squamates[4] :
14
Espèces endémiques[4] :
0
Conservation
Statut[4] :
Critique / En danger
Aires protégées[5] :
3,0 %
Anthropisation[5] :
63,8 %
Espèces menacées[5] :
11
Ressources web :
Site du WWF

Localisation

Description de l'image  Aspen-Parkland.svg.

La forêt-parc à trembles ou tremblaie-parc est une écorégion terrestre canadienne du type prairies, savanes et brousses tempérées. Elle s'étend suivant un arc depuis la frontière du Manitoba et du Dakota du Nord jusqu'au centre de l'Alberta. Une zone disjointe occupe le nord-ouest de l'Alberta ainsi que la région de la Rivière de la Paix en Colombie-Britannique[6] .

Climat[modifier | modifier le code]

La température moyenne annuelle oscille entre 0,5 et 2,5 degrés Celsius. La température moyenne se maintient entre 13 °C et 16 °C pendant l'été et entre -14,5 °C et -12,5 °C pendant l'hiver. Les précipitations annuelles moyennes varient entre 375 mm et un peu moins de 700 mm[6].

Caractéristiques biologiques[modifier | modifier le code]

La végétation de la forêt-parc à trembles se distingue par un couvert forestier composé principalement de Peuplier faux-tremble et dans une moindre mesure de Peuplier baumier. Les espaces non forestiers sont occupés par les herbacées et les arbustes de grandes tailles. L'Épinette blanche et le Sapin baumier y forment des peuplements climaciques, mais leur présence est limitée par la récurrence des feux de forêts.

Parmi les espèces fauniques qui fréquentent ce biome, on retrouve: l'Orignal, le Cerf à queue blanche, l'Ours noir, le Loup, le Castor canadien, le Coyote, la Martre d'Amérique, le Vison d'Amérique, le Renard roux, le Lièvre d'Amérique, le Gaufre gris et l'Écureuil terrestre de Franklin[6].

Conservation[modifier | modifier le code]

Quatre-vingt-dix pour cent de la forêt-parc à trembles a été perdu, principalement au profit des cultures de Colza, de Luzerne et de blé, ainsi que pour les pâturages. L'exploitation forestière a également contribué à la diminution de ce biome[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ 2001, p. 935-938.
  2. a, b, c et d (en)World Wildlife Fund, « The Terrestrial Ecoregions of the World Base Global Dataset », sur http://worldwildlife.org (consulté le 29 septembre 2012). Disponible alternativement sur : Loyola RD, Oliveira-Santos LGR, Almeida-Neto M, Nogueira DM, Kubota U, et al., « Integrating Economic Costs and Biological Traits into Global Conservation Priorities for Carnivores », PLoS ONE,‎ 2009 (consulté le 20 octobre 2012), p. Table S1. Les données de température et de précipitations sont les moyennes mensuelles minimales et maximales.
  3. (en) G. Kier, J. Mutke, E. Dinerstein, T. H. Ricketts, W. Küper, H. Kreft et W. Barthlott, « Global patterns of plant diversity and floristic knowledge », Journal of Biogeography, vol. 32,‎ 2005, p. 1107–1116 (DOI 10.1111/j.1365-2699.2005.01272.x, lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  4. a, b, c, d et e (en)World Wildlife Fund, « WildFinder: Online database of species distributions »,‎ janvier 2006, données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  5. a, b et c (en) J. M. Hoekstra, J. L.  Molnar, M. Jennings, C. Revenga, M. D. Spalding, T. M. Boucher, J. C. Robertson, T. J. Heibel et K. Ellison, The Atlas of Global Conservation : Changes, Challenges, and Opportunities to Make a Difference, Berkeley, University of California Press,‎ 2010 (lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  6. a, b, c et d (en) « Canadian Aspen forests and parklands (NA0802) », World Wildlife Fund,‎ 06.07.2010