Footbag

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Un footbag

Un footbag (ou hacky sack ; en français balle aki) est une petite balle en tissu ou cuir d’environ 5 cm de diamètre et qui pèse 40 grammes. Un footbag n’est pas rempli d’air mais de billes (de plastique ou/et de plomb) ou de grains (de sable ou de riz), c’est pour cela qu’on l’appelle bag (sac) et non ball.

Le footbag est à la fois un jeu et un sport, et désigne l’ensemble des jeux et sports qui se pratiquent avec un footbag.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

John Stalberger, un Texan costaud ayant un vaste passé sportif, est en vacances en 1972 lorsqu’il rencontre Mike Marshall à un festival local d'Oregon City en Oregon. Marshall et Stalberger, ce dernier soignant une blessure à un genou, deviennent de très bons amis et commencent à prendre plaisir à un hobby que Marshall affectionnait déjà. Avec un sac de fèves, les deux se mettent à botter, à frapper l’objet de leurs pieds chacun leur tour dans de vaines tentatives pour le garder en l’air. Stalberger se rend compte que ce petit hobby anodin, aussi bizarre qu’il puisse paraître, s’avère être une excellente thérapie pour son genou blessé et le petit hobby-exercice devient vite une obsession pour les deux amis. Lorsqu’un des deux veut jouer, il dit à l’autre : « Let’s go hack the sack ! » (traduction libre : « Allons botter le sac ! »). Ainsi était née la marque de commerce Hacky Sack[réf. nécessaire].

Stalberger et Marshall se mettent alors à faire l’expérience de différentes formes et dimensions quant à l’objet à botter. Les designs originaux consistent en du vieux denim rempli de fèves ou de riz et leur formes s’apparentaient beaucoup à un disque. Alors que le fruit de leur imagination s’apprête à faire son entrée sur le marché des loisirs américain, Marshall est atteint d’une crise cardiaque et meurt dans son sommeil en 1975, à l’âge de 28 ans. Avec une inspiration renouvelée, Stalberger poursuit la quête pour faire de leur rêve une réalité.

Il découvre qu’en insistant sur l’usage équilibré des deux côtés du corps pour contrôler le footbag, et en restreignant les points de contact aux pieds et aux genoux, le jeu peut être un outil d’éducation physique ou athlétique. En même temps il s’aperçoit qu’une forme sphérique améliore la qualité du jeu et permet de meilleures caractéristiques quant aux angles de vol.

Avec les encouragements grandissants de marchands locaux, d’amis et d’athlètes, le nouveau modèle de footbag de Stalberger présente d’autres changements. Cette fois le contenu du sac est constitué de billes de plastiques, plus durables, donnant au footbag une meilleure réaction pendant le jeu et en rendant celui-ci plus fluide.

En 1978, en continuité avec les expériences qu’il fait avec son sport, Stalberger invente la version vraiment compétitive du jeu connue sous le nom de footbag au filet. Avec ce jeu, il met sur pied la base sur laquelle les tournois allaient naître et se développer. Son sport prend alors son envol.

Les formes sportives[modifier | modifier le code]

Footbag Freestyle[modifier | modifier le code]

C’est l’épreuve artistique du footbag, et la plus pratiquée hors compétition. À mi-chemin entre la jonglerie en football, la danse et l’art martial, il s’agit d'exécuter des figures en combinant technique et fluidité.

La technique s’acquiert à force de répétition du mouvement, et la fluidité, pour ne pas dire la grâce, dépend du rapport personnel à la musique et de la créativité du joueur. Tout ceci donne à chacun son propre style. Le style n’est ni bon ni mauvais, il reflète tout simplement la personnalité du joueur. Le freestyle footbag se joue généralement entre plusieurs personnes qui forment un cercle. Elles essaient de garder la balle « en vie », c’est-à-dire de ne pas la faire tomber, le plus longtemps possible à l’aide de tricks (ou figures) et de passes. Chaque figure à un nom comme dans toute discipline relevant du freestyle. Tous les tricks portent en fait des noms artistiques tels que « flying clipper, squeeze, paradox mirage, symposium whirl, etc. ».

Il existe dans le freestyle une pratique sport-loisir qui consiste surtout à se passer la balle entre personnes d’un même cercle, sans toutefois utiliser l’amorti et toutes les figures qu’il permet d’exécuter. La pratique sport du freestyle demande un engagement physique nettement plus prononcé, le rythme de jeu augmente fortement, il demande de plus en plus de contrôle et de précisions.

En compétition les joueurs se présentent devant un panel de juges, avec une musique et une chorégraphie qu’ils exécutent. Pour schématiser, les compétiteurs se voient attribuer, tout comme au patinage artistique, des notes artistiques et techniques. Il existe également une version « team » (à deux) du freestyle, celle-ci est visuellement proche de la capoera. Elle fait également l’objet d’une épreuve en compétition.

Il existe 3 types de compétition en Footbag Freestyle :

  • la « Routine » : passage de deux minutes en musique (choisie par le compétiteur) devant 5 juges qui chacun donne une note artistique et une note technique. Les notes vont de 0 à 6, le mieux étant 6. Les juges peuvent donner qu’une seule fois la même note, il est donc impossible de mettre 2 joueur à égalité ;
  • le « 30 secondes shred » : un passage de 30 secondes où seule la technique compte, la musique est la même pour tous les compétiteurs ;
  • le « big one » et « sick 3 » : le « trick » (figure) le plus technique ou le meilleur enchainement des trois tricks les plus durs.

Footbag Net[modifier | modifier le code]

Le Footbag Net se joue uniquement avec les pieds. Le Net peut se jouer à un contre un ou à deux contre deux. Dans le premier cas, il y a deux touches de balle par côté et dans le second, il y a trois touches de balle par côté alternées entre les deux joueurs.

Le service se fait en lançant la balle à la main avant de la frapper au pied vers le carré de service diagonalement opposé, où se tient le receveur. Quand le service est perdu puis repris, c’est le deuxième joueur qui prend le service, et ainsi de suite. Le service tourne lorsque l’équipe qui sert perd l’échange. Lorsque le score est de 0 ou pair, le serveur est à droite, et donc à gauche lorsque le score est impair.

Seule l’équipe qui sert peut marquer des points. Un échange est gagné lorsque la balle touche le sol dans le camp adverse, si elle est sortie du terrain ou si le nombre de touches de balle a été dépassé (par joueur ou par équipe). Si l’équipe qui servait gagne l’échange, il y a point. Si c’est l’équipe qui recevait, elle gagne le service (et donc la possibilité de marquer des points).

Un match se joue en un ou plusieurs sets au choix des joueurs ou des organisateurs de tournoi. Un set se joue en 11 ou 15 points selon les mêmes critères. Le changement de côté s’effectue lorsque l’une des équipes atteint : 6 si set en 11 points et 8 si set en 15 points.

Autres[modifier | modifier le code]

L’Association française de footbag (AFF) ne prend en compte pour ses compétitions que le freestyle et le net, les autres disciplines sont plus considérées comme des loisirs que comme des sports.[réf. souhaitée] En voici quelques unes :

  • Le Footbag golf est un sport distrayant[non neutre] et grand public. Les règles sont les mêmes qu’au golf sauf que le pied remplace le club. On ramasse là où elle est arrivée, pour la retaper vers le trou. Ce sport implique une étiquette et une courtoisie également similaire au golf. Le manque de respect pour la végétation du golf, la fumée gênante d’une cigarette ou alors le non-respect de la concentration d’un joueur impliquent des pénalités. Le footbag Golf est aussi concurrentiel que les autres disciplines du footbag, mais il est le plus facile à apprendre car les joueurs n’ont pas à enchaîner plusieurs coups consécutivement.
  • Le Footbag consecutive es pratiqué à un ou plusieurs joueurs, le but étant de garder la balle en l’air en utilisant que les pieds et les genoux. Il peut se pratiquer de plusieurs manières, on tape la balle soit un maximum de fois dans un temps imparti, soit le plus de fois possible avant de la laisser tomber par inattention, ou par lassitude. En 1998, les Américains Tricia George et Gary Lault ont tapé 132 011 fois la balle, en 20 h 34[réf. nécessaire].

Four square (« les 4 carrés »)[modifier | modifier le code]

C’est un jeu américain qui se joue dans tout le pays depuis des années, dans toutes les variations sur les cours d’écoles et avec toute sorte de balles. C’est plus au moins le circle kicking pour les avancés avec une composante de concours où tous jouent contre tous.

Avec un bout de craie ou une bande adhésive, on trace un carré par terre (4 m × 4 m) qui est subdivisé en quatre carrés de la même taille qui sont numérotés contre le sens de l’aiguille (4 mètres sont à peu près 12 longueurs d’un pied, i.e. un petit carré subdivisé mesure 2 m × 2 m ou 6 pieds × 6 pieds). Avec cette méthode se laisse également mesurer un champ de jeu pour le foursquare.

Le but du jeu est de parvenir jusqu’au carré no 4 pour y rester le plus longtemps possible et augmenter son score de points. Le joueur qui atteint d’abord 21 points a gagné.

Le jeu est réparti en tours. Un tour commence toujours avec l’engagement de la balle par le joueur du carré no 4 et se termine quand la balle tombe par terre ou quand un joueur commet une faute (foul). Après chaque tour s’effectue un seul changement de joueur, c’est-à-dire que le prochain joueur attendant dans la file entre en jeu dans le carré no 1 et remplace celui qui a été disqualifié. Les trois autres joueurs avancent dans le prochain carré. Si c’est le no 2 qui est disqualifié, il est évident que le no 3 ne puisse pas avancer de carré sinon seulement le n°1 qui reprend la place du joueur disqualifié du carré no 2, etc. Celui qui a été disqualifié se met derrière dans la file et attend jusqu’à ce qu’il puisse entrer à nouveau dans le jeu.

Matériel[modifier | modifier le code]

D’un diamètre de 5 cm environ (pas de norme), les footbag sont fabriquées avec des petits morceaux de cuirs ou synthétiques (les panels) cousus les uns aux autres. Le nombre de panels varie de 2 à 200, voire plus, mais se situe généralement entre 8 et 50. On remplit généralement cette enveloppe de billes plastique ou de sable, plus rarement de petit graviers, voire de petites billes de plomb, en fonction de la densité recherchée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :