Fontet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fontet
La mairie (juin 2009)
La mairie (juin 2009)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Aquitaine
Département Gironde
Arrondissement de Langon
Canton de La Réole
Intercommunalité Communauté de communes du Réolais en Sud Gironde
Maire
Mandat
Jean-Marc Fraiche
2014-2020
Code postal 33190
Code commune 33170
Démographie
Gentilé Fontésiens
Population
municipale
816 hab. (2011)
Densité 106 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 33′ 35″ N 0° 01′ 47″ O / 44.5597222222, -0.029722222222244° 33′ 35″ Nord 0° 01′ 47″ Ouest / 44.5597222222, -0.0297222222222  
Altitude Min. 5 m – Max. 63 m
Superficie 7,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Fontet

Géolocalisation sur la carte : Gironde

Voir sur la carte topographique de Gironde
City locator 14.svg
Fontet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontet
Liens
Site web http://www.fontet.fr

Fontet est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département de la Gironde, en région Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Fontet se situe au sud-ouest (rive gauche) de la Garonne, à 64 km au sud-est de Bordeaux, chef-lieu du département, à 19 km à l'est de Langon, chef-lieu d'arrondissement, et à 4 km au sud de La Réole, chef-lieu de canton[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont La Réole au nord (quartier du Rouergue), Hure au sud-est, Noaillac au sud, Loupiac-de-la-Réole à l'ouest et Blaignac et Floudès au nord-ouest. À l'est, sur la rive droite de la Garonne, se trouve la commune de Bourdelles.

Communes limitrophes de Fontet
Floudès

Blaignac
La Réole
(quartier du Rouergue)
Loupiac-de-la-Réole Fontet Rive                       
droite                      
de           Bourdelles
la                           
Garonne                   

Noaillac

Hure                                             

Communications et transports[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par la route départementale D9 qui mène, vers le nord-ouest et à proximité de La Réole, à la route départementale D1113 (ancienne route nationale 113, Bordeaux-Marseille) et, vers le sud, à l'autoroute A62 puis permet de rejoindre Bazas au sud-ouest ou Grignols vers le sud-est par la route départementale D10 ; le bourg proprement dit est traversé, d'une part, par la route départementale D9e6 qui permet de rejoindre La Réole vers le nord et ladite D9 au sud et, d'autre part, par la route départementale D225 qui mène en direction de Puybarban à l'ouest et au-delà en direction de Langon par la route départementale D224 ; ladite départementale D224 se prolonge à l'ouest du bourg en direction de Meilhan-sur-Garonne.

L'accès à l'autoroute A62 (Bordeaux-Toulouse) le plus proche est le no 04, dit de La Réole, qui se situe à 6,5 km vers le sud.
L'accès no 1, dit de Bazas, à l'autoroute A65 (Langon-Pau) se situe à 25 km vers le sud-ouest.

La gare SNCF la plus proche est celle de La Réole, sur la ligne Bordeaux - Sète du TER Aquitaine, située à 2,5 km au nord.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée d'est en ouest par le canal de Garonne.

À l'exception de la zone au sud du canal, le territoire communal, à l'instar des communes environnantes sises entre Garonne et canal de Garonne, est quasiment plat. Il est classé en zone rouge dans le cadre du plan de prévention du risque inondation (PPRI). Des digues de protection contre les crues de la Garonne le sillonnent.

Hameaux et Lieux-dits[modifier | modifier le code]

La Madone, Tamadis, Le Cricq, Médoc, Le Castéra, Tartifume, Guilleton, Lasserre.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Fontet signifie « petite fontaine ». La commune possède en effet un grand nombre de sources d'eau.

Le nom de la commune est Hontet en gascon.

Les habitants en sont les Fontésiens[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village originel de Fontet, devait se situer sur une motte féodale, dans le hameau actuel de Tartifume, au nord-est du bourg actuel. On y fait mention en 1500. Cette motte féodale était située en surplomb d’un méandre de la Garonne. Cette élévation naturelle, était un élément de l’ensemble défensif de La Réole, avec le château des Quat'Sos, le Castéra (motte au sud du bourg) et la chartreuse de Blaignac. De cette situation défensive, il ne reste aujourd'hui que des ruines de murailles et des fossés. Du village médiéval, restent le patrimoine architectural de l'église et quelques vestiges du château de Tartifume. Un pont suspendu sur le canal latéral à la Garonne se nomme pont suspendu de Tartifume, il se situe juste à côté de l'écluse no 48. Au Moyen Âge, les pèlerins en route pour Saint-Jacques-de-Compostelle traversaient la Garonne au gué de Tartifume. Les Bénédictins possédaient le droit de bac à cet endroit.

À la Révolution, la paroisse Saint-Front de Fontet forme la commune de Fontet[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1959 Albert Pauly    
1959 1971 Roger Carcauzon    
mars 1971 mars 1983 Guillaume Pouchet    
mars 1983 mars 2001 Guy Campodarve    
mars 2001 mars 2014 Jean-Marie Mongie    
mars 2014 en cours Jean-Marc Fraiche    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2014, la communauté de communes du Réolais ayant été supprimée, la commune de Fontet s'est retrouvée intégrée à la communauté de communes du Réolais en Sud Gironde siégeant à La Réole.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 816 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
760 592 568 567 695 683 714 782 672
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
705 732 753 735 720 704 713 692 682
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
671 665 621 611 580 617 624 632 647
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
675 626 636 672 715 732 735 816 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg L'église Saint-Front a été construite entre les XVIe et XVIIe siècles. Elle est inscrite au titre des monuments historiques depuis 1925[7].
  • Le pigeonnier de Lagrange, circulaire, est caractérisé par le dôme en cloche qui le surmonte[8].
  • Sur le canal de Garonne, se situent les écluses nos 48 et 49, la première au lieu-dit l'Auriole à proximité de Hure et portant le nom du lieu-dit, la seconde en limite du territoire communal de Loupiac-de-la-Réole et dite écluse de Fontet.
  • Une assez importante base nautique communicant avec le canal permet le mouillage de bateaux de plaisance.
  • Un musée des Allumettes et de l'Artisanat, privé, peut être visité à proximité de la base nautique[9].
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances les plus courtes par la route - Les distances orthodromiques sont respectivement de 53,4 km pour Bordeaux, 17,7 km pour Langon et 2,5 km pour La Réole. Données fournies par Lion1906.com, consulté le 31 mai 2011.
  2. Nom des habitants de la commune sur habitants.fr, consulté le 31 mai 2011.
  3. Historique des communes, p. 21, sur GAEL (Gironde Archives en ligne) des Archives départementales de la Gironde, consulté le 6 avril 2013.
  4. La liste des maires est extraite du site Fontet.free.fr, consulté le 26 janvier 2010.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. « Inscription MH de l'église Saint-Front », base Mérimée, ministère français de la Culture, consulté le 26 janvier 2010.
  8. Colombier de Lagrange sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine », consulté le 14 septembre 2014.
  9. Le musée des Allumettes et de l'Artisanat sur www.tourisme-aquitaine.fr, consulté le 31 mai 2011 et sur www.tourisme-gironde.fr, consulté le 31 mai 2011.