Fontenay-le-Comte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fontenay le Comte)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontenay.
Fontenay-le-Comte
Hôtel de Ville
Hôtel de Ville
Blason de Fontenay-le-Comte
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Vendée (sous-préfecture)
Arrondissement Fontenay-le-Comte (chef-lieu)
Canton Fontenay-le-Comte (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Fontenay-le-Comte
Maire
Mandat
Jean-Michel Lalère
2014-2020
Code postal 85200
Code commune 85092
Démographie
Gentilé Fontenaisien
Population
municipale
14 204 hab. (2011)
Densité 417 hab./km2
Population
aire urbaine
27 775 hab.
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 58″ N 0° 48′ 22″ O / 46.466, -0.806065 ()46° 27′ 58″ Nord 0° 48′ 22″ Ouest / 46.466, -0.806065 ()  
Altitude Min. 2 m – Max. 68 m
Superficie 34,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte administrative de Vendée
City locator 14.svg
Fontenay-le-Comte

Géolocalisation sur la carte : Vendée

Voir sur la carte topographique de Vendée
City locator 14.svg
Fontenay-le-Comte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontenay-le-Comte

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontenay-le-Comte
Liens
Site web Site officiel de Fontenay-le-Comte

Fontenay-le-Comte est une commune française, sous-préfecture du département de la Vendée dans la région Pays de la Loire. Ses habitants sont les Fontenaisien(ne)s. Ancienne capitale du bas Poitou, ville d'art au patrimoine architectural remarquable, comportant entre autres le seul secteur historique sauvegardé de Vendée, la ville centre compte 14339 habitants en 2010 et 27775 habitants dans son aire urbaine selon l'insee en 2010.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Fontenay-le-Comte se situe dans la plaine du Sud-Vendée, au bord de la Vendée qui est un affluent de la Sèvre Niortaise.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers peuplements du site de Fontenay-le-Comte datent de la préhistoire et s'expliquent sans doute par la présence d'un gué permettant la traversée de la Vendée. Une fontaine, vitale pour la cité, lui donnera son nom. Durant la période gallo-romaine, cette ville, comme toute la Vendée actuelle, appartenait au Poitou.

Pendant le Moyen Âge, la ville est fortifiée par les comtes de Poitiers qui élèvent dans la ville un château fort, tour à tour propriété des Mauléon et des Lusignan.

En 1242, sous l'autorité d'Alphonse de Poitiers, Fontenay-le-Comte devient la capitale du Bas-Poitou. Elle connaît un développement économique important dès le Moyen Âge grâce à l'industrie du drap et du cuir. Éprouvée par les Anglais en 1361, puis reconquise 11 ans plus tard par les Français dirigés par Du Guesclin, la ville est fortement ébranlée pendant la guerre de Cent Ans. Après cela, elle conserve bien la protection royale. Ainsi, en mars 1472, par ses lettres patentes, le roi Louis XI confirme les privilèges des habitants[1]. À la Renaissance, sa renommée est confortée par les trois foires royales annuelles, déplaçant des marchands de toutes nationalités, puis par une dimension intellectuelle telle que François Ier donne à la Cité sa devise de « Fontaine et source jaillissante des Beaux Esprits ».

La Renaissance est pour Fontenay-le-Comte une époque de splendeur avec la construction des plus beaux édifices de la ville : le château de Terre-Neuve, les hôtels particuliers et l'emblème de la ville : la Fontaine des Quatre Tias. Mais Fontenay-le-Comte, ville protestante, est assiégée huit fois pendant les guerres de religion. L’un de ces sièges aboutit à la prise de la ville par le duc de Montpensier en 1575[2]. Son château est démantelé en 1621. Au XVIIe siècle, le déclin économique s'amorce et s'accélère avec la révocation de l'édit de Nantes qui ruine les industries protestantes de la ville.

Au cours du XVIIIe siècle, la vieille ville se transforme : travaux d'urbanisme, création de larges artères, canalisation de la Vendée…

La Révolution française marque un tournant pour la ville. En 1790, le Bas-Poitou disparaît avec la création du département de la Vendée, dont Fontenay-le-Comte devient le chef-lieu. En 1793, la Convention, souhaitant faire disparaître toute trace de l'Ancien Régime, débaptise la ville et la renomme Fontenay-le-Peuple. Cette même année, les Vendéens prennent les armes contre la République. Fontenay-le-Peuple, républicaine et chef-lieu de la Vendée, est la cible des insurgés. Elle est prise le 25 mai 1793, puis abandonnée trois jours plus tard. Fontenay reste républicaine et constitue un point d'appui des républicains dans la Guerre de Vendée.

En 1804, Napoléon Ier, jugeant Fontenay trop excentrée et souhaitant pacifier la Vendée, transfère la préfecture de Fontenay dans la ville nouvelle de Napoléon (La Roche-sur-Yon). Fontenay-le-Peuple redevient Fontenay-le-Comte. En 1812, la ville devient sous-préfecture de la Vendée à la place de Montaigu. À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, la reprise économique qui s'opère conduit Fontenay-le-Comte à se développer hors de ses murs. Le chemin de fer arrive enfin et la cité est connectée à La Roche-sur-Yon, Niort, Bressuire et La Rochelle au début du XXe siècle. Cependant le développement lié au rail n'a que peu d'effet et malheureusement les lignes non rentables sont vite fermées. Aujourd'hui, seules deux lignes d'autobus ter Pays-de-la-Loire en direction de Niort et de Luçon, subsistent, et la gare a été transformée en un espace culturel. La réouverture de la ligne Fontenay - Niort est en projet depuis des années Cette expansion est confirmée par la rapide croissance industrielle connue dans les années 1960.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1900 1904 Théophile Mousseau    
1904 1912 Xavier Gandriau    
1912 1919 Pierre Roy    
1919 1924 Isaac Bujard    
1924 1945 Roger Guillemet    
1945 1965 Marceau Bretaud    
1965 1981 André Forens UNR puis UDR puis RDS puis RPR puis UDF  
1981 1989 Francis Bloch RPR  
1989 1995 André Forens RPR  
1995 2008 Jean-Claude Remaud[Note 1] PS puis Divers gauche puis PRG  
2008 2014 Hugues Fourage[3] PS directeur des ressources humaines de la Chambre de commerce et d'industrie de la Vendée
président de la Communauté de communes du Pays de Fontenay-le-Comte (depuis 2008)
conseiller régional des Pays de la Loire (depuis 2010)
député de la Vendée (depuis 2012)
2014 en cours Jean-Michel Lalère UMP-UDI retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Forces armées[modifier | modifier le code]

Unités militaires ayant tenu garnison à Fontenay le Comte

Jumelages[modifier | modifier le code]

Projets de développement[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

En 2011, la commune comptait 14 204 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 2],[Note 3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5 960 6 520 6 615 7 470 7 504 7 650 7 175 7 997 7 884
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
7 727 7 971 8 062 7 660 8 453 9 333 10 164 9 864 10 096
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
10 512 10 326 10 379 8 903 9 423 9 082 8 564 9 838 9 519
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
10 109 12 199 15 275 15 295 14 456 13 792 14 354 14 204 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (28,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (25,1 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,2 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 47,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,4 %, 15 à 29 ans = 19,7 %, 30 à 44 ans = 18,6 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 24,8 %) ;
  • 52,2 % de femmes (0 à 14 ans = 14,6 %, 15 à 29 ans = 16,4 %, 30 à 44 ans = 16,8 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 31,8 %).
Pyramide des âges à Fontenay-le-Comte en 2007 en pourcentage[6]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
2,0 
8,4 
75 à 89 ans
13,6 
16,0 
60 à 74 ans
16,2 
20,4 
45 à 59 ans
20,4 
18,6 
30 à 44 ans
16,8 
19,7 
15 à 29 ans
16,4 
16,4 
0 à 14 ans
14,6 
Pyramide des âges du département de la Vendée en 2007 en pourcentage[7]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
7,3 
75 à 89 ans
10,6 
14,9 
60 à 74 ans
15,7 
20,9 
45 à 59 ans
20,2 
20,4 
30 à 44 ans
19,3 
17,3 
15 à 29 ans
15,5 
18,9 
0 à 14 ans
17,4 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Jour du marché : samedi (uniquement le matin pour le marché couvert et l'alimentaire)
  • Biennale : se déroule depuis plus d'un siècle les années paires durant le week-end de la Pentecôte.
  • Week'n Ride : en avril, manifestation sportive de VTT New school (Dirt, DH Urbaine).

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

  • Football : Vendée Fontenay Foot
  • Basket-Ball : Basket Club Fontenaisien
  • Circuit auto/moto
  • BMX
  • Equitation
  • Natation
  • Hand
  • Tennis
  • Karaté
  • Haltérophilie
  • Athlétisme : SA Fontenay Le Comte
  • Escrime : Cercle d' Escrime Fontenay

Économie[modifier | modifier le code]

La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de la Vendée.

  • Juin 2009 : Le groupe suédois SKF annonce la fermeture d'ici la fin de l'année de l'usine de roulements à billes de Fontenay-le-Comte où travaillent 340 personnes.
  • Novembre 2009 : La Société Vendéenne de Roulements (groupe suédois SKF) ferme ses portes à Fontenay-le-Comte.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fontenay-le-Comte est classée ville d'art et d'histoire et fait partie de l'association des Plus Beaux Détours de France. Ville fleurie, elle a été récompensée de trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris (palmarès 2007).

La ville a reçu le Prix national de l'Art de Vivre (1996), et elle a obtenu le prix Ville Lumière en 2002 récompensant son plan d'éclairage architectural du centre historique.

Édifices religieux
Hôtels et maisons
Autres
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Blason de François Viète (portail)

Logotype, héraldique et devise[modifier | modifier le code]

Logotype
Héraldique
Blason Blasonnement :
D'azur à la fontaine jaillissante de trois pièces d'argent au bassin maçonné de sable.
Commentaires : Blason adopté par délibération du Conseil municipal en 1927. Il existe d'autres blasonnements : De sable, tranché d'argent ; à une fontaine d'or brochant sur le tout (Malte-Brun, la France illustrée, tome V, 1884) ; aussi D'azur, à une fontaine à bassin d'argent, côtoyée de deux licornes debout d'argent sommées d'or, à une fleur de lys en chef (Malte-Brun, la France illustrée, tome V, 1884).
Devise

La devise de Fontenay-le-Comte : Fons Fontanacum Felicium Ingeniorum Scaturigo. Fontenay, fontaine et source de beaux esprits.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 2001.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://books.google.fr/books?id=OJ-b2-CLz7EC&pg=PA470 Lettres patentes de Louis XI, Plessis-du-Parc-lèz-Tours, mars 1472 (1471 avant Pâques)
  2. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8) p 308
  3. Site officiel de la préfecture de la Vendée - liste des maires(doc pdf)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  6. « Évolution et structure de la population », sur insee.fr (consulté le 14 mai 2011)
  7. « Résultats du recensement de la population de la Vendée en 2007 », sur insee.fr (consulté le 14 mai 2011)
  8. Chronologie du volume III Pedigree et autres romans dans la Bibliothèque de la Pléiade, éditions Gallimard, p. XXXI-XXXIII, 2009, (ISBN 978-2-07-0110798-7[à vérifier : isbn invalide]).