Fontaine des Ambassadeurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fontaine des Ambassadeurs
Image illustrative de l'article Fontaine des Ambassadeurs
Présentation
Nom local Fontaine de Vénus
Période ou style Restauration
Architecte Jacques Hittorff
Francisque Duret
Date de construction 1840
Destination initiale adduction d'eau
embellissement
Propriétaire ville de Paris
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Commune Paris
Localisation
Coordonnées 48° 52′ 02.49″ N 2° 19′ 04.81″ E / 48.8673583, 2.3180028 ()48° 52′ 02.49″ Nord 2° 19′ 04.81″ Est / 48.8673583, 2.3180028 ()  

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Fontaine des Ambassadeurs

La fontaine des Ambassadeurs appelée aussi la fontaine de Vénus, est située dans la partie nord des jardins des Champs-Élysées, faisant partie du Carré des Ambassadeurs, proche de la place de la Concorde dans le 8e arrondissement de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

Peu de temps après avoir terminé les fontaines de la Concorde Jacques Hittorff construit quatre fontaines supplémentaires dans les squares des Jardins des Champs-Élysées. La fontaine des Ambassadeurs en fait partie, elle fut construite en 1840. Elle est ornée de la statue de Vénus prenant son bain par le sculpteur Francisque Duret, prix de Rome en 1823. Des proportions et des formes de la fontaine reflètent parfaitement les œuvres réalisés durant la Restauration et la Monarchie de Juillet[1]. Le nom de la fontaine provient d'un café située dans le Faubourg Saint-Honoré au XVIIIe siècle appelé Café des Ambassadeurs[2].

Description[modifier | modifier le code]

Le bassin circulaire de la fontaine, le piédestal avec une décoration en forme de coquillages et la vasque soutenue par les dauphines ornées de feuilles de palmiers et les têtes de lions crachant de l'eau, sont identiques aux trois autres fontaines installées dans les Jardins des Champs-Élysées par Jacques Hittorff

Seules les parties supérieures divergent. Dans la partie haute de la fontaine des Ambassadeurs domine la statue de Vénus tressant ses cheveux, enveloppée dans un drapée, débout au milieu des roseaux d'où l'eau jaillit. L'eau s'écoule ensuite de la grande vasque en pierre qui fut posée sur un piédestal de bronze octogonal décoré de quatre dauphins et de feuilles. L'eau sort de douze mascarons à l'effigie de têtes de lions, ornés par des oves, entrelacs et des feuillages, qui viennent compléter les têtes de lions. L'eau jaillit tranquillement, par un jet fin retombant dans le grand bassin[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Hélène Levadé et Hugues Marcouyeau, Les fontaines de Paris : l'eau pour le plaisir - Paris, 2008 - (ISBN 978-2-915345-05-6)
  • Daniel Rabreau, Paris et ses fontaines - Paris, 1997 - (ISBN 978-2-905118-80-6)
  • Dominique Massounie, Pauline-Prevost-Marcilhacy and Daniel Rabreau, Paris et ses fontaines, de la Renaissance à nos jours, Délégation à l'action artistique de la Ville de Paris. Collection Paris et son patrimoine, Béatrice de Andia. Paris, 1995 - (ISBN 2-9051-1881-4)

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Rabreau, Paris et ses fontaines - Paris, 1997 - p. 173
  2. Marie-Hélène Levadé et Hugues Marcouyeau, Les fontaines de Paris : l'eau pour le plaisir - Paris, 2008 - p. 269