Fontaine-sur-Maye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontaine et Maye.
Fontaine-sur-Maye
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Crécy-en-Ponthieu
Intercommunalité Communauté de communes Authie-Maye
Maire
Mandat
Gilles Duval
2014-2020
Code postal 80150
Code commune 80327
Démographie
Population
municipale
155 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 14′ 15″ N 1° 55′ 37″ E / 50.2375, 1.9269444444450° 14′ 15″ Nord 1° 55′ 37″ Est / 50.2375, 1.92694444444  
Altitude Min. 33 m – Max. 75 m
Superficie 5,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontaine-sur-Maye

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontaine-sur-Maye

Fontaine-sur-Maye est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie, hydrologie, relief[modifier | modifier le code]

Le sol est surtout silico-calcaire sauf au nord où il est plutôt argilo-siliceux. Sous une mince couche arable, on trouve principalement du sable pur, de la terre glaise ou de la marne[1]. Au nord-est et au sud-ouest la marne affleure par endroits.

La Maye ne source plus de façon permanente à Fontaine (1899). Elle prend sa source à 1 200 mètres environ du village, entre ce dernier et Crécy-en-Ponthieu[1].

La vallée de la Maye se ramifie en plusieurs petits vallons.

L'étroit plateau, au nord de la commune, sépare les vallées de l'Authie et de la Maye[1].

Au nord-est, le point culminant de la commune permet de découvrir les villages et bois environnants.

Villages voisins[modifier | modifier le code]

Rose des vents Estrées-lès-Crécy Estrées-lès-Crécy Gueschart Rose des vents
Crécy-en-Ponthieu N Brailly-Cornehotte
O    Fontaine-sur-Maye    E
S
Marcheville Froyelles Neuilly-le-Dien

Toponymie[modifier | modifier le code]

Fontanae est cité en 851 lors de la donation d'Angilvin à l'évêque d'Amiens[2].

Fontanae supra Maïam en 1121[1].

Fontibus en 1142.


Histoire[modifier | modifier le code]

Une voie romaine dénommée« chaussée Brunehaut » passe au nord du territoire.

L'église et la création d'un fief seigneurial semblent dater de l'époque gallo-franque[1].

Guillaume de Talvas octroie la charte de Crécy en 1194. Il est spécifié que les habitants de Fontaine sont considérés comme « bourgeois de Crécy », comme ceux de Machy et Machiel[1].

Le premier seigneur relevé est Pierre de Beaufort en 1345.

On voit encore dans « la vallée des clercs », les larges fosses où les habitants de Fontaine furent chargés d'enterrer les morts lors de la défaite de Crécy, en août 1346[1]. Les moines de l'abbaye de Valloire relevèrent les blessés et les soignèrent dans leur domaine de Crécy-Grange.

Séparé des possessions espagnoles par la seule Authie, Fontaine reçut souvent la visite des troupes ennemies pendant la période qui opposa l'Espagne et la France. Le village est dévasté en 1635 et 1636.

Les cahiers de doléances de la collectivité, rédigés en 1789, traduisent les difficultés rencontrées pour permettre une survie du peuple local.

La Révolution attribue à la commune 22  hectares de terres autrefois possédées par les Chevaliers hospitaliers. Ces terres appartiennent en 1899 à l'hospice de Rue[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 en cours
(au 6 mai 2014)
Gilles Duval UMP Réélu pour le mandat 2014-2020[3], [4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 155 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
367 328 363 408 412 385 397 392 401
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
368 368 378 371 309 287 277 285 265
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
295 289 229 213 208 207 210 216 192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
187 191 157 151 139 129 148 153 155
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin[7], dont le confessionnal provient de l'ancienne abbaye de Dommartin[8].
  • Les sources de la Maye.
  • Croix de pierre du roi de Bohême, Jean de Luxembourg, tué lors de la bataille de Crécy, 1346. Elle se trouve sur le chemin dit de l'armée, entre Fontaine et Crécy.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pierre-Ignace Dorémus (1760-1838), abbé né à Fontaine, chevalier de la légion d'honneur, titulaire du canonicat de Saint-Denis[1].

Ringart, père et fils, qui furent exécutés à Abbeville pour assassinat[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Notice historique et géographique, réalisée par l'instituteur, M. Delbart, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens
  2. Le Ponthieu, Gérard Bacquet, 1992, p. 312
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 30 août 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  7. http://clochers.org/Fichiers_HTML/Accueil/Accueil_clochers/80/accueil_80327.htm
  8. Le Ponthieu, Gérard Bacquet, 1992, p. 313

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :