Fontaine-la-Mallet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontaine.
Fontaine-la-Mallet
Fontaine-la-Mallet : la place saint Valéry
Fontaine-la-Mallet : la place saint Valéry
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Havre
Canton Montivilliers
Intercommunalité Communauté d'agglomération havraise
Maire
Mandat
Jean-Louis Maurice
2014-2020
Code postal 76290
Code commune 76270
Démographie
Population
municipale
2 680 hab. (2011)
Densité 401 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 32′ 14″ N 0° 08′ 44″ E / 49.5372222222, 0.145555555556 ()49° 32′ 14″ Nord 0° 08′ 44″ Est / 49.5372222222, 0.145555555556 ()  
Altitude Min. 17 m – Max. 89 m
Superficie 6,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Fontaine-la-Mallet

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Fontaine-la-Mallet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontaine-la-Mallet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontaine-la-Mallet

Fontaine-la-Mallet est une commune française, située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Ses habitants sont appelés les Fontainais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune est située sur la rive droite de la Seine, à environ 8 km du Havre, dans le canton de Montivilliers.

Autour du centre ville sont disposés les hameaux de la Fontaine aux Cailloux, la Colline et de la Claire Fontaine, du Calvaire, du Moulin, des Jardinets, des Monts trottins, d’Emfrayette et de Fèvretot. Une partie de la forêt de Rouelle recouvre l'est de la commune, et au sud le bois des Marettes, qui est une extension de la forêt de Mongeon a été largement détruit pour la construction de la rocade nord du Havre.

Les communes limitrophes sont Le Havre, Octeville-sur-Mer et Montivilliers.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention écrite du village date du XIe siècle. En effet, une abbesse de Montivilliers achète 100 acres de terre pour en employer les revenus à la construction de son église abbatiale de sainte Marie : « in villâ que dicitur Fontenes ad opus ecclesiae Sancta Mariae

Fontenes ou fontes qui signifie en latin « fontaine » ou « source » est à l’origine de l’appellation de cette commune, ce qui paraît plausible car de nombreuses sources émergent du sol.

Saint Valéry, au début du VIIe siècle aurait baptisé des villageois convertis. L’église paroissiale se dénomme Saint Valléry–les–Sources, selon un arrêté déclaré sous la Terreur. Dans un registre du secrétariat de l’archevêché de Rouen, datant de 1479-1480, on peut lire « Parochia de Fontibus la mallet », ce qui signifie « paroisse de Fontaines la Mallet ». Pourquoi Mallet ? Ceci est sans doute dû à la présence des premiers seigneurs : les Malet de Graville vers 1200-1300. Guillaume Malet donna aux religieux du prieuré de Graville sainte Honorine le patronage de certaines églises dont celle de Saint-Valéry-de-Fontaine. Vous avez pu relever des modifications de l’orthographe : Fontaine devrait s’écrire Fontaines. De la même manière, Mallet prend 2 l, peut-être pour différencier le nom patronymique de celui du fief.

Fontaine-la-Mallet s'agrandit au cours des siècles. Anéantie par les bombardements de septembre 1944[1], la ville fut reconstruite dans les années 1960.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Fontaine-la-Mallet

Les armes de la commune de Fontaine-la-Mallet se blasonnent ainsi :
tranché au 1) d’or aux trois fermaux de gueules, au 2) de gueules aux deux léopards d’or passants l’un sur l’autre ; à la bande ondée de azure chargée d’épis d’or en pointe brochant sur la partition.

Le blason de la ville a été dessiné par M. Jacques Pilon et a été homologué en 1985, il intègre le blason des Seigneurs de Malet de Graville.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie : avenue Jean-Jaurès

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 février 2005 (démission) Gérard Queguiner S.É.  
février 2005 mars 2008 André Barlahan S.É.  
mars 2008 en cours Jean-Louis Maurice S.É.  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 680 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
664 675 729 722 611 543 603 620 616
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
643 650 626 564 609 668 685 682 660
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
609 611 617 601 650 594 608 384 993
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
862 922 1 503 2 446 2 482 2 544 2 724 2 723 2 692
2011 - - - - - - - -
2 680 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Valéry, reconstruite de 1954 à 1957[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]