Fontaine-en-Dormois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fontaine.
Fontaine-en-Dormois
Image illustrative de l'article Fontaine-en-Dormois
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Marne
Arrondissement Sainte-Menehould
Canton Ville-sur-Tourbe
Intercommunalité Communauté de communes du Canton de Ville-sur-Tourbe
Maire
Mandat
Maryse Seignier
2014-2020
Code postal 51800
Code commune 51255
Démographie
Gentilé Fontainois
Population
municipale
23 hab. (2011)
Densité 4,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 14′ 18″ N 4° 43′ 06″ E / 49.2383, 4.718349° 14′ 18″ Nord 4° 43′ 06″ Est / 49.2383, 4.7183  
Altitude Min. 122 m – Max. 194 m
Superficie 5,29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de Marne
City locator 14.svg
Fontaine-en-Dormois

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de Marne
City locator 14.svg
Fontaine-en-Dormois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontaine-en-Dormois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontaine-en-Dormois

Fontaine-en-Dormois est une commune française, située dans le département de la Marne en région Champagne-Ardenne.

Ses habitants sont appelés les Fontainois.

Géographie[modifier | modifier le code]

  • Ruisseau de l'Aiguillette (la carte de Cassini indique : fontaine de la Guillette).
  • Une partie du territoire de la commune est située sur le camp militaire de Suippes.
  • La hêtraie du bois de la Garenne est classé en Zone Natura 2000 ainsi que la pelouse du savar du camp militaire de Suippes.
  • villages limitrophes :
village distance département
Rouvroy-Ripont 1,9 km 51
Gratreuil 2 km 51
Bouconville 4 km 08
Cernay-en-Dormois 4,5 km 51
Séchault 4,5 km 08
Manre 5,5 km 08

Ripont est un village qui fut détruit pendant la Première Guerre mondiale qui se situe sur le camp militaire de Suippes.

  • Villes les plus proches :
villes distance département
Sainte-Menehould 24 km 51
Vouziers 20 km 08
  • Autres villes :
villes distance département
Châlons-en-Champagne 52 km 51
Verdun 63 km 55
Reims 63 km 51
Charleville-Mézières 73 km 08
Vitry-le-François 77 km 51
Paris 207 km 75

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le Dormois est l'ancien pagus Dulcomensis gallo-romain, région dont le nom vient de son ancienne capitale, Doulcon (Meuse) tout près de Dun (Meuse)(v. la controverse à ce sujet in Statistique monumentale du canton de Ville-sur-Tourbe par Edouard de Barthélémy). Ce n'est donc pas la rivière Dormoise qui donne le nom de Fontaine-en-Dormois mais bien le pagus, il faudrait lire : Fontaine en pays Dormois, la rivière ne passant pas sur le territoire de la commune de Fontaine-en-Dormois.

La commune s’appelait Fontaine à la Révolution, puis a changé de nom au XIXe siècle pour Fontaine-en-Dormois[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Fontaine faisait partie :

  • en 1801 de l'arrondissement de Sainte-Menehould,
  • en 1926 de l'arrondissement de Châlons-sur-Marne,
  • en 1940 de l'arrondissement de Sainte-Menehould.

Sous l'administration révolutionnaire, Fontaine était rattaché en 1790 au district de Sainte-Menehould et au canton de Sommepy.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
    Victor Marquet    
    Charles Rolland    
    Robert Hologne    
mars 1977        
mars 1983 avril 2002 Louis Rolland    
avril 2002 mars 2008 Yvette Hologne    
mars 2008   Maryse Seignier[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 23 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
177 180 162 173 196 209 201 183 194
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
201 159 148 153 147 129 139 106 102
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
89 91 85 27 42 39 41 32 47
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
34 42 36 30 25 21 19 19 23
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


La Première Guerre mondiale fait chuter la population de 68 %.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Tombeau du général Tirlet[modifier | modifier le code]

On peut lire sur ce tombeau :

ICI REPOSE LOUIS, VICOMTE TIRLET, LIEUTENANT GENERAL D'ARTILLERIE, ANCIEN DEPUTE, CONSEILLER GENERAL DE LA MARNE, PAIR de FRANCE, GRAND'CROIX DE LA LEGION D'HONNEUR, COMMANDEUR DE L'ORDRE DE ST LOUIS, GRAND'CROIX DES ORDRES DE CHARLES III D'ESPAGNE ET DE ST ALEXANDRE NEWSKY DE RUSSIE, NE A MOIREMONT MARNE LE 14 MARS 1771, DECEDE A FONTAINE EN DORMOIS LE 29 NOVEMBRE 1841

Général Louis Tirlet

Sur une autre face :

LE NOM DU GENERAL TIRLET EST INSCRIT AU CÔTE SUD DE L'ARC DE TRIOMPHE DE L'ETOILE

Sur le même emplacement, à côté de ce tombeau, une pierre est dressée avec cette inscription (les lettres entre parenthèses sont celles effacées par le temps) :

Une pure, charitable et dévo(uée) pendant sa vie, résignée e(t) courgeuse au milieu d(es) douleurs, elle est morte comme une sainte. Sa vie toute d'abnégation (a) été exclusivement consacrée au bonheur des autres, elle n'a causé de larme que par sa mort, (él)evée jeune encore à la tendresse de ses enfans, de ses frères, de ses amis, elle laisse des regrets éternels. Ses enfans élèvent ce monument à sa mémoire.

Voir la liste des officiers figurant sur l'arc de Triomphe, à la lettre T.

Église Saint-Remi[modifier | modifier le code]

Érigée en 1923-1924, elle possède quatre vitraux représentant la vie de saint Remi signés Raphaël Lardeur. Monseigneur Tissier à offert un vitrail (motif floral) à chaque église du front reconstruite après la Première Guerre mondiale

Calvaire[modifier | modifier le code]

Érigé à la sortie du village sur la route de Rouvroy.

Corps de ferme[modifier | modifier le code]

Construit en 1925, les murs extérieurs sont en briques alternées rouges et blanches comportant deux granges (qui furent détruites lors de la tempête de 1999, une seule fut reconstruite, seule la façade de briques fut préservé, le reste de la structure fut refait en parpaing, il reste la façade de brique de la deuxième grange qui elle ne fut pas reconstruite) une étable avec un grenier, une porcherie, une bergerie avec grenier, une écurie avec grenier, un garage, une maison d'habitation avec cave et un étage, une salle de traite en parpaings, deux dépendances (maisons des ouvriers agricoles).

Les rues de Fontaine-en-Dormois[modifier | modifier le code]

  • Rue du Général-Tirlet
  • Rue du Seigneur-Raoul-Buri
  • Rue de la Vigne

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Il semble qu'il y ait deux Tirlet enterrés à Fontaine-en-Dormois:

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. EHESS, notice de la commune sur le site Cassini, consultée le 30 janvier 2009
  2. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. http://fr.wikisource.org/wiki/Fun%C3%A9railles_de_M._Le_Lieutenant-G%C3%A9n%C3%A9ral_Tirlet = Funérailles.