Fondation Napoléon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fondation Napoléon
Fondation 1987
Discipline Histoire du Premier et du Second Empire
Objectifs Développer l'histoire napoléonienne et contribuer à la mise en valeur du patrimoine napoléonien
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris-7 rue Geoffroy Saint-Hilaire- 75005
Fondateur Napoléon Gourgaud du Taillis
Président Victor-André Masséna
Publications Correspondance générale de Napoléon Bonaparte; actes de colloques ; ouvrages coédités avec Nouveau Monde éditions; publications électroniques, etc.
Site web www.napoleon.org/

La Fondation Napoléon est une fondation française créée en 1987, et reconnue d'utilité publique le 12 novembre 1987. Elle se donne pour mission de faire connaître l'histoire du Premier et du Second Empire, et de contribuer à la mise en valeur du patrimoine napoléonien. Depuis le 1er juillet 2012, le siège de la Fondation Napoléon est installé au 7 de la rue Geoffroy Saint-Hilaire à Paris Ve.

Historique[modifier | modifier le code]

La Fondation est présidée par M. Victor-André Masséna, prince d'Essling, descendant du maréchal Masséna. Il a succédé en 2005, au baron Napoléon Gourgaud du Taillis (1922-2010), qui dirigeait l'institution depuis sa création. La Fondation est administrée par un Conseil de douze membres, dont un représentant du ministre de l'Intérieur et deux représentants du ministre de la Culture. Son directeur est, depuis juin 2000, l'historien Thierry Lentz, assisté de Pierre Branda (Chef du service Patrimoine) et Irène Delage (Chef du service Documentation et relations avec les publics).

Au 1er juillet 2013, le Conseil d'administration est composé de : MM. Victor-André Masséna (président), Olivier Fouquet, conseiller d’État (vice-président), Nicolas Walewski (trésorier), Alain Pigeard (président du Souvenir napoléonien, secrétaire), Jacques Macé (trésorier-adjoint), Philippe Bélaval (président du Centre des monuments nationaux, conseiller d’État), Nicolas Georges (directeur du Livre et de la Lecture), Jean-Michel Mehnert (préfet honoraire), Jacques Palombo (vice-président du Souvenir napoléonien), Gérard Moyaux (vice-président du Souvenir napoléonien), Guy Carrieu (vice-président du Souvenir napoléonien), Bernard Chevallier (conservateur général honoraire).

Mission et activités[modifier | modifier le code]

La Fondation Napoléon soutient la recherche sur l'histoire des deux Empires, notamment en attribuant chaque année sept bourses d'études à des étudiants français ou étrangers[1]. Elle attribue également trois prix d'histoire[2] pour signaler au public et à la communauté scientifique des travaux novateurs, en français ou autre langue européenne. Elle soutient également la tenue de colloques et de manifestations des bicentenaires et cent-cinquantenaires napoléoniens, la publication d'ouvrages scientifiques et de catalogues d'expositions. Elle est elle-même organisatrice de manifestations, comme des colloques, conférences, concerts, expositions. En 2013, elle a créé le Cercle d’Études de la Fondation Napoléon qui propose des rencontres entre historiens venus de tous horizons, autour de thèmes napoléoniens.

Elle apporte également un soutien financier à l’association du Souvenir napoléonien, dont notamment le financement intégral de la Revue du Souvenir napoléonien. L'association dispose de cinq sièges au Conseil d'administration.

Édition de la correspondance générale de Napoléon Bonaparte[modifier | modifier le code]

En 2002, la Fondation a lancé le projet d'édition de la correspondance générale de Napoléon Bonaparte[3]. Ce projet se fait en partenariat avec les Archives nationales, les archives du Ministère des Affaires étrangères, et avec le soutien de la Fondation La Poste. L'objectif est de publier plus de 41 000 lettres, aux textes vérifiés et exacts par rapport aux originaux ou copies certifiées par les archives.

Tomes parus :

  • Volume I : « Les apprentissages, 1784-1797 », Thierry Lentz (dir), avec la collaboration de Gabriel Madec, assisté d’Émilie Barthet et François Houdecek ; préface du baron Gourgaud, président de la Fondation Napoléon. Éditions Fayard 2004.
  • Volume II : « La campagne d’Égypte et l’avènement, 1798-1799 », Thierry Lentz (dir), avec la collaboration de Gabriel Madec, assisté d’Émilie Barthet et François Houdecek, préface de Henry Laurens, professeur au Collège de France. Éditions Fayard, 2005.
  • Volume III : « Pacifications, 1800-1802 », Thierry Lentz (dir), avec la collaboration de Gabriel Madec, assisté d’Émilie Barthet, Irène Delage et François Houdecek ; préface de Jean Tulard, de L'Institut. Éditions Fayard, 2006.
  • Volume IV : « Ruptures et fondation, 1803-1804 », François Houdecek (dir), avec la collaboration de Gabriel Madec, assisté d’Irène Delage et Élodie Lerner, ainsi que de Patrick Le Carvèse et Michèle Masson, préface de Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon. Éditions Fayard, 2007.
  • Volume V : « 1805 - Boulogne, Trafalgar, Austerlitz », Michel Kerautret, Gabriel Madec (dir), assistés de François Houdecek, Élodie Lerner et Irène Delage ; préface de Mme Martine de Boisdeffre, Directrice des Archives de France. Éditions Fayard, 2008.
  • Volume VI : « 1806 - Vers le Grand Empire », Michel Kerautret, Gabriel Madec (dir), assistés de François Houdecek, Élodie Lerner et Irène Delage ; préface de Jean-Claude Casanova, de L'Institut. Éditions Fayard, 2009.
  • Volume VII : « 1807 - Tilsit, l'apogée de l'Empire », Michel Kerautret, Gabriel Madec (dir), assistés de François Houdecek et Marie Baudouin ; préface de Victor-André Masséna, prince d'Essling, président de la Fondation Napoléon. Éditions Fayard, 2010.
  • Volume VIII : « 1808 - Expansions méridionales et résistances », Gabriel Madec (dir), assisté de François Houdecek et Marie Baudouin ; préface du général Gilles Robert, chef du Service Historique de l'Armée de Terre. Éditions Fayard, 2011.
  • Volume IX : « Wagram. Février 1809-Février 1810 », Patrice Gueniffey (dir), assisté de François Houdecek et Soléna Cheny ; préf. Michel Kérautret. Éditions Fayard, 2013.
  • Volume XII : « 1812 - La campagne de Russie », Thierry Lentz (dir), assisté de François Houdecek et Marie Baudouin ; préface de Mme Marie-Pierre Rey, professeur à l'Université Paris I, directrice du CRHS. Éditions Fayard, 2012.

Nota : Pour coller aux bicentenaires napoléoniens, la parution du volume XII-1812 a précédé celle des volumes IX, X et XI. La parution du volume X est prévue en mai 2014.

La maison de Napoléon à Sainte-Hélène[modifier | modifier le code]

En décembre 2010, la Fondation, avec le soutien du Ministère des Affaires étrangères, a lancé une souscription internationale pour sauver Longwood House, la maison de Napoléon à Sainte-Hélène, en vue de restaurer les bâtiments qui ont accueilli l'empereur et son entourage lors de son exil à Sainte-Hélène de 1815 à 1821[4].

À la mi-2013, près d'1,4 million d'euros avaient été obtenus, grâce à la générosité du public. Cette somme a permis : la restauration de l'appartement de l'empereur, la restauration-reconstruction de l'aile des généraux, la restauration du mobilier de Longwood (dont une partie a été rapatriée en France) et, en 2016, l'exposition de ces meubles à Paris avant leur retour à Sainte-Hélène.

Devant le succès de l'opération, le Gouvernement de Sainte-Hélène a décidé d'abonder les sommes disponibles de 80.000 £ afin qu'une formation en restauration de mobilier soit dispensée à de jeunes habitants de l'île. Fin de l'ensemble de l'opération vers décembre 2016. Il se sera agi alors de la plus importante opération de conservation des Domaines nationaux de Sainte-Hélène depuis les années 1860.

Bibliothèques, sites web et revue d'histoire[modifier | modifier le code]

La Fondation Napoléon propose de nombreux outils et services pour développer la connaissance et la recherche en histoire napoléonienne :

  • Depuis 1996, le site web bilingue français/anglais de la fondation propose de la documentation et un magazine d'informations[5] sur l'histoire du Premier et du Second Empire.
  • Depuis 1999, le site Napoleonica[6] met à disposition des fonds d'archives numérisés et accessibles en version intégrale dont entre autres, des archives du Conseil d'État, la correspondance de Vivant Denon (premier directeur du musée du Louvre), et des documents sur la Proclamation de l'Empire.
  • En 2008, la Fondation Napoléon a lancé une revue internationale d'histoire sur les deux empires napoléoniens[7]. Cette revue, dotée d'un comité scientifique et d'un comité de lecture, est dirigée par M. Patrice Gueniffey, directeur de recherche à l'EHESS.
  • Depuis janvier 2010, elle développe une bibliothèque numérique napoléonienne : la bibliothèque historique Martial-Lapeyre[8], compte plus de 13 000 volumes. Elle est accessible gratuitement au public depuis 1994, et son catalogue est consultable en ligne[9].

Collection de tableaux, objets et souvenirs historiques[modifier | modifier le code]

La Fondation Napoléon organise des expositions de sa collection d'objets, tableaux, souvenirs impériaux[10] :

En décembre 2013, la Fondation sera coorganisatrice d'une exposition Napoléon à Astana, capitale du Kazakhstan, dans le cadre de l'année croisée France-Kazakhstan. Plus de 300 œuvres (dont une moitié appartiennent aux collections de la Fondation) seront présentées au public.

La Fondation Napoléon prête certains de ses objets et œuvres d'art pour des expositions en France ou à l'étranger[11].

La collection de la Fondation Napoléon compte plus de 1 200 numéros à son inventaire. Elle a reçu récemment en dépôt la collection Pardee, anciennement présentée au Musée napoléonien d'Antibes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]