Fondation Maison des sciences de l'homme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH)

Cadre
Forme juridique Fondation privée reconnue d’utilité publique
Fondation
Fondation 1963
Fondateur Fernand Braudel
Identité
Siège Paris
Administrateur Michel Wieviorka
Site web Fondation Maison des sciences de l'homme

La Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH Paris, 54 bd Raspail, 75006 Paris, puis, depuis janvier 2011, 190 avenue de France, 75013 Paris) a été créée en 1963 sous statut d’association loi de 1901. Sur le modèle de la Fondation nationale des sciences politiques, elle fut transformée en fondation et reconnue d’utilité publique l’année suivante. Elle est liée au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et joue depuis sa création un rôle déterminant dans l'appui et la diffusion des sciences humaines et sociales dans un cadre international favorisant les coopérations multilatérales.

Organisation[modifier | modifier le code]

La fondation est administrée par un conseil d’administration qui élit en son sein un bureau, une commission des finances et une commission scientifique.

La fondation est dirigée par un administrateur nommé par le ministre chargé de l’enseignement supérieur et de la recherche sur proposition du conseil d’administration. Pour la direction et la gestion des services communs, l’administrateur est assisté par un conseil des directeurs des centres et instituts de recherche installés dans les locaux de la fondation.

Liste des administrateurs :

  • Fernand Braudel a dirigé la FMSH jusqu’à sa disparition en 1985.
  • Clemens Heller, qui l’avait assisté tout au long de cette entreprise, lui a succédé (1985-1992) et a poursuivi la même politique[1],
  • Maurice Aymard (1992-2005), élève de Fernand Braudel et Directeur d'études à l'EHESS a particulièrement développé l'international.
  • Alain d'Iribarne (2005 - 2009) eut à cœur de garder l'esprit de « modernité » de la fondation tout en l'accompagnant dans un temps charnière pour la recherche en sciences humaines et sociales.
  • Michel Wieviorka est l'administrateur de la FMSH depuis juillet 2009.

Siège[modifier | modifier le code]

La fondation est située au 24 boulevard Raspail, sur l'emplacement de l'ancienne prison du Cherche-Midi.

Missions[modifier | modifier le code]

Bâtie à l'origine sur le modèle institutionnel de la Fondation nationale des sciences politiques, la FMSH se distingue fondamentalement sur deux points : elle ne gère pas d'établissement supérieur d'enseignement et ne dispose d'aucune équipe de recherche qui lui soit attachée en propre.

Nœud de réseaux nationaux et internationaux, elle met en relation des institutions, des équipes ou des chercheurs, au service des activités de recherche de toutes les sciences humaines et sociales (SHS) sans distinction de discipline et sans limite territoriale.

La première et principale mission de la FMSH, voulue par ses fondateurs, est de n'agir que par subsidiarité : la fondation initie, porte, soutient mais n'accapare pas[réf. nécessaire]. Les projets de recherche qu'elle a initiés sont destinés à prendre leur indépendance. De fait, la FMSH privilégie la créativité en étant à l’écoute des grandes questions de société, des chercheurs et des décideurs et prend le risque de porter des projets de recherche innovants. Sa seconde mission est de choisir des opérations en interface : entre disciplines, entre chercheurs français et étrangers, entre institutions françaises et étrangères.

La FMSH contribue ainsi largement et durablement au rayonnement international des SHS françaises en s’appuyant sur la diffusion de la culture scientifique, les publications, les échanges d’idées et de personnes.

Recherche[modifier | modifier le code]

Fondée en 1963 sur les principes d'une nécessaire interdisciplinarité pour faire face à la complexité des questions de sociétés, comme sur une nécessaire sortie de l'européano-centrisme pour faire face à la diversité des cultures, la vocation de la fondation MSH est de fonctionner comme « un incubateur, facilitateur, interdisciplinaire et international ».

Avec ses locaux, ses moyens techniques et ses programmes scientifiques, la FMSH assure ainsi, une fonction de plate-forme de coopération internationale qu’elle met à la disposition de chercheurs et universitaires français aussi bien qu’étrangers.

Toute université ou institution de recherche française est, en effet, éligible pour participer à ses programmes scientifiques ou pour accueillir à travers elle, des chercheurs étrangers.

La Maison Suger permet l'accueil, au cœur du Quartier Latin (16-18 rue Suger), de chercheurs en sciences humaines et sociales du monde entier.

Ainsi, à travers ses programmes d'aires culturelles, de bourses de recherche post-doctorales et de thématiques transversales intéressant l'ensemble des continents, des cultures et des civilisations, et tout en gardant bien en vue les trois exigences de profondeur historique, de comparaisons internationales et d’interdisciplinarité, la FMSH contribue aux efforts de production de connaissances en sciences humaines et sociales destinés à la compréhension des grands problèmes de recomposition des sociétés contemporaines.

La Fondation a été à l'origine de la création de l'Institut d’études avancées de Paris[2].

Plus récemment, elle entend rénover les sciences humaines et sociales grâce à la création du collège d'études mondiales, accueillant une quinzaine de chaires confiées à des titulaires étrangers et français[3].

Moyens[modifier | modifier le code]

Bibliothèque[modifier | modifier le code]

Inscrite dès l'origine (milieu des années cinquante) dans le projet de création d'un institut national des sciences sociales qui allait devenir la Maison des sciences de l'homme, la bibliothèque de la Fondation Maison des sciences de l’homme a ouvert ses portes en 1970 au 54 boulevard Raspail, dans le sixième arrondissement de Paris.

Ses fondateurs, Fernand Braudel et Clemens Heller, ont conçu un lieu de recherche spécialisée en sciences sociales et humaines à vocation internationale, axée sur l’inter et la pluridisciplinarité. La constitution du fonds, multilingue et multi-supports, s’élabore dans le respect de l’esprit qui a présidé à la naissance de la Fondation : accompagner la recherche dans ce qu’elle a de novateur.

Dirigée depuis 2007 par Martine Ollion — précédemment directrice de la bibliothèque de l'IMEC (Institut mémoires de l'édition contemporaine) — l'équipe de la bibliothèque (40 personnes) travaille en association étroite avec les programmes de la Fondation et avec ses partenaires scientifiques.

La bibliothèque met à la disposition d’un public français et étranger d'étudiants, d’enseignants et de chercheurs, plus de 500 000 documents imprimés et un nombre croissant de documents sous forme électronique, dans les domaines de l'histoire et de la sociologie en particulier.

Par ses fonds spécifiques tels le Fonds Autogestion issu du CICRA (Centre international de coordination des recherches sur l'autogestion) et le fonds Étude sur le genre (en anglais gender studies), la bibliothèque est partenaire du Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale (CODHOS).

Partie prenante du Système universitaire de documentation (SUDOC), le catalogue de la bibliothèque est interrogeable sur l’Internet sous le nom du catalogue collectif Babylone — qui regroupe des catalogues de centres de documentation de l'EHESS — en référence à la station de métro la plus proche de l'adresse historique de la Fondation au 54 boulevard Raspail.

Fin 2010, la bibliothèque s'est vu adjoindre une mission archives qui gère les archives intermédiaires et définitives de la Fondation, constituant ainsi la mémoire écrite de cette dernière, un panorama sur la recherche des sciences humaines et sociales dans le monde.

Édition[modifier | modifier le code]

Les Éditions de la Maison des sciences de l'homme ont développé à partir des années 1970 un catalogue original, en sciences humaines et sociales, qui rassemble des publications scientifiques de haut niveau, nées pour la plupart d'une collaboration avec d'autres institutions qu'elles soient françaises (EHESS, CNRS, INRA, Institut de France, ministères de la Culture et de la Communication, de l'Éducation nationale et de la Recherche) ou étrangères.

Avec plus de 1 200 titres, 26 collections, 18 revues (dont 14 en ligne), les éditions sont l'expression de la politique scientifique de la fondation Maison des sciences de l'homme, reconnue d'utilité publique. Cette politique d'ouverture est soutenue par un statut et des missions qui font de la FMSH un lieu toujours plus favorable aux rencontres et aux échanges scientifiques entre états, cultures, institutions et disciplines. Aujourd'hui les éditions de la FMSH développent leurs activités dans le cadre de la réflexion et de l'action engagées par la fondation pour s'adapter aux transformations profondes induites par les nouvelles technologies et en utiliser toutes les potentialités pour une circulation plus rapide, plus efficace et plus large de l'information scientifique et des résultats de la recherche individuelle et collective.

Diffusion du livre SHS[modifier | modifier le code]

CID[modifier | modifier le code]

Centre interinstitutionnel pour la diffusion de publications en sciences humaines

Créé en 1981 avec l’aide et à la demande du ministère de l’Éducation nationale, le CID a pour principale mission d’assurer, au sein du réseau de la librairie, la promotion et la vente d'ouvrages publiés par les éditeurs de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il regroupe actuellement 16 presses d'universités ou éditeurs institutionnels.

Le CID est à la fois diffuseur et distributeur. Il maintient la qualité de son service grâce à l’intégration de ces deux activités, réelle garantie d’indépendance pour les éditeurs qu’il représente.

Le Comptoir des presses d’universités (lcdpu)[modifier | modifier le code]

Le Comptoir des Presses d'universités est une librairie en ligne[4], permettant la vente par correspondance, spécialisée dans les fonds de sciences humaines et sociales publiés par les universités françaises et les grands établissements de recherche. Elle réunit actuellement les catalogues d'une cinquantaine d'éditeurs (Les Éditions de l’EHESS, ENS Éditions, les Presses de la Sorbonne nouvelle, les Presses universitaires de Bordeaux, de Caen, de Strasbourg, de Rennes, etc.) et propose plus de 18 000 ouvrages et numéros de revues relevant des domaines les plus variés : anthropologie, archéologie, ethnologie, histoire, littérature, psychologie, sociologie, sciences politiques. Le Comptoir des Presses a en outre ouvert un espace de vente en 2011 dans le Quartier Latin, qui permet l'achat direct d'une partie importante de ce fonds. Il organise également des manifestations autour de certaines publications (Les Entretiens du Comptoir).

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]