Fondation Hirondelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fondation Hirondelle
Image illustrative de l'article Fondation Hirondelle

Création 1995
Siège Lausanne
Coordonnées 46° 31′ 47″ N 6° 39′ 06″ E / 46.529698, 6.65161746° 31′ 47″ N 6° 39′ 06″ E / 46.529698, 6.651617  
Site web http://www.hirondelle.org

Géolocalisation sur la carte : Suisse

(Voir situation sur carte : Suisse)
Fondation Hirondelle

La Fondation Hirondelle - Media for Peace and Human Dignity - est une organisation de journalistes qui crée des médias indépendants en zones de crises. Organisation de droit suisse, elle a été fondée en 1995, à Genève, par Jean-Marie Etter, Philippe Dahinden et François Gross. Le siège est à Lausanne (Suisse). La Fondation Hirondelle est actuellement la seule organisation au monde spécialisée dans la création en zones de crises de médias d'envergure nationale.

Droit à l'information[modifier | modifier le code]

Créée par des journalistes, la Fondation Hirondelle fonde son action sur le droit à l’information. Elle crée ou soutient des institutions médiatiques pour développer une information indépendante, non partisane, rigoureuse et complète, portée par des médias généralistes et populaires. Cette information permet l'établissement ou le maintien de la paix là où celle-ci est menacée. Elle contribue à ce que les personnes soient reconnues dans leur dignité. Elle concourt à l'établissement de sociétés responsables, civiques et plus prospères, dans des situations de transition ou d'extrême pauvreté. Dans ses zones d'intervention, la Fondation Hirondelle veut promouvoir un journalisme fondé sur l'exactitude et la rigueur professionnelle, dans le but d'apaiser les tensions, de faire communiquer les individus, de contribuer à l'établissement de sociétés démocratiques ouvertes au débat civique.

Axes d'intervention[modifier | modifier le code]

Elle oriente son action sur quatre axes distincts:

Le premier axe est celui de la production et de la diffusion d’information et de programmes, propre à tout éditeur.

Le deuxième axe est le soutien à des médias tiers et la formation. 

Le troisième axe, celui de la pérennisation, est stratégique pour la Fondation Hirondelle. Il porte sur la pérennisation de ses médias, d’une part, et sur celle de la Fondation en tant que telle, de l’autre.

Enfin, le 4ème axe entend développer ses réseaux et ses partenariats, et mettre son crédit à profit pour favoriser l’émergence de normes internationales reconnues, par exemple en ce qui concerne la mesure de l’impact. 

Historique[modifier | modifier le code]

  • 1995 - Les journalistes Philippe Dahinden, Jean-Marie Etter et François Gross créent la Fondation Hirondelle afin de reprendre Radio Agatashya (« Radio Hirondelle »), initialement lancée par Reporters Sans Frontière après le génocide au Rwanda en 1994.
  • 1996 - La Fondation Hirondelle étend sa présence au Tribunal pénal international pour le Rwanda à Arusha en y créant l’agence de presse Hirondelle News.
  • 1997 - En collaboration avec w:International Foundation for Electoral Systems, la Fondation Hirondelle lance STAR Radio au Libéria. Suite à une intervention armée ordonnée par Charles Taylor, la station est contrainte à la fermeture en 2000.
  • 1999 - Sergio Veira de Mello, représentant spécial des Nations Unies au Kosovo, demande à la Fondation Hirondelle de créer la radio de l’ONU à Pristina. Appelée Radio Blue Sky, elle fera plus tard partie du service public du Kosovo.
  • 2000 - Après le départ de la mission de l’ONU de la République Centrafricaine, la Fondation Hirondelle reprend la radio des Nations Unies. Radio Ndeke Luka est née.
  • 2001 - La Fondation Hirondelle crée un programme radio pour les réfugiés du Timor oriental qui s’appelle Moris Hamutuk. Plus tard, de 2002 à 2006, la Fondation Hirondelle va mener un projet de soutien au service public de l’État de Timor-Leste nouvellement constitué.
  • 2002 - Création de Radio Okapi en République Démocratique du Congo, ayant pour but d’accompagner les processus de paix et de reconstruction. C’est le projet radio le plus ambitieux jamais entrepris par l’ONU et la Fondation Hirondelle.
  • 2005 - Au Libéria, le gouvernement de transition autorise à nouveau STAR Radio à émettre.
  • 2006 - La Mission des Nations Unies au Soudan et la Fondation Hirondelle lancent Radio Miraya, qui émet ses programmes depuis Juba dans le sud du pays.
  • 2007 - La Fondation Hirondelle, en partenariat avec Fourah Bay College de l’Université de Sierra Leone, lance Cotton Tree News pour fournir aux radios partenaires, dont la radio des Nations Unies, de l’information indépendante.
  • 2008 - La Fondation Hirondelle est présente au Népal pour soutenir la radio du service public Radio Népal durant les élections à l’Assemblée Constituante.
  • 2011 – Appui à la Radio Tunisienne. Suite aux bouleversements et à la chute du Président Ben Ali, la Fondation Hirondelle est appelée par la Radio Tunisienne (Radio Tunis) pour un mandat de conseils et de formation afin d’accompagner la transition de cette institution vers un media de service public moderne et à l’écoute de ses auditeurs.
  • 2011 – Suite à la déclaration d’indépendance du Soudan du Sud, Radio Miraya devient la radio des Nations Unies au Sud Soudan et du plus jeune pays.
  • 2013 – Création du Studio Tamani au Mali en partenariat avec l’URTEL (Union des radio et télévisions libres du Mali), dans le cadre d’un programme avec w:Interpeace.

Pourquoi le nom de « Fondation Hirondelle »?[modifier | modifier le code]

La Fondation Hirondelle emprunte son nom à celui de la première radio qu’elle a dirigée, radio «Agatashya». Agatashya signifie «une petite hirondelle». La Fondation a gardé ce nom parce qu’il est simple, universel, facile à retenir. Il s’adresse d’abord aux populations pour lesquelles travaille la Fondation.

Projets[modifier | modifier le code]

Logo de Radio Ndeke Luka
Logo de Radio Okapi
Logo de Radio Miraya
Logo de Star radio

Projets terminés  :


Projets actuels :


Donateurs[modifier | modifier le code]

Plusieurs pays ont financé ou financent les projets de la Fondation Hirondelle : la Communauté européenne, la Suisse, les États-Unis, les Pays-Bas, la Suède, la Grande-Bretagne, la France, le Canada, l' Allemagne, la Norvège, le Japon, le Luxembourg, la Belgique, le Danemark et l’Irlande. Des Cantons ou villes suisses, comme Genève et Lausanne sont aussi donateurs. Des organisations soutiennent ou ont soutenu nosprojets, comme l’Organisation Internationale de la Francophonie, w:International Foundation for Electoral Systems (IFES), Cordaid, le w:National Endowment for Democracy (NED), w:Internewsw:Interpeace, la Fondation Pro-Victimis, w:Open Society Initiative for West Africa, w:Open Society Initiative for Southern Africa, Fondation Karl Poper et France expertise internationale.

De nombreuses organisations collaborent avec la Fondation : le Département des opérations de maintien de la paix, le Haut-Commissariat des Nations unies, l’UNESCO, le CICR, le PNUD.

Gouvernance[modifier | modifier le code]

President de Conseil de Fondation: Serge Chappatte, ancien vice directeur de la Direction du développement et de la coopération, chef de la Coopération multilatérale et de la Politique de développement.

Paul Grossrieder: ancien Directeur général du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) de 1998 à 2002.

Romaine Jean: Rédactrice en chef adjoint de l’Actualité à la Télévision Suisse Romande.

Olivier Vodoz: Avocat, Membre du Conseil d’Administration notamment de l’Union Bancaire Privée ; Député au Grand Conseil de Genève de 1977 à 1989 et ancien Conseiller d’Etat de 1989 à 1997.

Serge Michel: créateur du Bondy Blog ; depuis juin 2011, directeur adjoint des rédactions au Monde.

Jacques Forster: Vice-président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) de 1999 à 2007 ; depuis 2010, président du Conseil de fondation de l'Institut de hautes études internationales et du développement (IHEID) à Genève.

Dick Marty: ancien Procureur, Conseiller d’Etat dans le Canton du Tessin et Conseiller aux Etats ; ancien présidant les Commissions des Questions juridiques, de l’Economie et de la Politique étrangère ; ancien Député à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe dont il a présidé la Commission des droits de l’homme.

Liens externes[modifier | modifier le code]