Fondation Guilé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Introduction[modifier | modifier le code]

La Fondation Guilé est une fondation suisse, fondée en 1997 par monsieur Charles Burrus et son épouse Nado, Association à but non lucratif de droit privé, son siège est à Boncourt dans le canton du Jura.

Fonctionnements de la fondation Guilé[modifier | modifier le code]

Pour définir un socle commun de valeurs qui soient reconnues sur les différents continents, la fondation Guilé a repris les valeurs universelles proposées par Kofi Annan en 2000 lors de la présentation de l’initiative du Global Compact (Pacte mondial en Français) au WEF à Davos. La Fondation Guilé vise à aider les chefs d'entreprise à réfléchir sur l’impact de leur engagement en terme responsabilité sociétale et de trouver des solutions aux défis éthiques posés par les marchés en s’appuyant sur les principes universels du Global Compact. La mission de la fondation Guilé a été clarifiée vers 2005 en reprenant les principes universels qui forment l’initiative du Global Compact. Elle les reprend comme critère pour ses évaluations d’entreprises. Ces 10 principes sont structurés ainsi : 2 principes sur les droits humains, 4 sur les normes du travail, 3 sur la protection de l'environnement et le dernier sur l'intégrité des affaires dans la lutte contre la corruption.

La Fondation Guilé reprend ces principes et valeurs universelles pour produire annuellement une évaluation destinée à des entreprises multinationales, signataires de cette initiative. L’information publique des rapports sur le Développement Durable et sur le COP (Communication on Progress) du UN Global Compact (=UNGC) est la principale source d'information utilisée. Cette évaluation gratuite et indépendante est envoyée à la direction de ces multinationales par les experts de la fondation Guilé.

Le bénéfice voulu des évaluations de la fondation Guilé réside dans la possibilité de mesurer année par année l’évolution des engagements pris en reprenant les métrique de ces 10 principes universels. Une rosace de progression comprenant ces 10 principes rend visible l’amélioration ou la régression. La fondation essaie par cette évaluation de mettre le management en face de l’image qu’il donne de lui-même et de ses dilemmes.

La Fondation Guilé mène annuellement un dialogue personnel et détaillé avec chaque entreprise évalué.

La fondation définit son rôle comme « catalyseur en aidant les entreprises à implémenter les dix principes du Global Compact », selon les fondateurs Nado et Charles Burrus.

Mise en place des évaluations et engagement de la Fondation Guilé[modifier | modifier le code]

Fondation Guilé a lancé deux fonds d'investissement responsable pour financer et promouvoir ses objectifs. Le fonds Guilé Europe (Geef ) a été créé en 2006 et est géré indépendamment par Pictet Turrettini de Pury, à Genève, en Suisse. Le fonds est constitué d'environ 45 entreprises européennes.

Le Fonds de Guilé Emerging Markets Engagement (GEMEF) a été créé en 2009 et est géré par Comgest à Paris, France. Ce fonds contient environ 45 sociétés. De Pury Pictet Turrettini et Comgest sont tous deux signataires des Principes des Nations Unies pour l'initiative Investissement Responsable (PRI).

Un pourcentage de la commission de gestion de ces deux fonds est reversé à la fondation Guilé en échange des évaluations gratuites des constituants des fonds. Ceci est la principale source de financement de la fondation Guilé.

Réunions organisées par la fondation Guilé[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, la Fondation Guilé a organisé et coorganisé une série d'événements privés sur l'UNGC lors de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos en Suisse. Ces rencontres réunissent des représentants de haut niveau des entreprises, des investisseurs, des universitaires, des gouvernements ainsi que les Nations unies.

En 2011, le Département fédéral suisse des Affaires étrangères, le Bureau du Global Compact, KPMG et Novo Nordisk ont coorganisé avec la Fondation Guilé un évènement qui a porté sur les UNGC "Blueprint for Corporate Sustainability Leadership". Le secrétaire général Ban Ki-moon, a été l'invité spécial.

D'autres intervenants lors de l'évènement 2011 inclus Timothy P. Flynn, président de KPMG International, Kris Gopalakrishman, PDG et directeur général d'Infosys Technologies, Lise Kingo, vice-président exécutif et chef d'état-major de Novo Nordisk, Ditlev Engel, PDG de Vestas; Régis Burrus, président de la Fondation Guilé, Robert Greenhill, directeur général du Forum économique mondial, l'ambassadeur Martin Dahinden, directeur général de l'Agence suisse pour le développement et la coopération; John Weeks, professeur IMD de leadership et le changement organisationnel; Peter Maurer, secrétaire d'État du Ministère fédéral suisse des Affaires étrangères;. et Georg Kell, directeur exécutif du Global Compact.

Lors de la réunion du Forum économique mondial annuel 2012 à Davos, la Fondation Guilé a coorganisé avec l'ONU un déjeuner avec le groupe du UNGC LEAD (signataires de l’UNGC comprenant une 50 de multinationales, appelé LEAD recherchant l’excellence dans l’application de cette initiative onusienne).

Le secrétaire général Ban Ki-moon, les chefs d'agences des Nations Unies des fonds et des programmes, les directeurs généraux et les représentants du LEAD (une cinquantaine de CEO), le gouvernement suisse représenté par monsieur Didier Burkhalter, les responsables du UN PRI et PRME étaient parmi les participants de l'évènement. Ce rendez-vous annuel de la Fondation Guilé est un échange sur l'évolution du UN Global Compact.

Liens externes[modifier | modifier le code]