Foire de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec les foires de Lyon, de l'Ancien régime.

La foire de Lyon ou Foire internationale de Lyon est un type de manifestation commerciale. Aujourd'hui, la Foire internationale de Lyon est une exposition commerciale sur l'ameublement, la décoration, etc. Elle se tient traditionnellement au mois de mars.

Histoire[modifier | modifier le code]

La place des terreaux décorée pour célébrer la foire de Lyon, gravure de Charles Pinet.

Plus ou mois héritière des foires de l'ancien régime, la foire de Lyon voit le jour en 1916 malgré les soubresauts de la Première Guerre mondiale sous l'impulsion de Édouard Herriot, alors maire de Lyon. Il décide la construction d'un vaste « Palais » pour accueillir les stands qui envahissent les quais : Le Palais de la Foire est construit de 1918 à 1938 sur des terrains situés entre le Rhône et le Parc de la Tête d'Or[1]. Par la suite, les constructions ultérieures ne tiendront pas compte du plan original[2]. Détruits pour laisser la place à la Cité internationale de Lyon, les bâtiments du Palais de la Foire n'ont conservé que la façade principale du pavillon central, aujourd'hui intégrée au musée d'art contemporain de Lyon. C'est en 1985 que la foire s'installe à Eurexpo sur la commune de Chassieu, commune de l'Est de l'agglomération lyonnaise.

Thèmes par édition[modifier | modifier le code]

Afin d'attirer plus de visiteurs, chaque édition, à partir de 2010, est consacrée à un thème en particulier.

Anecdote[modifier | modifier le code]

On garde en mémoire à Lyon une inauguration de la Foire de Lyon par Édouard Herriot qui fut l'occasion d'une joute verbale avec le cardinal Gerlier. Alors que le maire de Lyon terminait de saluer les officiels comme le veut le protocole, on lui fait remarquer qu'il oubliait le cardinal. "Ho, j'ai oublié de saluer le cardinal" dit-il "mais il est ici comme chez lui, car Lyon c'est Gerlier et Gerlier c'est Lyon!" pastichant une déclaration polémique du cardinal Gerlier sur le maréchal Pétain et la France en 1940[3]. Gardant le sourire, le cardinal remercie Édouard Herriot, lui rendant hommage pour cet évènement majeur qu'est la Foire de Lyon qu'il avait fait renaître concluant alors "car comme chacun sait à Lyon, la Foire c'est Herriot et Herriot... c'est la foire..."[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charles Delfante, 100 ans d'urbanisme à Lyon, éditions LUGD, pp. 164-165
  2. http://www.popsu.archi.fr/POPSU1/valorisation/IMG/pdf/Lyon%20-%20Cite%20internationale.pdf
  3. Jean-Louis Clément, Les évêques au temps de Vichy – Loyalisme sans inféodation– Les relations entre l'Église et l'État de 1940 à 1944, Éditions Beauchesne, 1999, 279 p. (ISBN 2701013550 et 9782701013558), [lire en ligne], p. 37-38
  4. http://www.mon-maitre-scapin.com/article-29609929.html

Lien externe[modifier | modifier le code]