Fluoré (papillon)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Colias alfacariensis

Le Fluoré (Colias alfacariensis) est un insecte lépidoptère de la famille des Pieridae, de la sous-famille des Coliadinae et du genre Colias.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Colias alfacariensis a été décrit par Otto Staudinger en 1905 sous le nom initial de Colias sareptensis et renommé Colias alfacariensis par Ribbe en 1905[1],[2].

synonyme : Colias australis (Verity, 1911)[3].

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

Le Fluoré se nomme « Berger's Clouded Yellow » en anglais, « Hufeisenklee-Gelbling » ou « Südliche Heufalter » en allemand, « zuidelijke luzernevlinder » en néerlandais et « Szlaczkoń południowiec' » en polonais.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Colias alfacariensis ou Colias sareptensis sareptensis.
  • Colias alfacariensis fontainei (Reissinger, 1989) en Arménie.
  • Colias alfacariensis saissanica (Reissinger, 1989) dans le Kazakhstan.
  • Colias alfacariensis remota (Reissinger, 1989) dans le sud de l'Europe et le Caucase.
  • Colias alfacariensis vihorlatensis (Reissinger, 1989) dans les Carpates[1].

Génétique et évolution de l'espèce[modifier | modifier le code]

Le Fluoré était présent dans toute la France métropolitaine depuis le paléolithique[4].

Espèce ressemblante[modifier | modifier le code]

Le Colias hyale et certaines formes de Colias crocea sont très ressemblantes.

Description[modifier | modifier le code]

Fluoré mâle
Fluoré femelle
Fluoré mâle
Fluoré femelle

Sur le verso, le mâle est jaune fluoré alors que la femelle est blanche et tous deux ont l'apex de l'aile antérieure arrondi (plus pointu chez Colyas hyale), noir taché de clair et un point noir. Le revers est jaune chez le mâle et la femelle, celle-ci ayant l'aile antérieure plus blanche.

Chenille[modifier | modifier le code]

Les œufs éclosent vite et donnent des chenilles vert turquoise qui à maturité sont ornées de quatre raies jaunes et quatre rangées de points noirs caractéristiques.

De la chrysalide vert vif sort rapidement un papillon (une semaine par temps favorable).

Biologie[modifier | modifier le code]

Période de vol et hivernation[modifier | modifier le code]

Le fluoré hiverne sous forme de chenille.

Il vole de mars à novembre, en deux à quatre générations.

Plantes hôtes[modifier | modifier le code]

Les plantes hôtes de sa chenille sont Astragalus monspessulanus, Hippocrepis comosa et Coronilla varia[1].

Écologie et distribution[modifier | modifier le code]

Le fluoré est présent dans toute l'Europe centrale et méridionale, dans le sud de la Russie et en Asie mineure.

Il peut être migrateur hors de sa zone de résidence et atteindre alors le Danemark et le sud de l'Angleterre.

En France, il est absent des départements de Bretagne et de Corse. Sa présence n'est pas confirmée dans d'autres départements, dont les Pyrénées-Atlantiques et les Landes[5].

Biotope[modifier | modifier le code]

Le fluoré affectionne les friches ensoleillées, les milieux ouverts ou rocailleux secs, jusqu'à plus de 1 000 m.

Protection[modifier | modifier le code]

Il n'a pas de statut de protection particulière.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Colias », sur funet.fi (consulté le 3 mai 2012)
  2. « Colias alfacariensis », sur rusinsects.com (consulté le 3 mai 2012)
  3. « Colias alfacariensis », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 3 mai 2012)
  4. « Colias alfacariensis », sur inpn.mnhn.fr (consulté le 3 mai 2012)
  5. « Colias alfacariensis », sur lepinet.fr (consulté le 3 mai 2012)


Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • V. et X. Mérit, "Colias hyale Linné ou Colias alfacariensis Ribbe (Lepidoptera, Pieridae), clés pour la détermination de deux espèces difficiles", Les Lépidoptéristes parisiens, Paris, septembre 2000.
  • Michael Chinery (trad. Patrice Leraut), Photoguide des papillons d'Europe, Delachaux et Niestlé, coll. « Les photo-guides du naturaliste »,‎ 1998, 676 p. (ISBN 978-2603011140).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :