Florus de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Florus (homonymie).

Florus de Lyon (Florus Lugdunensis) est un diacre et lettré du IXe siècle, né au tournant du siècle, mort vers 860, qui vécut et travailla à Lyon. Éduqué dans l'esprit de la Renaissance carolingienne sous l'épiscopat de Leidrat, il assiste les évêques de Lyon successifs : Agobard (notamment dans son action antijuive et dans les polémiques liturgiques contre Amalaire de Metz), puis Amolon et enfin Rémi (en particulier dans les débats sur la prédestination). S'appuyant sur une culture personnelle encyclopédique et une bibliothèque particulièrement riche, il produit surtout des compilations, que ce soit de droit canon, de liturgie, de théologie, ou d'exégèse. Mais il n'hésite pas à prendre la plume personnellement, soit pour défendre les droits de l'Église de Lyon quand il les estime bafoués (polémique contre Amalaire), soit pour exposer un point de théologie (querelle sur la prédestination), ou encore pour composer des poèmes. Réputé de son vivant pour son expertise, il se montre conscient des aléas de la transmission des textes, et capable de discerner, arguments à l'appui, entre textes authentiques ou pseudépigraphes, en particulier pour saint Augustin, son auteur de prédilection. Enfin, la partie la moins visible de son activité — mais non la moindre — concerne la production de livres et la transmission des œuvres : formation des copistes, restauration d'anciens manuscrits, comparaison de différents manuscrits d'une même œuvre, établissement et production d'une édition.

Biographie[modifier | modifier le code]

Annotations de Florus de Lyon, fol. 16v

Nous savons peu de choses de la vie même de Florus de Lyon. Pour sa date de naissance, l'opinion des chercheurs semble désormais s'accorder autour de la décennie 795-805. Nous ne savons rien de ses origines; il paraît avoir été élevé par l'Église de Lyon, qu'il appelle sa mère nourricière dans trois textes des années 835-838[1] Il semble avoir vécu et travaillé toute sa vie à Lyon même, à l'ombre de la cathédrale. L'obituaire de l'Église de Lyon porte un seul "Florus, diacre" à la date du 8 février; quant à l'année, Florus apparaît pour la dernière fois en 859, et en 861 Hincmar de Reims semble parler de lui comme d'un acteur hors de cause : Florus serait donc mort le 8 février 860 ou 861.

Élève de l’École cathédrale fondée par Leidrade, il en assurera ensuite la direction. Sous sa férule, la bibliothèque qu'il enrichit deviendra une référence en Europe[2]. Il fait restaurer des manuscrits anciens, comme le manuscrit grec de l'Ancien et du Nouveau Testaments appelé Codex Claramontanus et le Codex Bezae Cantabrigiensis[3].

Il compile les dossiers d'autorités scripturaires, patristiques et canoniques dont ses évêques ont besoin pour leurs propres ouvrages. Mais d'autres compilations sont plus personnelles : Florus va chercher dans les textes les plus rares des passages commentant le Credo (compilation de fide, inédite), il prélève des passages commentant saint Paul dans un grand nombre d'ouvrages de saint Augustin[4] et d'une quinzaine d'autres Pères de l'Église[5].

Plusieurs de ses ouvrages autographes font partie des 55 manuscrits de la Bibliothèque épiscopale de Lyon constituant le fonds ancien de la Bibliothèque municipale de Lyon[6].

En théologie, il refuse les interprétations allégoriques des rites pour s'en tenir à la norme des Pères (l'Écriture commentée par les Pères de l'Église). Il est rejoint sur ce point par les évêques qui au Concile Vatican II (1962-1965) ont défini une réforme liturgique en ces termes : "on rétablira selon l'ancienne norme des Pères certaines choses qui ont disparu sous les atteintes du temps, dans la mesure où cela apparaîtra opportun ou nécessaire" (Constitution sur la liturgie Sacrosanctum concilium, no 50)[7].

Florus ne signe généralement pas ses ouvrages, souvent attribués aux évêques pour lesquels il travaillait. Ce sont les exemplaires conservés qui, le plus souvent, ont permis à dom Célestin Charlier de lui rendre plusieurs dizaines de textes[8]

"Florus est le parfait modèle du lettré carolingien, amoureux des livres, enthousiaste devant l’œuvre à accomplir pour mettre à disposition du public (fait de clercs, mais à l’époque de quelques laïcs aussi), les trésors que ces livres contiennent." (Holtz, 2002, p. 27)

Il a composé le titulus d'une abside[Laquelle ?] sur laquelle au-dessus des peintures des martyrs, on voyait un Christ en Gloire, les symboles des Évangélistes, les Quatre fleuves du Paradis, la Jérusalem Céleste avec l'Agneau[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Commentaire du Ps. 118.
  • Paraphrase en vers de certains Psaumes
  • Commentaire sur les épîtres de saint Paul, manuscrit sur parchemin, du IXe siècle, Lyon, Bibl. mun., ms 484.
  • Martyrologe

Éditions[modifier | modifier le code]

Une partie des écrits de Florus a été édité. Voir :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dom Charlier, art. Florus, Dictionnaire de spiritualité, t. 5, p. 514-526
  • Holtz Louis, De l’Antiquité à l’époque carolingienne : la Bibliothèque de Florus de Lyon, in Bibliothèque Municipale de Lyon, 2002, Manuscrits médiévaux : de l’usage au trésor, p. 17-27
  • Florus de Lyon, numéro de la Revue bénédictine, 2009, tome 119, fasc.2
  • Patrice Béghain, Bruno Benoit, Gérard Corneloup, Bruno Thévenon, Dictionnaire historique de Lyon, Stéphane Bachès, 2009, Lyon, 1054 p., (ISBN 978-2-915266-65-8)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le Carmen XXIV, MGH Poet. II, p. 556, l. 11-14; la lettre au concile de Thionville de 835, MGH Conc. II/2, p. 770, l. 32-34; la lettre au concile de Quierzy de 838, ibid. p. 773, l. 1-3.
  2. HOLTZ, Louis, De l’Antiquité à l’époque carolingienne : la Bibliothèque de Florus de Lyon, in Bibliothèque Municipale de Lyon, 2002, Manuscrits médiévaux : de l’usage au trésor, p. 17-27
  3. Ce manuscrit grec et latin contenant des textes du Nouveau Testament, est sauvé en 1562 par Théodore de Bèze, qui l’expédie à la bibliothèque de Cambridge, d'où son nom actuel
  4. Florus Lugdunensis, Expositio in epistolas beati Pauli ex operibus s. Augustini. Quatre tomes, un tome paru: P.-I. Fransen et al. (edd.), "Corpus Christianorum Continuatio Mediaeualis 220B", Turnhout: Brepols, 2011.
  5. Florus Lugdunensis, Collectio ex dictis XII Patrum. Trois tomes, P.-I. Fransen et al. (edd.). T. I: Pars I: Cyprianus, Hilarius, "CCCM 193", 2002. T. II: Pars II: Ambrosius, "CCCM 193A", 2006. T. III: Pars III: Pacianus, Theophilus, Gregorius Nazianzenus, Ephrem, Leo, Cyrillus Alexandrinus atque varii Romanorum pontificum et Conciliorum canones ac decreta, Fulgentius, Paulinus Nolanus, Avitus, "CCCM 193B", 2007. Il existe également une compilation à partir de Jérôme, inédite; une à partir de Grégoire le Grand, inédite et inachevée; et des traces d'une compilation à partir d'Eucher de Lyon, non retrouvée.
  6. Ils sont numérisés et mis à la disposition des lecteurs sur le site de la Bibliothèque. Voir les liens externes.
  7. Bertrand De Margerie, 1989, Vous ferez ceci en mémorial de moi. Annonce et souvenir de la mort du Ressuscité, p. 114-115 ; Joseph André Jungmann, 1951, Missarum sollemnia. Explication génétique de la messe romaine, tome 1, p. 122 ; Yves Congar, 1970, L’Église. De saint Augustin à l’époque moderne, p. 56.
  8. Cf. en particulier CHARLIER, Célestin, art. "Florus" dans Dictionnaire de spiritualité, t. V, 1962.
  9. Paul Deschamps & Marc Thibout, La peinture murale en France, Plon, 1951, p. 12-13. in Flori Lugdunensis Carmina, XX - Mon. Germ. Hist., Pœtæ latini ævi carolini, t. II, p. 548. - Schlosser, Schriftquellen, p. 314, no 904.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]