Florence LaBadie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labadie.

Florence La Badie

alt=Description de l'image FlorenceLaBadie.jpg.
Nom de naissance Florence Russ
Naissance 27 avril 1888
New York (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-UnisAméricaine
Décès 13 octobre 1917 (à 29 ans)
Ossining, État de New York, États-Unis
Profession Actrice

Florence Russ, qui tournait sous le pseudonyme de Florence La Badie ou Florence LaBadie (née le 27 avril 1888 à New York – morte le 13 octobre 1917 à Ossining, État de New York), est une actrice américaine de théâtre et des premiers temps du cinéma muet. Quasiment oubliée aujourd'hui, sa vie est mal connue mais elle fut une grande star de 1911 jusqu'à sa mort en 1917 des suites d'un accident automobile.

Biographie[modifier | modifier le code]

Star[modifier | modifier le code]

Après la fin de ses études, Florence LaBadie travaille comme mannequin à New York. C'est là qu'elle obtient un petit rôle dans une pièce de théâtre. Peu après, elle signe pour une tournée et passe les deux années suivantes sur les planches des États de l'Est du pays.

Elle rencontre alors la jeune actrice canadienne Mary Pickford qui l'invite en 1909 sur le tournage d'un film au studio Biograph Company de Manhattan. Invitée à jouer une participation, on lui propose aussi de revenir pour un autre film. Elle tourne ainsi plusieurs films sous la direction de D. W. Griffith, dont le premier où elle est créditée : The Politician's Love Story, avec Mack Sennett et Kathlyn Williams.

En 1911, sa carrière prend son envol lorsque Edwin Thanhouser de la Thanhouser Company l'embauche.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À la déclaration de la Première Guerre mondiale en Europe en 1914, le Canada se mêle aussitôt au conflit. Plusieurs parents et connaissances de Florence La Badie sont alors envoyés en mission par-delà l'océan. Elle avait de nombreux fans de ses films au Canada, et, d'après un journal de New York[réf. souhaitée], un jeune soldat qui combattait dans les tranchées sur le front lui écrivit en 1915 en lui envoyant des photographies des horreurs de la guerre. Profondément affectée, l'actrice devient une militante acharnée de la paix et voyage à travers les États-Unis avec un diaporama sur un stereopticon (sorte de lanterne magique) pour prévenir des grands risques à entrer en guerre.

Sa mort prématurée[modifier | modifier le code]

En août 1917, La Badie est à l'apogée de sa carrière. Depuis 1909, elle a déjà tourné dans 185 films (à peine moins que Mary Pickford et ses 217 films). The Woman in White est sur les écrans depuis juillet. Les deux derniers films qu'elle a tourné, The Man Without a Country, l'adaptation du livre d'Edward Everett Hale, et War and the Woman, doivent sortir le 9 septembre 1917.

Depuis la mort accidentelle de son patron Charles J. Hite en 1914, la Thanhouser Corporation connaît des difficultés mais la carrière florissante de LaBadie suffit à la sauver. Moins d'un mois avant, elle annonce son départ de la compagnie, et commence à négocier avec plusieurs autres studios qui désirent la prendre sous contrat. Le 28 août 1917, alors qu'elle conduit près d'Ossining, accompagnée de son collègue et fiancé, le scénariste Daniel Carson Goodman, les freins lâchent et la voiture plonge dans un ravin. Goodman s'en sort avec une jambe cassée, mais l'actrice, projetée du véhicule, est sérieusement blessée, souffrant notamment d'une fracture du pelvis. Hospitalisée, elle s'accroche à la vie pendant six semaines et son état semble s'améliorer lorsqu'elle meurt soudain le 13 octobre 1917, d'une infection, probablement de septicémie.

Florence La Badie devient la première grande star du cinéma à mourir au sommet de sa gloire. Son public marqua le deuil. Après des funérailles en grande pompe, elle est enterrée au cimetière de Green-Wood de Brooklyn, le même lieu que Marie C. Russ, celle qui se déclarait être sa véritable mère, avait précisé en procédures judiciaires avant la mort de l'actrice. Les oraisons funèbres établissent que sa mère, Amanda La Badie, lui survécut sans précision d'une éventuelle adoption, une omission habituelle à l'époque.

D'après les lois new-yorkaises, ses biens furent partagés entre ses parents, M. et Mme Joseph La Badie.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Galerie photographique[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :