Flore en Floride

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article traite de la flore en Floride.

Principales formations végétales[modifier | modifier le code]

Feuillus tropicaux et hammocks[modifier | modifier le code]

Les hammocks sont des zones qui s'élèvent à quelques mètres et sont dominés par de grands chênes. Ces arbres forment souvent une canopée sous laquelle les animaux vivent au milieu des buissons. Dans les Everglades, les arbres, même les tamariniers et les gumbo-limbos sauvages, ne dépassent que très rarement les 15 mètres à cause du vent, des vagues de froid et de la foudre[1],[2].

Forêts de conifères[modifier | modifier le code]

Forêt de pins

On dénombre trois espèces dominantes de pins en Floride : pinus palustris, pins à aiguilles longues et pinus serotina (pond pine)[3],[4]. Les sous-bois sont formés d'arbustes à baies et de petits chênes[3]. Les pinèdes poussent généralement sur des sols sableux et acides[5].

Les pins du sud de la Floride favorisent les incendies par l'existence de lits de séchage des aiguilles de pin et de l'excrétion d'écorce sèche. Ce qui rentre naturellement dans un cycle biologique, puisque leurs pommes ont besoin de la chaleur du feu pour s'ouvrir et disperser leurs graines. Cependant, le corps de ces pins est résistant au feu.

Les cyprès sont des conifères qui se développent facilement dans l’eau douce et qui poussent dans des structures compactes, appelées « dômes », sur de longues rives de calcaire. Il en existe deux espèces en Floride : taxodium ascendens et taxodium distichum qui poussent tous les deux dans des milieux humides (marais, rivières) [6]. La forêt nationale d'Apalachicola abrite des marais recouverts de cyprès des étangs mais aussi de Nyssa biflora[7],[8]. Du fait de la forte variation du niveau de l'eau autour de ces dômes, les cyprès ont développé des « genoux » sortant de l'eau. Des cyprès nains peuvent toutefois pousser dans des zones sèches où le sol est plus pauvre en nutriments. Les branches et les troncs des cyprès constituent un lieu privilégié pour l’installation de plantes aériennes appelées épiphytes, telles que les broméliacées, les mousses espagnoles, les orchidées et les fougères.

Mangrove[modifier | modifier le code]

Trois espèces de palétuviers couvrent les mangroves de la Floride : Le Palétuvier rouge (Rhizophora mangle), le Palétuvier noir (Avicennia germinans) et le Palétuvier blanc (Laguncularia racemosa). Plus de 2 000 km2 de mangroves sont présentes sur les côtes entre le centre et le sud de la Floride[9].

Les arbres de la mangrove, qui prospèrent dans l'eau salée ou saumâtre, servent d'abri à plusieurs espèces aquatiques ainsi que des oiseaux. Ils constituent également la principale défense de la Floride face à la force destructrice des ouragans, en absorbant les inondations et en empêchant l'érosion côtière. Grâce à leur forte résistance à l'eau salée, aux vents, aux grandes marées, aux hautes températures et au sol boueux, les palétuviers sont tout à fait adaptés aux conditions extrêmes. L'écosystème du parc national des Everglades possède le plus grand système continu de mangrove au monde[10].

Marais[modifier | modifier le code]

Zone humide des Everglades

Dans les Everglades, Cladium mariscus subsp. jamaicense, une sous-espèce des marisques, peuvent atteindre une hauteur de 1,8 mètre. Les autres plantes marécageuses à larges feuilles, sont si courantes dans cette région qu'elles ont valu à la région son surnom de « River of Grass » (littéralement, « rivière d'herbe »).

Le cyprès chauve pousse dans les marais d'eau douce, sur les rives des lacs et des cours d'eau. Il est l'un des arbres emblématiques du Sud-Est des États-Unis. Le cyprès des marais (taxodium ascendens) est la deuxième espèce qui croît aussi les milieux humides[11]. Le Copalme d'Amérique, le Magnolier de Virginie (Magnolia virginiana), l'Érable rouge, le Chêne, l'Orme se développent également dans ce type de milieu. Les épiphytes, les plantes grimpantes et les fougères sont également bien représentés.

Herbiers[modifier | modifier le code]

Sept espèces de plantes herbacées marines vivent le long du littoral floridien, parmi lesquelles l'herbe à tortue (Thalassia testudinum), qui pousse sur les hauts-fonds, est la plus fréquente[12]. Les herbiers du sud de la Floride sont les plus étendus de la planète avec (5 500 km2)[12]. Ailleurs, ils sont limités à quelques zones protégées. Ces « prairies marines » ont un rôle essentiel dans la chaîne alimentaire.

Biodiversité[modifier | modifier le code]

On dénombre 4 200 espèces de plantes et de fougères en Floride[13]. La forêt subtropicale humide est le milieu naturel typique du centre et du nord. Au sud de la péninsule, la végétation ressemble davantage à celle des Caraïbes[13]. Les végétaux symboles de l'État sont l'Oranger, le Palmier des sables et le Coreopsis.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Espèces invasives[modifier | modifier le code]

Environ 1 300 espèces de plantes (31 % du total) ne sont pas originaires de Floride, dont 10 % sont considérées comme des espèces invasives[14]. Parmi ces espèces, on peut citer le faux-poivrier (Schinus terebinthifolius), qui envahit 2 800 km2 dans le sud et le centre de la Floride. Le Niaouli (Melaleuca quinquenervia), originaire de Nouvelle-Calédonie s'étend sur 2 000 km2 dans le Sud. Enfin, le Casuarina est un pin importé d’Australie prospère dans cette région[15].

L'Hydrilla (Hydrilla verticilatta) et la jacinthe d'eau sont les deux principales plantes invasives des milieux aquatiques[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Hardwood Hammocks », Muséum d’histoire naturelle de Floride (consulté le 18-11-2007)
  2. (en) « Tropical Hardwood Hammock », United States Fish and Wildlife Service,‎ 1999 (consulté le 18-11-2007)
  3. a et b (en) Ronald L. Myers, John J. Ewel, Ecosystems of Florida, University Press of Florida,‎ 1990 (ISBN 0813010225), p.105
  4. (en) Gil Nelson, The Trees of Florida: A Reference and Field Guide, Pineapple Press,‎ 1998 (ISBN 1561640557), p.7
  5. (en) Ronald L. Myers, John J. Ewel, Ecosystems of Florida, University Press of Florida,‎ 1990 (ISBN 0813010225), p.106
  6. (en) Gil Nelson, The Trees of Florida: A Reference and Field Guide, Pineapple Press,‎ 1998 (ISBN 1561640557), p.4
  7. (en) Mary Byrd Davis, « Old Growth in the East: A Survey. Florida »,‎ 23 janvier 2008 (consulté le 31-12-2008)
  8. (en) Répartition géographique du Nyssa biflora
  9. (en) « Mangroves », Florida Department of Environmental Protection (consulté en 2009)
  10. (en) Advances in Marine Biology, vol. 40, Alan J. Southward,‎ 2001 (ISBN 9780120261406), « Biology of Mangroves and Mangrove Ecosystems », p. 18-251
  11. (en) Gil Nelson, The Trees of Florida: A Reference and Field Guide, Pineapple Press,‎ 1998 (ISBN 1561640557), p.4
  12. a et b (en) « Pisces - Seagrass Distribution », Florida Museum of Natural History (consulté le 02-03-2009)
  13. a et b (en) « About the Plant Atlas », Institute for Systematic Botany, University of South Florida, Tampa (consulté le 04-03-2009)
  14. (en) « Florida Exotic Pest Plant Council:Facts », Florida Exotic Pest Plant Council (consulté le 04-03-2009)
  15. (en) Gil Nelson, The Trees of Florida: A Reference and Field Guide, Pineapple Press,‎ 1998 (ISBN 1561640557), p.7
  16. (en) « Invasive Nonindigenous Plants in Florida:Hydrilla », University of Florida, IFAS Center for Aquatic and Invasive Plants (consulté le 04-03-2009)