Flextronics

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Flextronics

Création 1990
Personnages clés Mike Mc Namara, PDG
Action NASDAQ : FLEX
Siège social 2 Changi South Lane
486123 Drapeau de Singapour Singapour
Activité Sous-traitance électronique ; externalisation des activités de fabrication
Site web www.flextronics.com
Chiffre d’affaires 18.9 Mds USD

Flextronics est une importante société d'origine singapourienne spécialisée dans la sous-traitance de la fabrication d'équipements électroniques. La société reprend très souvent des sites de fabrication appartenant à des grands groupes de l'industrie de l'informatique, des télécommunications, de l'automobile, de l'électronique grand public ou médicale, comme Alcatel, Bosch, Casio, Dell, Ericsson, ou Motorola.

Historique[modifier | modifier le code]

Des économies pour ses clients[modifier | modifier le code]

Flextronics possède des unités de fabrication dans une trentaine de pays. La majorité de sa capacité de production est située dans les pays à faible coût de main d'œuvre comme le Brésil, la Chine, la Hongrie, l'Inde, la Malaisie, le Mexique, la Pologne et l'Ukraine.

La société propose à ses clients de réaliser des économies d'échelle, de bénéficier d'un approvisionnement proche de leurs principaux débouchés commerciaux partout dans le monde et de la structure logistique générale de Flextronics.

Stratégie d'acquisitions[modifier | modifier le code]

Incidences pour les employés externalisés[modifier | modifier le code]

Dans les pays à coût de main-d'œuvre élevé, le transfert des activités de l'entreprise cliente vers le sous-traitant se traduit souvent après quelque temps par des restructurations et, pour les salariés transférés, par des plans sociaux (départs volontaires, reclassements dans d'autres unités du groupe, licenciements secs, départs en préretraites...), la délocalisation progressive des activités et à terme la fermeture du site.

Flextronics en France[modifier | modifier le code]

  • L'ancienne unité de fabrication des téléphones mobiles Alcatel située à Laval (Mayenne) en France a été vendue en 2001 à Flextronics. Il comptait alors 830 salariés. Lors d'un comité d'entreprise, le nouveau propriétaire a annoncé en octobre 2005 son intention de fermer le site, qui n'employait alors plus que 500 personnes. Les licenciements ont débuté en novembre et se sont achevés dans le courant de l'année 2006[2].
  • L'ancienne usine de Matra, Nortel-Matra puis Nortel à Châteaudun a finalement été reprise par Flextronics en août 2005. L'unité était spécialisée dans l'intégration et la production d'équipements électroniques, notamment des stations de base pour la téléphonie mobile. Une procédure de "Plan de sauvegarde de l'emploi" (PSE) a été engagée en avril 2007[3]. Les premières lettres de licenciements ont été reçues en juin 2007. En septembre 2007, la fermeture de l'usine était annoncée. En phase terminale, environ 510 personnes y travaillaient: 360 emplois en contrat à durée indéterminée et 150 intérimaires[4].
  • L'unité de production de Saint-Étienne anciennement localisée rue Necker a déménagé en 2007 rue Cassin dans la commune voisine de La Talaudière et a été cédée au groupe italien Pufin à la fin de l'été 2010. L'usine a été renommée Elifrance et s'est dotée d'une ligne d'assemblage de panneaux photovoltaiques[5].
  • Á Canéjan, l'usine Solectron rachetée en 2007 a été fermée la même année, 540 licenciements[6],[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Flextronics rachète Solectron pour 3,6 milliards d'euros Le Monde 21/09/2007
  2. "Flextronics prévoit la fermeture de son usine de Laval", article dans le journal "Les Echos", édition du 5 octobre 2005
  3. "20 emplois sauvés chez Flextronics, mais 100 départs avant fin décembre", article dans le journal "La République du Centre", édition du 23 mai 2007
  4. "Flextronics ferme son usine de Châteaudun", article dans le journal "Les Echos", édition du 21 septembre 2007
  5. L'Usine nouvelle
  6. Flextronic liquide 540 emplois Flextronic liquide 5 40 emplois] L'Humanité 09/10/2007
  7. Licenciement « sans cause réelle » chez Solectron Sud Ouest 23/10/2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]