Fleuve d'Abraham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nahr Ibrahim
Fleuve près de Yahchouch.
Fleuve près de Yahchouch.
Caractéristiques
Longueur 30 km
Bassin Vallée de Nahr Ibrahim km2
Bassin collecteur 310 km2[1]
Débit moyen 16,1 m3/s [1]
Cours
Embouchure la Méditerranée
· Localisation à quelques kilomètres au sud de Jbeil
· Altitude 0 m
· Coordonnées 34° 03′ 41″ N 35° 38′ 31″ E / 34.06139, 35.64194 (Embouchure - Nahr Ibrahim)  
Géographie
Pays traversés Drapeau du Liban Liban

Fleuve d'Abraham (en arabe : نهر ابراهيم, Nahr Ibrahim) aussi connu sous le nom de fleuve d'Adonis est un fleuve qui prend sa source dans la grotte d'Afqa (1 200 m d'altitude) au Mont-Liban et qui se jette dans la Méditerranée à quelques kilomètres au sud de Byblos au Liban. Le Mont-Liban est une chaîne de montagne calcaire sillonnée par plusieurs fleuves, dont la rivière d'Abraham. Ce fleuve est le moins pollué du Liban. Il est nommé d'après Abraham de Cyrrhus, disciple de saint Maron, connu notamment pour avoir converti la région au christianisme.

Légende[modifier | modifier le code]

D'après la mythologie grecque et phénicienne, Adonis, dieu de l'amour et de la beauté, aurait été tué par un sanglier envoyé par Arès, dieu de la guerre, ou bien par Arès lui-même déguisé en sanglier, selon les versions, près d'une rivière. D'après le mythe, le sang d'Adonis coula dans l'eau de la rivière, ce qui expliquerait le fait que l'eau soit rougeâtre à certaines époques. On baptisa alors fleuve d'Adonis. En réalité, les eaux prenaient cette couleur à cause du sable, né de l'érosion de la roche rouge de la grotte d'Afqa, qu'elle entraîne.

Aujourd'hui, le site du fleuve est très visité.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Ahmad Houri et Saadieh El Jeblawi, « Water quality assessment of Lebanese coastal rivers during dry season and pollution load into the Mediterranean Sea », Journal of Water and Health,‎ 2007, p. 615-623 (lire en ligne)