Colorado (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Fleuve Colorado)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Colorado (homonymie).
Colorado
Le fleuve Colorado, aux États-Unis, près de Page
Le fleuve Colorado, aux États-Unis, près de Page
Le bassin du Colorado.
Le bassin du Colorado.
Caractéristiques
Longueur 2 330 km
Bassin 629 100 km2
Bassin collecteur Colorado
Débit moyen 620 m3/s
Cours
Source au nord des Specimen Mountain
· Localisation La Poudre Pass Lake
· Altitude 3 101 m
· Coordonnées 40° 28′ 24″ N 105° 49′ 31″ O / 40.47333, -105.82528 (Source - Colorado)  
Embouchure golfe de Californie
· Localisation devant Montague
· Altitude 0 m
· Coordonnées 31° 48′ 55″ N 114° 48′ 09″ O / 31.81528, -114.8025 (Embouchure - Colorado)  
Géographie
Pays traversés Drapeau des États-Unis États-Unis et
Drapeau du Mexique Mexique

Le Colorado est un fleuve du Sud-Ouest des États-Unis. Il naît dans les montagnes Rocheuses au nord de l'État du Colorado, sur les flancs du Mont Richthofen, et se jette dans le golfe de Californie devant l'île Montague, au Mexique, après avoir parcouru environ 2 330 km. Il traverse une région élevée (1 600 mètres en moyenne) et aride. Il coule dans les États du Colorado, de l'Utah et de l'Arizona. Plus au sud, il marque la limite entre le Nevada et l'Arizona puis entre la Californie et l'Arizona.

Il est à l'origine du creusement du Grand Canyon et traverse des paysages déchiquetés par l'érosion.

Plusieurs grands barrages comme Hoover Dam ou Davis Dam furent construits afin de maîtriser la fureur des eaux de ce fleuve.

Pour atteindre son lit d'aujourd'hui, le Colorado a taillé des à-pic de 2 000 m. Les affluents du Colorado sont parfois de simples rigoles qu'un orage peut transformer en torrents furieux. Alors, ils dévorent leurs berges, arrachent terre et rochers, comme on peut le constater dans le parc national de Canyonlands.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les peuples amérindiens Anasazi et Fremont vécurent dans la région jusque vers 1300. Ils ont ensuite disparu sans qu'on en sache la raison. Les pétroglyphes sont les derniers témoins de cette culture.
Le fleuve Colorado fut d'abord exploré par l'Espagnol Melchor Díaz vers 1540.
En 1869, le major John Wesley Powell le descendit par la Green River ; il fut suivi par d'autres expéditions parfois tragiques.
En 1904, de fortes pluies et la fonte des neiges ont fait gonfler le Colorado qui a créé une brêche puis qui a débordé dans canal Alamo (en) qui lui-même a débordé. Ces débordements ont provoqué des effondrements de digues et l'inondation de la Vallée impériale. L'afflux soudain de l'eau et de l'absence de drainage du bassin ont abouti à la formation de la mer de Salton, les rivières avaient recréé une grande mer intérieure dans l'endoréisme Salton, un secteur qui a souvent été inondé auparavant.
Aujourd'hui, plusieurs barrages réussissent à calmer la fureur du fleuve.

Assèchement du Colorado et modification temporelle des débits[modifier | modifier le code]

Le Colorado tend à s'assécher, et son débit diminue chaque année.
Le fleuve a perdu un tiers de son débit entre 2002 et 2010, pour au moins trois grandes raisons :

  • Des prélèvements croissants : ils sont dus à la consommation d'eau pour les besoins de 30 millions de personnes vivant dans 7 états et deux grandes régions, à la consommation industrielle d'eau, mais surtout à l'irrigation agricole (de plus en plus importante dans le bassin versant, qui occasionne d'importants pompages).
  • L'empoussièrement de l'air qui rend la neige plus foncée et chargée de poussières, ce qui la fait fondre plus rapidement. Le sol foncé dégagé plus vite se réchauffe plus vite, ce qui accélère encore la fonte de la neige. Le ruissellement est alors plus important et plus rapide, laissant moins de temps au sol pour s'imprégner de l'eau de fonte des neiges[1].

Sur la base de ces facteurs, les modèles climatiques prévoient des pertes de ruissellement de 7 à 20 % à l'échelle du bassin du Colorado pour le XXIe siècle [1].

Des travaux récents indiquent que déjà à la fin des années 1800, c'est-à-dire plusieurs décennies avant les grands prélèvements d'eau (qui ont commencé dans les années 1920), la charge de poussière émise par les sols dégradés par les humains dans le sud-ouest des États-Unis avait déjà quintuplé, induisant une diminution de l’albédo des neiges des montagnes Rocheuses, et un raccourcissement de la durée de l'enneigement de plusieurs semaines[1]. On ignorait cependant dans quelle mesure cette augmentation du forçage radiatif par l’empoussièrement des neiges affectait le périodisme saisonnier et l'importance du débit du ruissellement dans le bassin supérieur du fleuve Colorado. Selon une étude[1] publiée en 2010, l'impact de la seule modification de l'albédo des Rocheuses n'est pas négligeable : un modèle de type « Variable Infiltration Capacity » (VIC) appliqué aux périodes couvrant l’apparition et la persistance des apports de poussières qui salissent la neige et perturbent son albédo, pour la période 1916-2003 conduit à penser que le maximum de ruissellement à « Lees Ferry » (Arizona) se produisait en 2008 en moyenne trois semaines plus tôt qu'environ 100 ans plus tôt, à cause de la charge des neiges en poussières. L’exposition et le réchauffement plus précoce du sol et de la flore du sol a aussi accru l'évapotranspiration et diminué le ruissellement annuel (de plus de 1,0 milliard de mètres cubes, soit environ 5 % du débit moyen annuel)[1].
Réduire l’empoussièrement de l’air en stabilisant la surface des zones désertiques ou désertifiées, et rendre la couverture neigeuse plus persistante, ralentir le débit du fleuve, et accroître les ressources hydriques dans le bassin seraient des occasions importantes d’atténuer les tensions dans le système de gestion de l’eau et de diminuer les impacts régionaux du changement climatique[1].

Cours[modifier | modifier le code]

Le Colorado prend sa source dans le parc national des Montagnes Rocheuses. La Green River qui parcourt les montagnes Uinta dans l'Utah et passe par une série de gorges, le rejoint un peu plus en aval.
Le fleuve traverse ensuite le plateau du Marble Canyon ; il est rejoint par le Little Colorado. Il tourne ensuite radicalement vers l'ouest et coule dans le Grand Canyon tel un torrent furieux. Ses flots déchainés semblent impossible à franchir....C'est compter sans l'incroyable habileté des guides, qui manœuvrent avec adresse rafts, kayaks et doris (bateaux à rames à fond plat) sur les 450 km qui séparent Lees Ferry du lac Mead.
Derrière la confluence avec la Virgin River dans le Nevada, le Colorado prend rapidement une direction sud pour former le Black Canyon. Le bas-Colorado est le plus souvent asséché à cause de l’irrigation.

La loi du Colorado, qui remonte à 1922, partage l'eau du fleuve entre sept États du sud-ouest américain : en amont 52 % reviennent au Colorado, 23 % à l'Utah, 14 % au Wyoming, 11 % au Nouveau-Mexique ; en aval, la Californie prélève 59 %, l'Arizona 37 % et le Nevada 4 %[2]. L'eau est utilisée essentiellement pour les activités agricoles en vertu du vieux principe américain qui, lors de la conquête de l'Ouest, attribuait la propriété des ressources à ceux qui les ont valorisées en premier. Elle est en effet détenue en majorité par 700 familles descendantes des pionniers, qui pratiquent une agriculture irriguée dévoreuse d'eau (luzerne : 12 récoltes par an, betterave à sucre) en plein désert grâce à l'eau des canaux, notamment dans la prospère Imperial Valley, mais très rentable. Cette eau est convoitée par les villes du Sud de la Californie comme Los Angeles ou San Diego qui sont en pleine croissance démographique, mais aussi par Las Vegas qui en a besoin pour sa population.

Polémiques liées à l'exploitation du fleuve[modifier | modifier le code]

Pêche[modifier | modifier le code]

Les Amérindiens Cucapas qui occupent le delta situé au Mexique qui ont longtemps vécu de la pêche ne peuvent plus pratiquer cette activité comme autrefois. En effet, le Mexique a signé un traité avec le gouvernement des États-Unis qui laisse 9 % de l'eau du fleuve arriver jusqu'à son embouchure. De plus l'évaporation réduit la quantité d'eau à seulement 4 % de sa quantité initiale[3]. En conséquence, le delta n'existe presque plus et les Indiens Cucapas doivent pêcher en mer, loin de leurs habitations.

Baignade[modifier | modifier le code]

Alimenté par la fonte des glaciers des montagnes Rocheuses, le Colorado n'est pas propice à la baignade, sauf au printemps, lorsque des piscines naturelles se forment dans des gorges contiguës.

Pollution[modifier | modifier le code]

Villes sur le fleuve Colorado[modifier | modifier le code]

Parcs nationaux proches du Colorado[modifier | modifier le code]

Le fleuve Colorado

Affluents[modifier | modifier le code]

Barrages[modifier | modifier le code]

Davis Dam

Liste d'amont en aval :

Autres :

Réservoirs[modifier | modifier le code]

Ponts[modifier | modifier le code]

Dans l'Arizona, le Navajo Bridge, désormais réservé aux piétons, enjambe le fleuve depuis 1929 sur fond de falaises. Un pont routier le double depuis 1995.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. a, b, c, d, e et f Thomas H. Painter, Jeffrey S. Deems, Jayne Belnap, Alan F. Hamlet, Christopher C. Landry, and Bradley Udall ; “Response of Colorado River runoff to dust radiative forcing in snow” ; PNAS 2010 107 (40) 17125-17130; published ahead of print September 20, 2010, doi:10.1073/pnas.0913139107 (Résumé)
  2. Gaëlle Dupont, « Las Vegas, la pécheresse assoiffée » dans Le Monde du 09-04-2008, [lire en ligne]
  3. Quelle histoire nous raconte la dernière image SPOT 2 ?, [lire en ligne]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Le Colorado [1], troisième film de la série documentaire "Les Gens du Fleuve", réalisé en 2014 par Morad Ait-Habouche, diffusé sur France 2 en août/septembre 2014. Rencontres avec différents naturalistes et responsables gestionnaire de l'environnement, mais aussi quelques familiers du fleuve, un photographe captivé par la beauté esthétique du fleuve de plus de 2300 km de long... Trois aspects du fleuve sont particulièrement étudiés : l'amont montagneux de la région de Great Lake, le cours médian en amont du Glenn Canyon dans le Grand Canyon avant ses barrages et son immense lac artificiel (mention de la descente historique du colonel Powell), la reconquête par accord environnemental entre l'état du Mexique et les USA ouvrant vers une restauration progressive, encore inaboutie de plus de 80 km, de l'embouchure originelle asséchée depuis plusieurs décennies, en Basse Californie,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]