Fleur de Lampaul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lampaul.
Fleur de Lampaul
Fleur de Lampaul à Saint Vaast-la-Hougue
Fleur de Lampaul à Saint Vaast-la-Hougue

Équipage 3 marins
Gréement Ketch Aurique
Débuts 1948
Longueur hors-tout 21,50 m
Maître-bau 6,50 m
Tirant d'eau 2,50 m
Voilure 260 m² (au près)
Déplacement 90 t
Architecte Corentin Kéraudren
Capacité 30 Personnes
Tonnage 90
Motorisation D.K.6. 120 cv
Chantier Keraudren Camaret
Armateur Sylvie et Gilles Auger
Port d’attache Saint-Vaast-la-Hougue Drapeau de la France France
Protection Logo monument historique Classé MH (1987)

Fleur de Lampaul est un dundée breton dont la construction débuta en octobre 1947. Il appartient aujourd'hui à Gilles et Sylvie Auger gérants de la société Nordet Croisière et du Chantier Naval Bernard[1]. Fleur de Lampaul effectue des croisières au départ de Saint-Vaast-La-Hougue.

Fleur de Lampaul fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 21 janvier 1987[2].

Propriétaires de Fleur de Lampaul[modifier | modifier le code]

  • 1948 - 1975 : Famille Le Guen originaire de Lampaul-Plouarzel
  • 1975 - 1985 : François Bescond
  • 1985 - 2002 : Charles Hervé-Gruyer
  • 2002[3] - 2010 : Fondation Nicolas-Hulot
  • 2010 - Aujourd'hui : Gilles et Sylvie Auger

Historique[modifier | modifier le code]

Activité initiale[modifier | modifier le code]

Le bateau Fleur de Lampaul est un dundee français construit en 1947-1948 par les chantiers Keraudren de Camaret pour le compte de la famille Le Guen de Lampaul-Plouarzel. Cette construction a nécessité 300 m3 de chêne. Il fut mis à l'eau le 9 avril 1948.

Jusqu'en 1952, date où François Le Guen décida de quitter le métier de sablier pour naviguer au commerce, cette entreprise familiale était composée des trois frères Le Guen : Yves, Jacques et François ainsi que de leur beau-frère Jean-Yves Joncqueur époux de jeanne le Guen. De cette date jusqu'en 1971, ils ont donc navigué à 3 mais Jean-Yves Joncqueur fut contraint d'arrêter à cause d'un problème visuel le rendant inapte à la navigation. De 1971 au 31 décembre 1974, date de désarmement de Fleur de Lampaul, seul Yves et Jacques naviguèrent à bord.

Il est au départ voilier de charge (servant à transporter des marchandises et matières premières), puis son activité principale est devenue l'extraction et le transport de sable de l'Aber-Ildut sur Brest, Landerneau et Châteaulin. À certaines périodes de l'année, il transportait aussi des primeurs de Roscoff sur l'Angleterre, de Noirmoutier sur Brest. Fleur de Lampaul a été armé par la famille Le Guen jusqu'au départ à la retraite de Jacques et Yves Le Guen en 1975.

Reconversion[modifier | modifier le code]

Fleur de Lampaul

Voilier école[modifier | modifier le code]

Il a été vendu ensuite à M. Bescond de Saint-Pabu qui l'a utilisé pour l’extraction de sable de l'Aber-Benoît pendant une dizaine d'années. Le bateau est alors entièrement motorisé, la voile a disparu. En 1983, Fleur de Lampaul a été abandonné et laissé sans soin sur une vasière de l’Aber-Benoît.

C'est à partir de 1985 que son sort change radicalement lorsqu'il devient voilier-école. À ce titre il accueille des enfants et adolescents dans une optique de formation culturelle.

En 1987 il est classé monument historique et il devient librairie itinérante jusqu'en 1990. Il devient ensuite le voilier océanographique des enfants et accueille des scientifiques.

Séries documentaires[modifier | modifier le code]

Dans les années 1990, des enfants embarquent sur Fleur de Lampaul pour des voyages autour du monde. Ces expéditions donneront lieu à plusieurs séries documentaires de Charles Hervé-Gruyer :

  • Peuples de l'eau (1993), série documentaire en 16 épisodes : des enfants partent pendant 26 mois pour découvrir la flore et la faune des océans[4].
  • Jeunes marins reporters (1997), série documentaire diffusée sur La Cinquième (puis rediffusée sur Canal J ou encore Gulli) : les enfants choisis font le tour du monde sur Fleur de Lampaul avec pour but de découvrir les merveilles culturelles et naturelles. Ils rencontrent par exemple les Indiens Wayana d'Amazonie et découvrent les baleines blanches. Cette série a été rassemblée en 3 films vidéo :
    • Océan : En route vers l'Amazonie (1 h 10)
    • Baleines : Mer du sud et récif de corail (1 h 40)
    • Amazonie : Les Indiens Wayana (1 h 40)
  • L'Appel de la mer (1997), série documentaire en 12 épisodes : voyage de 3 mois sur les côtes françaises qui donne l'occasion aux enfants de découvrir l'univers maritime.

Des livres ont également été publiés :

Fondation Nicolas-Hulot[modifier | modifier le code]

Fleur de Lampaul accostée au ponton des chantiers sur l'Île de Nantes à l'occasion du départ de la Solidaire du Chocolat (octobre 2009)

En 2002, le bateau est racheté par la Fondation Nicolas-Hulot. À ce titre, il garde totalement son utilité pédagogique. Il a désormais pour mission de faire découvrir la richesse de notre patrimoine et mobilise les acteurs de la gestion du littoral autour de la protection du milieu marin. Il a été complètement restauré en 2004-2005 au chantier Bernard de Saint-Vaast-la-Hougue dans la presqu’île du Cotentin. Son port d'attache est actuellement Lorient.

On retrouve Fleur de Lampaul lors de grandes manifestations nautiques comme la Solidaire du Chocolat, une nouvelle transat sportive, solidaire et événementielle qui relie Nantes / Saint-Nazaire à Progreso dans le Yucatan (Mexique).

La Fondation Nicolas-Hulot a décidé de se séparer de son voilier ambassadeur qui va donc commencer une nouvelle vie aux côtés du chantier naval Bernard sur le port de Saint Vaast-la-Hougue.

Matériaux de construction[modifier | modifier le code]

Fleur de Lampaul a été construit dans différents matériaux :

  • La quille est en orme.
  • La coque (étrave, étambot, membrures, carlingue, vaigrage, serre, préceinte, plat-bord, bordés) est en chêne de première qualité.
  • Les pavois et le pont sont en sapin rouge.
  • Les mâts, le bout dehors et les vergues sont en pichpin.

À l'origine, le moteur était un Baudouin DB 6 de 72 chevaux qui, à la commande, valait 750 000 anciens francs, et à la livraison le prix avait augmenté à 1 300 000. Il a été remplacé en 1959 par un moteur D.K.6. de 120 chevaux qui a permis d'augmenter la puissance motrice.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site du chantier naval Bernard
  2. « Notice no PM85000236 », base Palissy, ministère français de la Culture.
  3. FNH, « Historique », sur fondation-nicolas-hulot.org
  4. Résumé du documentaire Peuples de l'eau
  5. Résumé des épisodes Les Enfants de l'an 2000 sur le site du CRDP d'Aquitaine.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Magazines[modifier | modifier le code]

On pourra trouver des anecdotes sur Fleur de Lampaul dans les magazines suivants :

  • Chasse Marée n° 16
  • Ar Vag tome 3
  • Loisirs Nautiques n° 177 juillet 1986