Flavin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dan Flavin et Martin Flavin.
Flavin
L'église Saint-Pierre de Flavin
L'église Saint-Pierre de Flavin
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Pont-de-Salars
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Salars
Maire
Mandat
Hervé Costes
2014-2020
Code postal 12450
Code commune 12102
Démographie
Gentilé Flavinois
Population
municipale
2 277 hab. (2011)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 17′ 23″ N 2° 36′ 25″ E / 44.2897222222, 2.6069444444444° 17′ 23″ Nord 2° 36′ 25″ Est / 44.2897222222, 2.60694444444  
Altitude Min. 513 m – Max. 844 m
Superficie 50,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative d'Aveyron
City locator 14.svg
Flavin

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique d'Aveyron
City locator 14.svg
Flavin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Flavin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Flavin

Flavin est une commune française située dans le département de l'Aveyron et la région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Olemps Le Monastère Sainte-Radegonde Rose des vents
Luc-la-Primaube N Pont-de-Salars
O    Flavin    E
S
Calmont Trémouilles

Site[modifier | modifier le code]

Flavin se trouve aux portes sud de la préfecture de l'Aveyron, Rodez. Elle est également aux portes de la vallée du Viaur sur le plateau entre Ségala et Lévezou. On dénombre, sur cette grande commune de nombreux hameaux tels Cayrac, Le Terral, Les Bastries, La Capelle Viaur, La Vayssière, Espessergues, Junelles, Ferrieu, Vayssac, Caumels, Briane, Comps, Mas Marcou, La Trémolière...

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire économique de Flavin se caractérise principalement par la présence durant de nombreuses années de la "Laiterie", à savoir une importante fromagerie liée au fromage de Roquefort. Ne fonctionnant que quelques mois par an, la laiterie a fermé dans les années 1990 et est aujourd'hui remplacée par un laboratoire d'analyses médicales. L'immense batisse moderne est toujours visible à la sortie de Flavin, en direction du Monastère.

Dans un tout autre domaine, la statue en bronze de St Pierre, située sur la place du même nom, est l'objet d'une bien curieuse légende: d'après elle, le malheur s'abattra sur quiconque déplacera la statue!

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours André Ferrier    
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 277 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 207 1 270 2 239 2 315 1 255 1 342 1 359 1 450 1 456
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 379 1 332 1 363 1 436 1 415 1 491 1 403 1 496 1 490
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 496 1 542 1 525 1 385 1 338 1 238 1 312 1 262 1 203
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 179 1 118 1 167 1 626 1 827 1 936 2 131 2 277 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Commerces[modifier | modifier le code]

Flavin dispose d'une agence postale, d'un bureau de tabac, d'une boulangerie, d'un restaurant (le Planol ), d'une épicerie (Vival).

Santé[modifier | modifier le code]

Flavin héberge plusieurs médecins, une pharmacie, des infirmières..

Sports[modifier | modifier le code]

Les associations flavinoises sont très actives. On retiendra la JSL (Jeunesse sportive Lévezou). concernant le football. Il y a un club de gym de haut niveau départemental et régional, l'Envol. Il y a aussi un club de karaté, un club de quilles de huit, de badminton, de marche, de danses traditionnelles, un club de gym entretien pour adultes, un club de gym éveil pour enfants : Frimousses, une halte-jeux, un centre de loisirs, deux clubs de pétanque, un centre équestre (la Brianelle, à la Vayssière) et bien d'autres.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Pierre de Flavin.
  • La vieille église  Inscrit MH (1988)[3] avec ses peintures uniques. Construite au XIVe siècle, il ne subsite que le chevet et le clocher qui le surmonte.
  • Les moulins et autres vestiges de pont autour du Viaur.
  • La voie romaine qui traverse la commune et longe le Viaur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • André Colomb (1910-1981), Lieutenant Colonel de Cavalerie. Il commandait le 1er escadron du 8ème régiment de Cuirassiers lors de la libération du village d'Écueillé dans l'Indre le 25 août 1944 lors de laquelle son régiment fait 40 prisonniers allemands[4]. Il a rédigé un ouvrage sur l'histoire de la commune de Flavin. Sa famille est originaire de Flavin au Terrail.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Colomb, Flavin, Rodez, Subervie,‎ 1970, 24 cm, 292 p. (notice BnF no FRBNF35319101)
  • Marcel Gamel, Flavin : la Capelle Viaur : histoire, anecdotes, coutumes, patrimoine, Aurillac, Gerbert,‎ 2010, 30 cm, 333 p. (ISBN 978-2-85579-117-3, notice BnF no FRBNF42283511)
  • (oc+fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Alain Pichon), Lo Pònt : Agenh, Arcas, Canet, Flavinh, Pradas, Tremolhas, Lo Vibal / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton del Pònt, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton »,‎ 1995, ill., couv. ill. ; 28 cm, 239 p. (ISBN 2-907279-20-4[à vérifier : isbn invalide], ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36688567)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. « Notice no PA00094027 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  4. André Colomb, Un escadron de France : le 1er escadron du 8e Cuirassiers, Villefranche-de-Rouergue, Salingardes,‎ 1949, In-16, 152 p. (notice BnF no FRBNF31960563)