Flattr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de Flattr

URL Flattr.com
Slogan We aim to make people share money on the internet.
Commercial oui
Type de site micropaiements
Langue(s) Multilingue
Inscription oui
Siège social Malmö
Drapeau de la Suède Suède
Créé par Peter Sunde et Linus Olsson
Lancement 2010
État actuel En activité

Flattr est un système de donation par micropaiements lancé en mars 2010 par Peter Sunde (un des fondateurs de The Pirate Bay) et Linus Olsson.

Il est proposé sur certains sites comme Dailymotion[1], WikiLeaks, Soundcloud, Minecraft, Grooveshark ou les pages de validation du World Wide Web Consortium (W3C)[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Peter Sunde (fondateur de Flattr)

Flattr a été lancé en mars 2010 sur invitation seulement[4] et a été ouvert au public le 12 août de la même année.[5],[6]

C'est un projet lancé par Peter Sunde et Linus Olsson. Les utilisateurs de ce service sont en mesure de payer une petite somme tous les mois et de cliquer sur les boutons Flattr disposés sur les sites pour diviser l'argent entre eux. Le mot "flattr" est utilisé comme un verbe pour indiquer les paiements effectués avec ce service. Ainsi quand un utilisateur clique sur un bouton Flattr, on dit qu'il a flattré la page.

Flattr ponctionne une commission de 10% sur chaque paiement [7]. Ce taux pourrait baisser à l'avenir.

En décembre 2010, Flattr a été le sujet de toutes les attentions sur le réseau Twitter. Les internautes ont compris qu'il représentait une solution pour faire des dons à WikiLeaks dont Paypal, Visa et MasterCard avaient récemment arrêté la possibilité de le faire.[8]

Le 28 avril 2011, Flattr a annoncé, par mail, qu'il n'est plus obligatoire d'avoir flattré quelqu'un pour l'être à son tour à partir du 1er mai 2011.

Principe[modifier | modifier le code]

Boutons Flattr

Les utilisateurs sont en mesure de payer une petite somme mensuelle (minimum 2 euros), puis de répartir l'argent vers les différents sites participants choisis. Peter Sunde a déclaré que « l'argent que vous payez chaque mois sera réparti de manière égale en fonction des boutons sur lesquels vous cliquez pendant ce mois. Nous voulons encourager les gens à partager l'argent ainsi que du contenu »[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Flattr brings social micropayments to DailyMotion sur le Tech Blog du Financial Times
  2. (en) Markup Validation Service sur le site du W3C
  3. (en) CSS Validation Service sur le site du W3C
  4. (en) « Pirate boss to make the web pay », BBC News,‎ 12 février, 2010 (lire en ligne)
  5. (en) Steve O'Hear, « Flattr opens to the public, now anybody can 'Like' a site with real money », TechCrunch Europe,‎ 12 août, 2010 (lire en ligne)
  6. Flattr now open for everyone!
  7. https://flattr.com/support/faq
  8. (en) Mike Butcher, « WikiLeaks continues to fund itself via tech startup Flattr », Eu.techcrunch.com,‎ 2010-12-08 (consulté en 2012-02-03)
  9. (en) Pirate boss to make the web pay, BBC News, fevrier 2010.

Liens externes[modifier | modifier le code]